Henri Marion

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Henri Marion
Henri Marion.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 49 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Distinction

Henri Marion, né le à Saint-Parize-en-Viry (Nièvre) et mort à Paris le , est un philosophe, pédagogue et professeur de pédagogie français. Il est le premier titulaire d'une chaire de science de l'éducation à Paris, en 1887.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il fait sa scolarité secondaire au collège de Nevers, puis au lycée Louis-le-Grand, à Paris. Il est reçu à l'École normale supérieure en 1865, et réussit à l'agrégation de philosophie à sa sortie de l'école en 1868[1]. Il soutient une thèse de doctorat de philosophie en 1880. Il est nommé professeur de philosophie aux lycées de Pau (1868-1872), de Bordeaux (1872-1875) et au lycée Henri-IV (1875-1882). Il donne des cours de psychologie appliquée à l'éducation et de morale aux écoles normales supérieures de Fontenay et Saint-Cloud[1]. Il joue un rôle dans l'établissement d'un enseignement du second degré pour les filles.

En 1883, il est chargé d'un cours complémentaire à la Sorbonne, qui devient en 1887, un cours magistral sur la science de l'éducation[2]. Il devient, cette même année, le premier titulaire d'une chaire dédiée à la « science de l'éducation » à l'université de Paris. Il y agit en défenseur des « méthodes actives ». Il est remplacé en 1896 par Ferdinand Buisson, auquel succèdera Émile Durkheim. La chaire est supprimée après la Première Guerre mondiale.

Au cours de sa carrière, il collabore également avec l'Encyclopédie des sciences religieuses, le Dictionnaire de pédagogie, la Grande encyclopédie, la Revue philosophique, la Revue pédagogique et la Revue bleue[3].

Il est attaqué par Ferdinand Brunetière qui déclare à son propos : « Les jeunes gens n'ont pas besoin qu'on leur enseignât la pédagogie […] Ayons avant tout des professeurs qui ne songent qu'à professer et moquons-nous de la pédagogie » (1895)[4].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il épouse le Jeanne Marie Hall, connue sous le nom de Mme Henri Marion, qui dirige l'École normale supérieure de jeunes filles de Sèvres de 1896 à 1906[5]. Ils ont cinq enfants.

Gaston Maspero, qui faisait partie de sa promotion de l'ENS, reste son ami intime toute sa vie ; il est témoin à son mariage et le déclarant de son décès[6].

Publications[modifier | modifier le code]

  • John Locke, sa vie et son œuvre d'après des documents nouveaux, Paris, Éd. Germer Baillière, coll. «Bibliothèque de philosophie contemporaine», 1878.
  • De la solidarité morale; essai de psychologie appliquée, Paris, Éd. Germer Baillière, coll. «Bibliothèque de philosophie contemporaine», 1880.
  • Leçons de Morale, Paris, Éd. A. Lahure, 1882.
  • Leçons de psychologie appliquée à l'éducation, Paris, Armand Colin, 1882.
  • L'éducation dans l'université, Paris, Armand Colin, 1892.
  • Psychologie de la femme, Paris, Armand Colin, 1900.
  • L’éducation des jeunes filles, Paris, Armand Colin, 1902.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Cote LH/1744/4 », base Léonore, ministère français de la Culture
  2. « Marion », sur Nouveau dictionnaire de pédagogie et d'instruction primaire (F. Buisson), INRP (consulté le ).
  3. Christophe Charle, « 80. Marion (François, Henri , Marie) », Publications de l'Institut national de recherche pédagogique, vol. 2, no 1,‎ , p. 131–132 (lire en ligne, consulté le )
  4. cité par Philippe Meirieu, Pédagogie : le devoir de résister, Paris, éd. ESF, 2008.
  5. Christophe Charle, « François, Henri , Marie », dans Les professeurs de la faculté des lettres de Paris – Dictionnaire biographique 1809-1908, Paris, INRP (lire en ligne), p. 131-132.
  6. Actes d'état-civil

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]