Henri Vigreux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Henri Vigreux
Naissance
Parly, Bourgogne (France)
Décès
Parly, Bourgogne (France)
Nationalité Drapeau de France Français
Domaines Chimie
Verrerie
Institutions Sorbonne
Renommé pour Colonne de Vigreux
Distinctions Meilleur ouvrier de France (1924)

Henri Narcisse Vigreux, né le à Parly (Yonne) et mort le dans la même commune[1], est un souffleur de verre français, qui a notamment donné son nom à la colonne de Vigreux. Il était Professeur de souflage du verre à l'École municipale de physique et de chimie industrielles (aujourd'hui ESPCI Paris)[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Henri Vigreux commence comme laborantin à la Sorbonne et gravit de façon remarquable les échelons pour devenir chef de la verrerie. Fait inhabituel pour un verrier, Vigreux contribue régulièrement à la littérature de la chimie. En 1904, il décrit un réfrigérant révolutionnaire composé d'un tube d'eau à double enveloppe. La conception du réfrigérant présente un grand intérêt pour la distillation fractionnée : la structure est faite pour augmenter considérablement la surface de refroidissement qui est en contact avec la vapeur, afin que tout liquide condensé redescende au chauffage à reflux. Il laissera son nom à cet appareillage: la colonne de Vigreux.

Henri Vigreux était très fier de son invention, et la défendait contre tous ses concurrents. Quand un document de 1913 décrit un appareil de distillation lourd et mesurant trois mètres de long, Henri Vigreux critique l'auteur en prouvant que la performance de sa colonne était supérieure, malgré le fait qu'elle mesurait seulement un quart de la longueur de l'autre colonne. À partir de 1918, il publie une série de livres décrivant ses instruments : Le soufflage du verre dans les laboratoires scientifiques et industriels[3],[4].

La renommée de Vigreux grandit, de telle sorte qu'en 1924 il fait partie des « Meilleurs Ouvriers de France », récompense donnée aux plus grands artisans français[5]. En 1925, il est fait Chevalier de la Légion d'honneur.

Peu de temps après sa dernière publication en 1938, il prend sa retraite à son village natal de Parly, où il décède le .

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henri Vigreux, Le soufflage du verre dans les laboratoires scientifiques et industriels, Paris, Dunod et Pinat, , 2e éd., 285 p. (lire en ligne)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Andrea Sella, « Classic Kit: Vigreux's Column », sur rsc.org, Royal Chemical Society, (consulté le 10 avril 2010)
  2. École Municipale de Physique et Chimie Industrielles - Cinquante années de science appliquée à l’industrie (1882-1932), Paris, Ville de Paris, (lire en ligne), p145
  3. (en) « Mr. Vigreux », sur syntheticenvironment.blogspot.com, (consulté le 10 avril 2010)
  4. Henri Vigreux, Le soufflage du verre dans les laboratoires scientifiques et industriels, Paris, Dunod et Pinat, , 2e éd., 285 p. (lire en ligne)
  5. « Le verre et la flamme », sur ville-bourges.fr, Ville de Bourges, (consulté le 10 avril 2010)