Henri Perrier de La Bâthie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Perrier.
Henri Perrier de La Bâthie
Angraecum viguieri.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 85 ans)
ChambéryVoir et modifier les données sur Wikidata
Abréviation en botanique
H.PerrierVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Domaine
Membre de
Distinction

Henri Perrier de La Bâthie, né le et mort le , est un botaniste français[1]. Il est le fils de Pierre Perrier de La Bâthie (1825-1916) et le neveu du baron Eugène Perrier de la Bâthie (auteur d'un Catalogue raisonné des plantes vasculaires de Savoie ayant marqué la phytogéographie des Alpes à sa parution)[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Joseph Marie Henri Alfred Henri Perrier de La Bâthie[1] naît le à Chambéry[3] ou à Saint-Pierre d'Albigny[4], dans le département de la Savoie.

Carrière[modifier | modifier le code]

Illustration de Flore de Madagascar et des Comores

Il étudie la flore de Madagascar. Parmi ses publications, il faut citer ses nombreuses contributions (de 1936 à 1955), comme La Flore de Madagascar (plus tard renommée en Flore de Madagascar et des Comores) ainsi que La Végétation malgache (1921) et la Biogéographie de plantes de Madagascar (1936).

Sartidia perrieri, spécimen-type conservé au Muséum national d'histoire naturelle de Paris. Ce spécimen a été collecté en 1914 près d'Antsirabé par Henri Perrier de la Bâthie. L'espèce est considérée de nos jours éteinte.

Son nom a été donné à plusieurs espèces dont Erythrina perrieri, Ensete perrieri, Euphorbia perrieri, Podocarpus perrieri, Sartidia perrieri, Takhtajania perrieri (à l’origine Bubbia perrieri) et Xerosicyos perrieri.

Controverse Opuntia[modifier | modifier le code]

Le nom de Perrier de La Bâthie est associé à une grande controverse : celle de l'éradication du figuier de Barbarie (Opuntia) dans le sud de Madagascar, par l'introduction volontaire en 1925 d'un insecte prédateur, une cochenille[Laquelle ?]. Les conséquences de cette éradication fulgurante d'une plante aux vertus alimentaires furent nombreuses et parfois désastreuses pour les populations considérées, dans une région soumise à des famines périodiques[5].

En fait[6], il ne s'agit pas d'une seule espèce de cactus comme le laissent supposer Kaufman et Jeffrey qui ne donne aucune identification spécifique, mais de trois espèces d'opuntia :

  • Opuntia ficus-indica (L.) Mill (Raketagasy, ...),
  • Opuntia stricta (Haw.) Haw. (Raketamena, ...),
  • Opuntia vulgaris Mill. (syn. Opuntia monoacantha).

Opuntia stricta ou raketamena est une plante envahissante, dynamiquement très active, difficile à utiliser et dont les fruits sont toxiques. L'introduction des cochenilles a nui aux deux autres dont les fruits sont comestibles et les raquettes (cladodes) sont utilisables pour nourrir les troupeaux.

Il meurt le à Chambéry[3].

Membre de sociétés[modifier | modifier le code]

Dessin botanique dans Flore de Madagaskar (1941)

Henri Perrier de La Bâthie est membre de plusieurs sociétés savantes dont l'Académie de la Val d'Isère, Société linnéenne de Lyon (1822, membre à vie), l'Académie malgache, de la Société botanique de France, etc.[3] Il est élu en 1932 à l'Académie des sciences, « section botanique », avec pour titre académique correspondant[3].

Il est membre fondateur de l'Académie des sciences d'Outre-Mer, en 1922[3].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • La Flore de Madagascar (plus tard renommée en Flore de Madagascar et des Comores)
  • La Végétation malgache (1921)
  • Biogéographie de plantes de Madagascar (1936), édition : Paris, imprimerie Jouve ; Société d'éditions géographiques, maritimes et coloniales, 17, rue Jacob , 1936. (18 mai.) In-16, 156 p.[4]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Biographies et nécrologies[modifier | modifier le code]

  • Henri Humbert, « Henri Perrier de la Bathie (1873-1958) », in Journal d'agriculture tropicale et de botanique appliquée, vol. 5, n°12, décembre 1958. pp. 863-867 [lire en ligne (page consultée le 21 février 2017)].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • Traduction de l’article de langue anglaise sur Wikipédia.
  1. a et b « Perrier de la Bâthie, Henri (1873-1958) », sur www.idref.fr (consulté en juillet 2017)
  2. Henri Humbert, « Henri Perrier de la Bathie (1873-1958) », Journal d'agriculture tropicale et de botanique appliquée,‎ , p. 863-867 (lire en ligne)
  3. a b c d et e Fiche sur le site du Comité des travaux historiques et scientifiques.
  4. a et b « Henri Perrier de La Bâthie (1873-1958) », sur data.bnf.fr (consulté en juillet 2017)
  5. cf Kaufmann, Jeffrey C., La Question des Raketa : Colonial Struggles with Prickly Pear Cactus in Southern Madagascar, 1900-1923, Ethnohistory - Volume 48, Number 1-2, Winter-Spring 2001, p. 87-121 Duke University Press
  6. Allorge, Matitle-Ferro Cactus et cochenilles introduites à Madagascar : mise au point à l'appui des collections historiques du MNHN à Paris [Cactcaea;Hemiptera;Dactylopiidae] Revue Française d'Entomologie (N.S.) 2011, 33(1-4):55-64

H.Perrier est l’abréviation botanique standard de Henri Perrier de La Bâthie.

Consulter la liste des abréviations d'auteur ou la liste des plantes assignées à cet auteur par l'IPNI