Henri Skiba

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Henri Skiba
Image illustrative de l’article Henri Skiba
Biographie
Nom Heinrich Skiba
Nationalité Allemand
Français
Nat. sportive Français
Naissance
Beuthen (Allemagne)
Décès (à 90 ans)
Moissannes (France)
Taille 1,78 m (5 10)
Période pro. 19491965
Poste Attaquant
Parcours senior1
AnnéesClub 0M.0(B.)
0000-1945 Beuthener SuSV
1946-1949 SpVgg Deggendorf
1949 FC Nuremberg 002 0(0)
1950 FC Nancy 010 0(0)
1950-1953 RCFC Besançon 080 (35)
1953-1955 AS Monaco 051 (19)
1955-1957 RC Strasbourg 073 (23)
1957-1960 Nîmes Olympique 120 (56)
1960-1961 FC Sochaux-Montbéliard 047 (19)
1961-1963 Stade français 071 (23)
1963-1965 FC La Chaux-de-Fonds 049 (28)
Sélections en équipe nationale2
AnnéesÉquipe 0M.0(B.)
1959-1961 France003 0(0)
Équipes entraînées
AnnéesÉquipe Stats
1963-1967 FC La Chaux-de-Fonds
1967-1969 Grasshopper Zurich
1970 BSC Young Boys
1971-1973 FC Biel-Bienne
1973-1977 AS Angoulême53v 27n 52d
1978-1981 Limoges FC35v 29n 45d
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels (amicaux validés par la FIFA compris).

Henri Skiba (en allemand Heinrich Skiba) est un footballeur international français d'origine allemande et polonaise né le à Beuthen en Allemagne (aujourd'hui Bytom en Pologne), et décédé le [1] à Moissannes[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Né en Allemagne mais naturalisé français, au moment de la Seconde Guerre mondiale à même pas 18 ans. Il porte l’uniforme bleu de la Kriegsmarine. Le gigantesque reflux de début 1945 voit militaires et civils fuir l’avancée des troupes soviétiques dans l’affolement, une débandade générale à laquelle n’échappe pas le soldat Skiba. On retrouve sa trace dans la bourgade bavaroise de Deggendorf, où il rechausse les crampons dès son élargissement, au poste d’attaquant de pointe.

Carrière de joueur[modifier | modifier le code]

Ancien attaquant notamment à l'AS Monaco, au RC Strasbourg avec Jean Wendling, Lucien Muller, Milner Ayala ou Ernst Stojaspal. Puis il est au Nîmes Olympique, il a marqué 109 buts en Division 1. Dans le Gard, où il est resté trois saisons, cet attaquant a été trois fois vice-champion de France. Henri Skiba s’épanouit aux côtés du Marocain Hassan Akesbi et de Bernard Rahis[3]. Il a également joué une finale de coupe de France, perdue en 1958 face au Stade de Reims de Just Fontaine, (1-3). La décennie 1960, les coéquipiers de Pierre Barlaguet font désormais partie des grosses équipes françaises. Mais finalement, du championnat c’est le Stade de Reims de Raymond Kopa, Just Fontaine, Paul Sauvage ou encore Léon Glovacki qui décroche le titre et Nîmes finit deuxième pour la troisième année consécutive. Lors de l’exercice 1960-61, le Nîmes Olympique s’essouffle un peu, du moins en championnat. Le club ne lutte pas pour le titre. Il faut dire que certains cadres sont partis. Emilio Salaber à Sedan, Skiba à Sochaux. Ces départs ne sont pas vraiment compensés par des arrivées dont Serge Bourdoncle. les Crocos cèdent du terrain mais ils sont toujours leader de la dernière journée du Championnat de France de football 1961-1962. L’occasion est trop belle. Il suffit de battre la Stade-Français, alors 13e du championnat et qui ne joue plus rien. Pourtant l’impensable se produit et la maudite équipe Nîmoise s’incline sur un but de Skiba, son ancien joueur. Reims en profite et les Crocos termine 3e. Il termine sa carrière au FC La Chaux-de-Fonds, comme entraîneur joueur[4]. Après sa carrière il est devenu pisciculteur[5],[6],[7]

Carrière d'entraîneur[modifier | modifier le code]

Il devient ensuite entraîneur, d'abord en Suisse, puis en France.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]