Henri Jules Bataille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bataille (homonymie).
Henri Jules Bataille
Portrait du Général Henri Jules Bataille.
Portrait du Général Henri Jules Bataille.

Naissance 6 septembre 1816
Le Bourg-d'Oisans
Décès 10 janvier 1882 (à 65 ans)
Paris
Origine Drapeau de la France France
Grade Général de division
Années de service 18341879
Commandement 45e Régiment d'Infanterie de Ligne
Distinctions Légion d'honneur (Grand-Croix)

Henri Jules Bataille (né le 6 septembre 1816 au Bourg-d’Oisans, Isère — mort le 10 janvier 1882 à Paris) est un militaire français du XIXe siècle, général de division d’infanterie et grand-croix de la Légion d'honneur.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils du capitaine Jean Pierre Bataille et de Sophie Antoinette Garnier. Jean Pierre Bataille s’engage en 1791 dans le premier bataillon de l’Isère incorporé ensuite dans l’armée des Alpes. Jeune caporal, à Rivoli, il fait 116 prisonniers avec trois camarades et reçoit un sabre d'honneur pour son fait d'armes. De 1800 à 1815 il participe à toutes les campagnes de l’Égypte à Waterloo. Il meurt en 1823.

Lors d’une tournée en Dauphiné du ministre de la guerre, le marquis de Clermont-Tonnerre, la mère d'Henri Jules Bataille lui demande que son fils soit adopté comme élève du roi au Collège royal militaire de la Flèche, ce qui fut accepté.

Entré à Saint-Cyr le 16 novembre 1834, il en sort, en octobre 1836, sous-lieutenant au 22e Régiment d'Infanterie de Ligne. Le 30 janvier 1839, il fut embarqué avec son régiment pour l’Algérie où il resta, une première fois, jusqu’au 10 septembre 1831. Lieutenant le 25 mai 1840, capitaine le 12 mars 1843, il passe, le 9 février 1847, comme adjudant-major au 2e Régiment de la Légion étrangère. En 1849, il est au siège de Zaatcha et participe à la campagne de Kabylie en 1850, et notamment le 24 juin chez les Beni Habibi, il reçoit le 12 décembre la croix de chevalier de la Légion d’honneur. Il fait un second séjour de quatre ans, jusqu’en septembre 1857, pendant lequel il gagne la croix d’officier, qui lui fut remise le 12 juin 1856. Colonel du 45e Régiment d'Infanterie de Ligne le 7 février 1854, il continue à rester en Algérie, en campagne et souvent en expédition.

Officier général[modifier | modifier le code]

Le 12 août 1857, il est nommé général de brigade et envoyé, en avril 1859, au 3e corps de l’armée d’Italie. Il participe à la bataille de Magenta. Le 16 août 1866, il est promu au grade de général de division. En 1870, il se trouve aux grandes batailles d’août, eut à Gravelotte deux chevaux tués sous lui.

Blessé d’une balle au ventre lors de la bataille de Rezonville, il est transporté à Metz où il est fait prisonnier. De retour en France, après sa captivité en Allemagne, il est nommé en juillet 1871 commandant du 2e corps de l’armée de Versailles. En 1873, il est nommé à la tête du 5e corps ayant son siège à Orléans. En 1879, la gauche de la Chambre avec Gambetta propose à Mac-Mahon un décret relevant de leur fonction les généraux Bourbaki, Bataille, du Barail et Ducros, ce que le maréchal refuse. Le décret signé le 11 février par Jules Grévy

Conseiller général du Canton du Bourg-d'Oisans, pendant deux ans, il démissionne car il ne supporte pas la vie politique.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Narcisse Faucon, Le livre d'Or de l'Algérie, Challamel et Cie Éditeurs Librairie Algérienne et Coloniale, 1889.
  • Gloires militaires de la France contemporaine Maison de la bonne presse, Paris, vers 1890