Henri III de Bar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Henri III de Bar
Henry3 count of Bar.jpg
Illustration de Henri III de Bar, {{XIVe}} siècle, issue des Chroniques de Saint-Denis
Titre de noblesse
Comte de Bar
-
Prédécesseur
Successeur
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Lieu inconnuVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Activité
FeudataireVoir et modifier les données sur Wikidata
Famille
Père
Mère
Jeanne de Toucy (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Conjoint
Enfants
Bar Arms.svg
D’azur semé de croisettes recroisetées au pied fiché d’or et aux deux bars d’or au lambel de gueules à quatre pendants.

Henri III de Bar, né en 1259, mort à Naples en septembre 1302, fut comte de Bar de 1291 à 1302. Il était fils de Thiébaut II, comte de Bar, et de Jeanne de Toucy.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il fit ses premières armes lors d'un conflit entre son père et l'évêque de Metz, Bouchard d'Avesnes puis sert Ferry III, duc de Lorraine. Il s’apprêtait à partir combattre en Terre sainte lorsque mourut son père.

Sept ans plus tôt, la comtesse de Champagne Jeanne Ire avait épousé le futur roi de France Philippe IV le Bel, faisant du Barrois le voisin immédiat du domaine royal. Voulant se ménager des alliances face à un voisin aussi puissant, il épousa en 1293 Aliénor, fille du roi Édouard Ier d'Angleterre (1269-1297).

La guerre ne tarda pas à éclater entre la France et l'Angleterre et Henri se trouva impliqué dans les conflits, qui se terminèrent le 4 juin 1301 par le Traité de Bruges. Pressé d'envahir le comté de Champagne par son allié, le roi d'Angleterre, il est battu et fait prisonnier par le sire de Châtillon. En échange de sa libération avec quatre années de captivité dans les geôles du comté de Flandre, Henri dut céder quelques forteresses à son puissant voisin, mais surtout rendre hommage à Philippe le Bel pour une partie de son comté qui sera nommé le Barrois mouvant, et s'engagea à se rendre à Chypre pour aller combattre l'infidèle.

Il se rend dans le royaume de Naples dans le but de s'embarquer pour l'Orient. À Naples, il prête main-forte au roi Charles II, qui doit repousser une invasion du roi Frédéric de Sicile. Il est grièvement blessé au cours d'un engagement et meurt peu après.

Mariage et enfants[modifier | modifier le code]

Il épousa à Bristol le 20 septembre 1293 Aliénor d'Angleterre (1269 † 1297), fille d'Édouard Ier, roi d'Angleterre et d'Aliénor de Castille, et eut :

Sources[modifier | modifier le code]