Henri Vilbert (1870-1926)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Henri Vilbert et Vilbert.
1915, revue de guerre en deux actes : Vilbert, dans le « Poilu ». Dessin de Rip paru dans Le Journal du 10 mai 1915

Henri Vilbert, de son vrai nom Henri Félix Raine, est un comédien et chanteur français né le 11 mai 1870 à Marseille (Bouches-du-Rhône) et mort en octobre 1926[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Il fait ses débuts au café-concert Parisiana en 1895 où il joue durant une dizaine d'années les comiques troupiers. Arborant l'air niais et le treillis de corvée des « trainglots » (soldats du train) propres à tous les interprètes du genre, il chante des chansons comiques militaires pas toujours très fines, destinées à faire s'esclaffer le public ouvrier. Parmi celles-ci Ah, les p'tits pois !, Le Soldat vierge, Le Rédempteur, Si t'y vas, Oh, Antonio... S'il n'atteint pas le vedettariat comme Polin ou Dranem, on le retrouve assez couramment sur des petits-formats de l'époque. Il se produit également dans de nombreuses revues légères à La Cigale et aux Folies-Bergère.

Le café-concert disparaissant avec la Première Guerre mondiale, il se reconvertit comme beaucoup de ses collègues, parmi lesquels Fernandel et Raimu, dans d'autres styles. Il se fait rapidement une belle place dans le milieu du théâtre et de l'opérette. Il joue ainsi 1915, une revue du chansonnier Rip, dont il subsiste un cylindre en cire jaune sur lequel Vilbert déclame un extrait en vers sans accompagnement musical[réf. nécessaire]. Après plusieurs succès au Châtelet et au Moulin-Rouge, il est engagé en août 1910 à l'Odéon par André Antoine pour jouer Monsieur de Pourceaugnac. Dès lors il se produit sur les principales scènes parisiennes : théâtre Fémina, théâtre de la Porte-Saint-Martin, théâtre Antoine, Apollo, théâtre Mogador, théâtre Marigny, Palais-Royal, etc.

Il meurt en octobre 1926 et est enterré au cimetière Saint-Pierre de Marseille[2].

Il laisse quelques enregistrements gravés entre 1906 et 1911 chez Gramophone et Pathé (certains aujourd'hui réédités).

Il est souvent confondu avec son neveu, également acteur, Henri Vilbert (1904-1997).

Théâtre[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Henri Vilbert sur L'Encyclopédie multimedia de la comédie musicale théâtrale en France

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nécrologie, Le Figaro du 1er novembre 1926
  2. Tombe de Vilbert au cimetière Saint-Pierre.