Henri Vever

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Henri Vever
Biographie
Naissance
Décès
Nom de naissance
Jean Baptiste Eugène Henry VeverVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Distinction

Henri Jean Baptiste Eugène Vever, né à Metz (Lorraine) le [1], et mort en 1942 à Noyers (Eure), est un joaillier, écrivain et collectionneur d'art français, rattaché au courant de l'Art nouveau. Il est aussi un bibliophile renommé et l'un des principaux collectionneurs d'œuvres d'art japonais d'avant guerre.

Biographie[modifier | modifier le code]

Bijou (pendant d'oreille) exposé par Henri Vever lors de l'Exposition universelle de 1900 à Paris.

Après l'annexion de la Moselle par l'Allemagne, en 1871, la famille d'Henri Vever quitte Metz pour s'installer à Paris, où son père, Jean-Jacques Ernest Vever, achète un atelier de joaillerie[2]. Henri Vever devient apprenti tout en suivant des cours à l'École des arts décoratifs de Paris. En 1873, Vever entre à l'École des beaux-arts dans les ateliers d'Aimé Millet et de Jean-Léon Gérôme. En 1881, il reprend avec son frère l'atelier paternel. La même année, il épouse Jeanne Monthiers.

En 1885, Vever achète ses premiers tableaux. En 1891, il voyage en Russie et expose à Moscou. À partir de 1892, il devient un familier des dîners du marchand d'art et mécène Siegfried Bing[2]. Vever expose ensuite des œuvres de joaillerie à l'exposition universelle de 1893 de Chicago. L'année suivante, il fait don de 40 estampes japonaises au Louvre. En février 1897, il vend sa collection de tableaux qui comprend plusieurs tableaux de Claude Monet, dont La Plage de Sainte-Adresse, et d'Alfred Sisley à la galerie Georges Petit[3]. En 1900, Vever rejoint une association franco-japonaise d'art. Il succède à Siegfried Bing, mort en 1905, à la présidence de la Société des amis de l'art japonais. Il est élu maire de Noyers la même année. En 1906-1908, Vever publie, La bijouterie française au XIXe siècle (1800-1900), un ouvrage de référence en la matière. En 1913, il rédige, avec Georges Marteau, un article sur les miniatures persanes, pour l'exposition de 1912 sur les arts musulmans. En effet, il se consacre désormais à une collection de manuscrits persans. Son frère meurt en 1915.

En 1919, la maison Vever est chargée de créer l'épée d'honneur offerte au maréchal Foch par la ville de Paris sur un modèle de Jules Chadel[4]. Henri Vever se retire deux ans plus tard, en 1921[2], et meurt en 1942[1].

Grand collectionneur de bijoux français, il a fait don de ses collections au musée des arts décoratifs de Paris. La Maison Vever ne ferma qu'en 1982. Sa collection d'œuvres d'art japonaises, en particulier d'estampes, est l'une des plus importantes jamais rassemblées. Il en vendit une partie au cours de la première guerre mondiale à Matsukata Kōjirō dont une grande partie finit au musée national de Tokyo. Le reste de sa collection fut essentiellement dispersée au cours des années 1970[5],[6].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Vever est d'abord un joaillier prestigieux. Il engage le jeune Lalique et est lui-même le créateur de bijoux à émaux cloisonnés comme La Bretonne. Vever s'inscrit vers 1900 dans l'Art Nouveau avec des bijoux comme Sylvia.

Vever est l'auteur d'un ouvrage réputé d'histoire de la bijouterie française au XIXe siècle en trois tomes. Il y retrace l’évolution du bijou et sa diffusion à travers les diverses classes de la société. La volonté d'Henri Vever était de laisser une encyclopédie dans laquelle le goût pouvait se former. Outre de nombreux dessins et photographies, l'œuvre regorge d'anecdotes.

Les papiers d'Henri Vever, datant de la période 1875-1932, sont conservés à la Freer Gallery of Art et aux Arthur M. Sackler Gallery Archives de Washington D. C. : on y trouve six journaux, un grand livre d'acquisitions d'art, des peintures à l'huile par Vever, et des photographies[2].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Notice d'autorité sur bnf.fr
  2. a b c et d (en) Henri Vever ; A Finding Aid to His Papers at the Freer Gallery of Art and Arthur M. Sackler Gallery Archives sur asia.si.edu.
  3. Collection H.V. (Henri Vever) Catalogue de tableaux modernes de premier ordre, pastels, aquarelles, dessins, sculptures (Vente: Paris, 1-2 février 1897.), préface Léon Roger-Milès, Galerie Georges Petit
  4. Jules Chadel (1870-1941), dessins et gravures, Gourcuff-Gradenigo, , 128 p. (ISBN 978-2-35340-231-1)
  5. (en) Catalogue of Highly Important Japanese Prints, Illustrated Books and Drawings from the Henri Vever Collection (4 volumes), London, Sotheby Parke Bernet and Co, part i: sale, march 26, 1974, part ii: sale, march 26, 1975; part iii, sale, march 24, 1977; part 4: final part 30 october 1997
  6. (en) Catalogue of the Henri Vever Collection of Japanese Works of Art (Volumes 1 - 4) and Fine Japanese Sword Fittings (volume 5). Sotheby & Co. Published by Sotheby & Co. 1972 - 1974, London, 1972, London, Sotheby's & Co

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]