Henriette Browne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Browne.
Henriette Browne
Henriette Browne 1.jpg

Fellah nord-africaine, 1867

Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 71 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Sophie de Bouteiller, dit Henriette Browne, est une peintre de genre française, née en 1829[1] à Paris et morte en 1901. Elle est également connue sous le nom de Mme de Saux[2] de par son mariage le 14 juin 1855 avec le diplomate Jules Henry de Saux (†1879), ministre plénipotentiaire et secrétaire du comte Walewksi.

Elle se forma à partir de l'année 1851 auprès de Charles Chaplin (peintre) et fut l'élève d'Émile Perrin. Elle est considérée par l'historiographie comme l'une des pionnières dans la peinture orientaliste [3],[4]. L'historiographie a par la suite relevé cette spécificité à l'intérieur de la masse importante de la peinture de genre au XIXe siècle[5]. Au demeurant, peu de femmes faisaient partie de cet ensemble de peintres dits de harem. Elle exposa au Salon de 1853 à 1878. Elle y reçut une médaille de 3ème classe dans la section Peinture en 1855[6]. La même année, elle participe à l'Exposition universelle. Egalement peintre graveur, elle reçut une médaille de 3ème classe dans la section Gravure en 1863[7] pour ses gravures d'après Alexandre Bida, lui-même connu pour ses sujets orientalistes.

Ses peintures de harem, telles Une visite (intérieur de harem ; Constantinople, 1860) et Une joueuse de flûte (intérieur de harem ; Constantinople, 1860) du Salon de 1861 qui ont connu un grand succès et ont été abondamment commentées notamment par Théophile Gautier, sont alimentées de ce que l'artiste a pu voir lors de ses voyages. En 1860, elle se rend à Istanbul où elle accompagne son diplomate de mari. En 1865, elle entreprit en outre un voyage au Maroc. Puis elle se rend en Syrie en passant par l'Egypte durant les années 1868 et 1869.

Ayant atteint une reconnaissance critique et professionnelle conséquente, elle est désignée en 1862 comme l’un des membres fondateurs de la Société Nationale des Beaux-Arts de Paris. A titre posthume, en 1894, elle sera également membre membre honoraire de l’Institut royal des Aquarellistes (Royal Institute of Painters in Watercolours) de Londres.

Alors âgée de cinquante ans, elle n'expose plus à partir de 1879. Elle s'éteindra dans sa demeure du 39, rue Jean-Goujon à Paris, le 14 mars 1901[8].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. V3E/N 629 :  Etat civil reconstitué (XVIe siècle-1859).
  2. « Union List of Artist Names », sur www.getty.edu
  3. (en) Reina Lewis, « “Only Women should go to Turkey”: Henriette Browne and Women’s Orientalism », Third Text, no 7-22,‎ , p.53-64 (lire en ligne)
  4. (en) Reina Lewis, Gendering orientalism : Race, Femininity and Representation, New York, Routledge, , 267 p.
  5. Michaël Vottero, La peinture de genre en France, après 1850, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2012., Rennes, Presses universitaires de Rennes, , 390 p., "Henriette Browne […] s’aventure dans le domaine de la scène de genre orientaliste, demeure [alors] l’une des véritables peintres du harem.", p. 191-192.
  6. Pierre Sanchez, Xavier Seydoux, Les catalogues des Salons, t.6, 1852-1857, Dijon, L’Échelle de Jacob, , 543 p.
  7. (fr1835) Pierre Sanchez, Xavier Seydoux, Les catalogues des Salons, t.7, 1859-1863,, Dijon, L’Échelle de Jacob, , 471 p.
  8. V4E 8779 : Etat civil parisien 1860-1902.
  9. « A Girl Writing », sur collections.vam.ac.uk
  10. « La Lecture de la Bible », sur christchurchartgallery.org.nz
  11. « A Nun », sur www.liverpoolmuseums.org.uk
  12. « Catalogue de tableaux tirés de collections d'amateurs et exposes au profit de la Caisse de Secours des Artistes Peintre: sculpteurs, architectes et dessinateurs (1860) (p. n37) », sur www.archive.org
  13. « Une Beaute Orientale », sur www.artrenewal.org
  14. « A Greek Captive », sur nationalgallery.org.uk
  15. « A North African Fellah », sur www.the-athenaeum.org
  16. « Portrait Of A Lady », sur www.artrenewal.org