Henri-Louis-Marie de Rohan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Henri-Louis-Marie de Rohan
Titre Prince de Guéméné
Biographie
Naissance
à Paris
Décès
à Prague
Père Jules-Hercule-Mériadec de Rohan-Guéméné
Mère Marie-Louise de La Tour d'Auvergne
Conjoint Victoire de Rohan
Liaisons
Enfants Charlotte (1761-1771)
Charles, duc de Montbazon (1764-1836)
Marie-Louise (1765-1839)
Louis, duc de Bouillon (1766-1846)
Jules (1768-1836)

Henri-Louis-Marie de Rohan (Paris, - Prague, ), prince de Guéméné, est un gentilhomme et un aristocrate français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

Henri Louis Marie de Rohan est l'unique fils de Jules-Hercule-Mériadec de Rohan (1726-1788) , prince de Guéméné, et de Marie-Louise de La Tour d'Auvergne (1725-1793).

Il est connu sous le titre de prince de Guéméné toute sa vie durant, bien qu'il ait reçu de son père le duché de Montbazon en 1788[1]. On l'appelle aussi le prince de Rohan-Guéméné.

La banqueroute[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Banqueroute des Rohan-Guémené.

Le prince se signala, ainsi que sa femme, gouvernante des enfants royaux, par l'éclat des fêtes qu'il donnait, la somptuosité de sa maison et par de folles prodigalités. Ils finirent, en 1783, par faire une banqueroute retentissante, dont le montant s'éleva à 33 millions de livres, et dont la liquidation ne fut terminée qu'en 1792.

Dès 1783, le prince était tombé en disgrâce et la princesse avait été obligée de se démettre de ses fonctions et de quitter la Cour. Elle s'éteindra sous le Premier empire.

Descendance[modifier | modifier le code]

Il épouse, en 1761, Victoire-Armande-Josèphe de Rohan (1743-1807), fille de Charles de Rohan, prince de Soubise et d'Anne-Thérèse de Savoie-Carignan, avec laquelle il a :

  • Charlotte-Victoire-Josèphe-Henriette (1761-1771) ;
  • Charles-Alain-Gabriel (1764-1836), duc de Montbazon, qui épouse Louise-Aglaé de Conflans d'Armentieres (1763-1819) ;
  • Marie-Louise-Joséphine (1765-1839) ;
  • Louis-Victor-Mériadec (1766-1846), duc de Bouillon ;
  • Jules-Armand-Louis (1768-1836).

Ils résidèrent notamment dans leur hôtel de la place des Vosges, dénommé Hôtel de Rohan-Guémené.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Christophe Levantal, Ducs et pairs et duchés-pairies laïques à l'époque moderne (1519-1790), Paris, Maisoneuve et Larose, 1996, p. 771.