Henri Maret

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles ayant des titres homophones, voir Henri Marret et Henry Maret.
Henri Maret avec la comédienne Marcelle Géniat en 1910

Henri Maret (ou Henry Maret), né le à Sancerre et mort le à Paris, est un journaliste et homme politique français, député de la Gauche radicale (extrême-gauche) de 1881 à 1889 et du Parti radical-socialiste de 1902 à 1906.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu de la famille Maret de Bassano, il fait ses armes en tant que journaliste au Charivari, au Rappel et à La Réforme. Pendant le siège de Paris, il critique le gouvernement de Défense nationale et fonde, pendant la Commune, Le Mot d'ordre avec Henri Rochefort[1]. Opposé à la destruction de la colonne Vendôme, il passe néanmoins, avec Rochefort, devant le conseil de guerre après la Semaine sanglante (mai 1871)[1]. Sa peine de cinq ans de prison ferme est commuée en quatre mois, en raison de son état de santé[1], avec interdiction des droits civils pendant cinq ans.

Il participe aussi à L'Action, au Corsaire, puis au Tribun du Peuple de Prosper-Olivier Lissagaray, qui lui laisse souvent prendre la suite de ses éditoriaux lors de l'arrêt de ses autres journaux. En 1878, ayant quitté L'Avenir national, rallié au bonapartisme, il devient le principal rédacteur du Mot d'ordre[1], attaquant la politique opportuniste de Gambetta[1].

Élu conseiller municipal du XVIIe arrondissement (quartier des Épinettes) en octobre 1878, il est réélu en 1881[1]. En 1879 et 1880, il s'oppose de façon virulente, et solitaire, à l'article 7 de la loi Ferry sur les congrégations religieuses[1], au nom de la liberté absolue d'association. Il doit alors quitter Le Mot d'Ordre, mais Portails, le directeur de La Vérité, lui offre une place de rédacteur en chef[1].

En juillet 1881, il quitte La Vérité, et s’associe à Victor Simond pour lancer Le Radical le , et continue à mener campagne contre l'opportunisme.

Élu député de la Seine dans le XVIIe aux élections d'août 1881 contre le républicain modéré, le colonel Martin, il siège à l'extrême-gauche[1]. Il fait alors partie, avec de Lanessan, futur ministre de la Marine de Waldeck-Rousseau, d'un groupe de députés « libertaires » qui se séparait parfois du chef des radicaux, Clemenceau[1]. Il se fait remarquer pour ses amendements s'opposant à l'outrage aux bonnes mœurs ou tentant de rétablir la possibilité du mariage entre un conjoint adultère et son ou sa partenaire[1]. Après la grève de Montceau-les-Mines de 1883, il réclame l'amnistie pour tous les crimes politiques[1].

Comme Clemenceau, il vote pour l'élection de la magistrature par le peuple, pour la séparation de l'Église et de l'État, et contre les crédits de l'expédition du Tonkin, étant un farouche adversaire de la politique colonialiste du cabinet Ferry[1].

Aux élections de 1885, il est présent à la fois sur des listes radicales (Seine) et socialistes (Cher) ainsi que sur une autre liste plus modérée. Il parvient à se maintenir au second tour, dans le Cher, avec les modérés, sur une liste d'opportunistes qui affrontait les monarchistes[1], et il est élu député du Cher (5e sur 6)[1]. Ayant également été élu dans la Seine (13e sur 34), il opte pour le Cher[1], siégeant toujours à l'extrême-gauche[1].

Lors des débats sur la loi d'exil de juin 1886, il se prononce contre la proposition Duché[1]. Maret est l'un des premiers à s'opposer au boulangisme[1], ce qui l'amène à favoriser l'union républicaine, abandonnant l'idée de révision constitutionnelle[1]. Il vote pour les poursuites contre Boulanger et contre trois députés de la Ligue des patriotes[1].

Ré-élu en 1889 puis en en 1893, il participe activement aux débats sur les lois scélérates ainsi qu'aux projets de lois sur la liberté d'association[1].

Ré-élu en 1898 et 1902 (victoire du Bloc des gauches), il siège jusqu'à 1906, étant devenu membre de diverses commissions parlementaires (presse, enseignement et beaux-arts, économies, budget) et s'opposant à la censure[1]. Défenseur de la séparation de l'Église et de l'État et de la suppression du budget des cultes, il refuse cependant de voter le projet de loi portant suppression de l'enseignement congrégationniste, au nom de la liberté d'association[1].

Dreyfusard en 1898, il écrit en 1904 au Journal son «carnet d’un sauvage ». Il utilise quelquefois le pseudonyme de Jean Libre. Il meurt le 5 janvier 1917 à Paris.

Il était, selon le Dictionnaire des parlementaires français, apparenté à la famille Maret de Bassano.

Mandats[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u, v, w et x Notice biographique sur le site de l'Assemblée nationale

Sources[modifier | modifier le code]

  • Lettres relatives à la détention d’Henry Maret, 1871.
  • Tract du Comité central socialiste d’aide aux amnistiés, 1880.
  • Lettre d’Albert Pétrot, 1881.
  • Lettres reçues par Henry Maret et par son épouse (1860-1906).
  • Lettres non identifiées reçues par Henry Maret ([1850]-1899).
  • Histoire générale de la presse, tome III, 1972, p. 230, 231, 362, 365
  • « Henri Maret », dans Robert et Cougny, Dictionnaire des parlementaires français, [détail de l’édition]

Liens externes[modifier | modifier le code]