Henri Tracol

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Henri Tracol, né le à Paris et mort le à Cavaillon[1], est un reporter photographique et ethnographique[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Il était l'un des deux fils de André Tracol (1866 - ???), violoniste (et chef d'orchestre) à l'orchestre de l'Opéra de Paris, et d'une petite-fille du géographe Élisée Reclus. Il fut journaliste (au périodique Vu), photographe (et a effectué des reportages sur la guerre d'Espagne) et ethnologue (il a réalisé pour le compte du Musée de l'Homme un certain nombre de reportages en Amérique du Sud)[2].

Il devint l'un des dirigeants, aux côtés de Madame Jeanne de Salzmann, d'un groupe fondé en France par le philosophe caucasien Georges Gurdjieff.
Il a participé à la traduction en français des principaux ouvrages de Gurdjieff.[2]

Pendant ses moments de liberté, il s'adonnait aussi à la sculpture.

Il est l'auteur du livre Pourquoi dors-tu Seigneur ?, qui est devenu dans sa réédition augmentée La vraie question demeure (Éditions Éoliennes, 1996).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « matchID - Moteur de recherche des décès », sur deces.matchid.io (consulté le )
  2. a b et c « Henri Tracol | HENRI TRACOL », sur tracol-cerch.com (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]