Henri Raczymow

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Henri Raczymow
Henri Raczymow par Claude Truong-Ngoc 2011.jpg
Henri Raczymow en 2011.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (70 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Distinctions

Henri Raczymow est un écrivain français né le 15 avril 1948 à Paris.

Biographie[modifier | modifier le code]

Henri Raczymow est le petit-fils d'émigrants juifs polonais arrivés dans les années 1920 à Paris. Il est le fils d'Étienne Raczymow décédé en 2007, qui a appartenu aux FTP-MOI dans le bataillon Carmagnole-Liberté, à Lyon et à Grenoble, et de Anna Dawidowicz (1928-1996).
Il est né en 1948 à Paris où il devient professeur de lettres, jusqu'en 2008.

Henri Raczymow fut pensionnaire de l'Académie de France à Rome (Villa Médicis) en 1980-1981.

Il tient la page des livres du magazine des Juifs laïcs de Belgique, Regards, depuis 1996.

Il est marié avec Anne Amzallag.
Il est le père d'une fille, Mathilde, née en 1984, dont la mère est Annette Wieviorka.

Son œuvre[modifier | modifier le code]

Le début, La saisie (1973), s'interroge constamment sur la possibilité du récit, sur un ton léger et plein d'auto-ironie. Ce métadiscours par moments évince le récit entièrement. La Saisie est un livre sans thématique juive spécifique qui dit "le rien" (Cf. "La mémoire trouée").
Il écrit son premier livre voué à la mémoire juive en 1979, il s'agit des Contes d'exil et d'oubli. Le narrateur qui vit à Paris, interroge son grand-père sur ses origines juives polonaises. Ce livre n'est pas un récit nostalgique sur le Shtetl. Le monde disparu des Juifs polonais ne peut être restitué ; le grand-père en est réduit à inventer de savoureuses histoires sur le monde yiddish. Henri Raczymow parle au sujet de l'histoire juive européenne de "mémoire trouée".
Un cri sans voix est le roman le plus connu de Raczymow et le plus commenté, il y évoque la Shoah dans ses effets sur la génération d'après.
Dans les années 1980, il traduit en collaboration avec Aby Wieviorka quelques romans de la littérature yiddish (Sholem Asch, Mendelé Mokher Sforim, Oser Warszawski). Il reçut en 2008 le prix de la Fondation du Judaïsme français au titre des Lettres.
Il fut invité par Antoine Compagnon à intervenir dans son cours au Collège de France en février 2009.
Il séjourne trois mois en Israël (Tel Aviv) avec sa compagne Anne Amzallag (à qui il confia de rédiger des notes de ce qui deviendrait le récit à venir Eretz) au titre d'une Mission Stendhal du ministère des Affaires étrangères afin d'y écrire un récit en mémoire de son frère Alain/Ilan (avril, mai, juin 2009).
À l'occasion du centenaire de la publication de Swann (1913), il participe à l’effervescence proustienne, en intervenant dans un colloque à Cerisy (Actes édités chez Hermann en octobre 2013), dans le numéro d'hommage de la NRF avec un texte sur le "Flaubert de Proust" et surtout avec la publication d'un récit, "Notre cher Marcel est mort ce soir" (Denoël, réédité chez Arléa-Poche en 2014) qui relate les derniers jours du grand écrivain. En 2016, il dirige un Cahier de l'Herne consacré à Maurice Sachs. En 2017, on lui attribue le Prix Max Cukierman. En 2018, il travaille à un essai : "Son dernier livre".

Les publications[modifier | modifier le code]

  • La Saisie, récit, Gallimard, 1973, Prix Fénéon.
  • Scènes, nouvelles, Gallimard, 1975.
  • Bluette, roman, Gallimard, 1977.
  • Contes d’exil et d’oubli, Gallimard, coll. Le Chemin, 1979. Deux extraits sont parus en anglais : 1. dans Yale French studies no 85, trad. Alan Astro; 2. sur jewishfiction.net, trad. de Robert Bononno, octobre 2013.
  • Rivières d'exil, récit, Gallimard, 1981
  • "On ne part pas", roman, Gallimard, coll. Le Chemin, 1983.
  • Un cri sans voix, roman, Gallimard, 1985; traduction aux États-Unis par Dori Katz, 1995 : Writing the Book of Esther, Holmes & Meiers; traduction en Espagne : Un Grito sin voz, Ediciones del Subsuelo, Barcelone. 2011.
  • Maurice Sachs, biographie, Gallimard, 1988
  • Le Cygne de Proust, essai, Gallimard, coll. L'un et l'autre, 1989; traduction aux États-Unis par Robert Bononno, NorthWestern UP..
  • Ninive, récit, Gallimard, 1991
  • Bloom & Bloch, roman, Gallimard, 1993
  • La mort du Grand Écrivain. Essai sur la fin de la Littérature, essai, Stock, 1994.
  • Littérature et judéité (ss la dir.), Pardès 21/1995.
  • Quartier libre récit, Gallimard, coll. Haute-Enfance, 1995
  • Pauvre Bouilhet, essai, Gallimard, 1998
  • L'homme qui tua René Bousquet, essai, Stock, 2001
  • Le plus tard possible, récit, Stock, 2003
  • Le cygne invisible, récit, Melville/Leo Scheer, 2004
  • Reliques, Gallimard, coll. Haute-Enfance, 2005
  • Le Paris retrouvé de Marcel Proust, Parigramme, 2005, traduction en néerlandais, en japonais, en italien.
  • Avant le déluge, récit, Phileas Fogg, 2005, Prix Marguerite Audoux.
  • Dix jours "polonais", récit, Gallimard, 2007
  • Te parler encore, récit, Le Seuil, 2008
  • Eretz, récit, (avec des notes par Anne Amzallag), Gallimard, 2010
  • Ruse et déni. Cinq essais de littérature. PUF, coll. "Perspectives critiques", 2011.
  • Heinz, récit, Gallimard, 2011.
  • Points de chute, Gallimard, coll. "haute-Enfance", 2012.
  • "Notre cher Marcel est mort ce soir", roman, Denoël, 2013. Réédition Arléa-Poche, 2014, Encre bleue éditeur, coll. "Largevision", 2015. Traduction en chinois (Pékin et Taïwan).
  • Un garçon flou, roman, Gallimard, 2014.
  • Mélancolie d'Emmanuel Berl, essai, Gallimard, 2015, Prix 2016 de la biographie du "Point".
  • Maurice Sachs, Cahier de l'Herne (sous la direction), septembre 2016.
  • D'un écrit vain, Éditions des Busclats, octobre 2016.
  • Elle chantait Ramona, roman, Gallimard, février 2017.

Textes parus en revue ou préfaces

1. fictions

  • « Poursuite », Les Cahiers du chemin, 15 janvier 1973.
  • « Le Récit de Lucienne », les Cahiers du chemin, 15 avril 1975
  • « Le saute-mouton », NRF, janvier 1978.
  • « Le Lac de Kamenetz », NRF, janvier 1979.
  • « Le Nécrophore », NRF, juillet-août 1980.
  • « L’Hôtel des dunes », Bas de casse, automne 1980.
  • « Des gestes sont morts… » Tel Quel, printemps 1981.
  • « Prétexte », Térature, hiver 1983.
  • « La mort de Dieu », Europe, juin/juillet 1984
  • « Le pays de la cendre », NRF, janvier 1985.
  • « Écrire fatigue », l’Infini, été 1985.
  • « Au ban des lieux », Cahiers du CCI, 1986.
  • « Le pounem », NRF, novembre 1994.
  • « Les mémoires d’un ahuri », Quai Voltaire n °10, hiver 1994
  • « Fragments d’un journal aux chiens », Le fait de l’analyse, printemps 2002
  • "From Writing the Book of Esther" in Nothing makes you free, edited by melvin Jules Bukiet, Norton & Company, 2002, p. 206-218.
  • " Des docteurs et des chiens", Bibliothèque(s), mars 2010
  • " Points de chute", Cahiers du judaïsme, décembre 2011.
  • "Chateaubriand ou rien", in La Revue littéraire n°73, mai-juin-juillet 2018.

2. Essais

  • « Qui est Edmond Jabès ? » Les Cahiers Obsidiane, février 1982.
  • « Écrire aujourd’hui », codirection d’ouvrage collectif, Autrement, avril 1985.
  • Préface à Willy Ronis, Mon Paris, Denoël, 1985.
  • « Maurice Sachs », Roman 16, septembre 1986.
  • « La mémoire trouée », Pardès 3/1986. ; trad. Américaine in Yale French Studies no 85, par Alan Astro. Traduction en polonais par Anna Ciarkowska, in Tygiel Kultury no 7, 12/2013.
  • Préface à Ozer Warszawski, Les Contrebandiers, roman, traduit du yiddish par Aby Wieviorka et Henri Raczymow, Le Seuil, 1989.
  • « La dette », préface à J.M. Rymkiewicz, Umschlagplatz, La dernière gare, Robert Laffont, 1989.
  • « Biographie, photographie, nécrographie », Photographies magazine, juin 1989.
  • « Du nom et des noms », Quai Voltaire no 2, printemps 1991.
  • « La langue perdue », L’infini, printemps 1991.
  • « Edmond Jabès, un Juif contesté », Les nouveaux Cahiers, printemps 1991.
  • « Proust et les jeux du nom propre », Le trimestre psychanalytique, 1992.
  • « Fin du peuple ashkénaze ? » in Mille ans de cultures ashkénazes, Liana Levi, 1994.
  • « La chair est encore vaillante : sur La femme au portrait de Fritz Lang », Le cinéma des écrivains, Cahiers du Cinéma, 1995. Repris in Ruse et déni, PUF, "Perspectives critiques"
  • « Couples découplés : Une partie de campagne de Maupassant, L’école des Lettres, octobre 1995.
  • « Proust et la judéité : les destins croisés de Swann et de Bloch », in Pardès, 21/1995. Repris in Ruse et déni, PUF, "Perspectives critiques".
  • « La généalogie et la mort de la notion de « grand écrivain » en France », Esprit, octobre 1996.
  • « Chagall peintre yiddish" in Chagall années russes 1907-1922, numéro spécial de Connaissance des Arts, H.S. n ° 71, Paris, 1996
  • Postface à Alina Margolis-Edelman, Je ne le répéterai pas…, Autrement, 1997.
  • « D’un « détail » qui masque le tableau », Prétentaine, avril 1998.
  • « Retrouver la langue perdue. Les mots de ma tribu. », Plurielles n °7, hiver-printemps 1998-99.
  • « En relisant les Carnets 1978 d’Albert Cohen », Pierre d’angle, 1999.
  • « Un grand écrivain contrarié : Maurice Sachs », La haine de soi, Complexe, 2000. Repris in Ruse et déni.
  • « L’affaire Dreyfus : le grand bouleversement », Magazine littéraire hors-série : le siècle de Proust, 2000.
  • « Le puits et la vérité : Passion de Jules Renard », les Temps modernes, décembre 2000-février 2001. Repris in Ruse et déni.
  • « Du shlemil au shnorrer. À propos des histoires juives », Revue d’esthétique, 2001.
  • « Schalom Asch : la vocation de l’universel », préface à « Varsovie » de Schalom Asch, Mémoire du livre, 2001.
  • « Retour sur Paul Morand », Les Cahiers du judaïsme, hiver 2001-2002. Repris in Ruse et déni.
  • « Mémoire, oubli, littérature : l’effacement et sa représentation », Vivre et écrire la mémoire de la Shoah, littérature et psychanalyse, les éditions du Nadir, 2002.
  • « Un souvenir d’enfance », Siècle 21, automne-hiver 2004.
  • « Madame Bovary, la Moïra et les moires », Les Temps modernes, novembre 2004-février 2005.
  • « Correspondance avec Raymond Federman », Fusées no 9, septembre 2005.
  • « De la yiddishkeit à la République », postface à « Estimable rédacteur en chef… », Le Seuil, 2007.
  • « Un cri, sur l’œuvre peinte de Charles Szymkowicz », in Catalogue à ses expositions de Berlin et de Charleroi.Texte repris in Siècle 21, 2011.
  • « Histoire : petit h et grande Hache », in Témoignages de l’après-Auschwitz dans la littérature française d’aujourd’hui, ed. Annelise Schulte Nordholt, Rodopi, 2008
  • « Proust, la mémoire, la Shoah », Séminaire d’Antoine Compagnon au Collège de France, intervention du 17 février 2009.
  • Tel-Aviv, premiers regards, Continuum no 6, 2009.
  • « Kaddish pour des hommes sans pareils », préface à Portait(s) de Victor Zigelman, éd. par Isabelle Pleskoff, L’Harmattan, 2009.
  • "Ahaswerus dit Le Juif errant" in Le Dictionnaire des personnages populaires, Seuil 2010.
  • "Prolégomènes à une tentative d'approche de la BU de Paris VII-Diderot", in Tours et détours en bibliothèques, Presses de l'ENSSIB, octobre 2012.
  • "L'Ami Bouganim" in Continuum no 9, 2012
  • "Le Flaubert de Proust" in "D'après Proust", la NRF, mars 2013.
  • "Charles Swann : les avatars d'une ambivalence", in Swann le centenaire, colloque de Cerisy, Hermann, 2013.
  • "Esther O." in Continuum no 10, 2013.
  • "Le diable en France de Lion Feuchtwanger", " Proust Marcel", "Le syndrome de Vichy par Henry Rousso" in Dictionnaire du Judaïsme français depuis 1944, Armand Colin & Le bord de l'eau, 2013.
  • "Emmanuel Berl" in l'Arche n°651, Novembre 2014
  • Préface au "Mémoire Moral" de Maurice Sachs, Carnet de l'Herne, septembre 2016.
  • Entretien avec Nelly Wolf in Tsafon n°70, automne 2015-hiver 2016.
  • Intervention in "Enquête sur la littérature mémorielle contemporaine", Mémoires en jeu n°5, décembre 2017.
  • Préface à Élie Faure, L’Âme juive, Editions Manucius, novembre 2018.
  • "Le succès versus la gloire" in La revue littéraire 75, novembre2018-janvier 2019.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Sjef Houppermans, Christine Bosman Delzons, Danièle de Ruyter-Tognotti, Territoires et terres d'histoires : perspectives, horizons, jardins secrets dans la littérature française d'aujourd'hui, Rodopi, 2005
  • Fransiska Louwagie, Œdipe à Jéricho. L’œuvre testimoniale d'Henri Raczymow, Neophilologus (2008), p. 217-233.
  • Annelies Schulte Nordholt, Perec, Modiano, Raczymow, la génération d’après et la mémoire de la Shoah, Rodopi, 2008
  • Ellen Fine, « The Absent Memory : The Act of Writing in Post-Holocaust French Literature », in Writing and the H., edt Berel Lang, 1988.
  • Karein Goertz, “Transgenerational Representations of the Holocaust : From Memory to Post-Memory”, World Literature Today, 72, no 1, 1998.
  • Mounira Chatti, « Le palimpseste ou une poétique de l’absence-présence chez Henri Raczymow », in La Shoah…, PU de Vincennes, 1999.
  • Jared Stark, « Suicide after Auschwitz », Yale Journal of Criticism, Spring 2001 (sur Un cri sans voix)
  • (en) Froma Zeitlin, “The Vicarious Witness: Belated Memory and Authorial Presence in Recent Holocaust Literature”, in Shaping Losses, Univ of Illin., 2001
  • (en) Juliette Dickstein, “Writing Literature after Auschwitz : Henri Raczymow and the Post-Holocaust Experience in France”, in Holocaust Literature, edt. By S.Lillian Kremer, Routledge, 2002
  • Annelise Schulte Nordholt, “Ni victime ni témoin : Henri Raczymow et la difficulté d’écrire la Shoah”, in Les lettres romanes, 2002
  • Idem : « Henri Raczymow entre Proust et Flaubert », Neophilologus, 2002
  • Virginie Lecerf : “Une mémoire sans mémoire” : Trauma und autofiktionale Identitätssuche im Werk *Henri Raczymows, in Literaturwissenschaftliches Jahrbuch, Berlin, 2003
  • (en) Annelies Schulte Nordholt, « Re-enacting the Warsaw Ghetto. Henri Raczymow : Writing the Book of Esther”, Journal of Modern Jewish Studies, July 2004. Article repris in Contemporary Literature Criticism,
  • (en) Karein K. Goertz, Henri Raczymow, in Dictionary of Literary Biography, volume 299, entry : Holocaust Novelist. Edit by Efraim Sicher
  • Annelies Schulte Nordholt, “Henri Raczymow romancier : judéité et modernité”, in Territoires et terre d’histoires, Rodopi, 2005.
  • Cécile Hanania : « Bloom & Bloch d’Henri Raczymow : du roman au « judan » » The French Review, vol. 79, no 5, april 2006
  • Henri Lewi, Le Lecteur somnambule, éditions du Rocher, 2007, p. 234-260.
  • Portraits de Henri Raczymow [1]
  • Cécile Hanania, “La traversée du cygne: Henri Raczymow de l'autre côté de chez Swann.” In Brami, Joseph (ed.), Lecteurs de Proust au XXe siècle et au début du XXIe, volume 2. éditions Minard, 2012.
  • Florence Bouchy, "Écrire sans entraves" in Le Monde des livres, 7 février 2014.
  • (en) Rebekah Vince : "Out of Sight But not out of Mind : Absence as Presence in French Postmemory Narrative" in Journal of History and Cultures 5, January 2015, Birmingham.
  • Gisela Bergonzoni : (sur Tavares et le Cygne de Proust), in J. Loehr & J. Poirier (dir), Retour à l'auteur, Reims, Epure, 2015.
  • Marina Ortrud M. Hertrampf : "Narration et photographie. Enjeux intermédiaux dans des photo(auto)biographies et photo(auto)fictions contemporaines", in Le bal des arts : le sujet et l'image, écrire avec l'art, ss la dir de Elisa Bricco, 2015.
  • Annelies Schulte Nordholt, "Heinz d'Henri Raczymow", une écriture du silence" in Le silence de l'écriture de la Shoah, çédille, revista de estudios franceses, monografias 5 (2015)
  • Entretien avec Henri Raczymow par Nelly Wolf, in Tsafon n°70 automne 2015-hiver 2016.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]