Henri Gautreau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gautreau.
Henri Gautreau
HG 1902 portrait retouché.jpg

Henri Gautreau en 1902

Biographie
Naissance

Paris 6e
Décès
(à 88 ans)
Paris 20e
Pseudonyme
H.G
Nationalité
Drapeau : France Français
Lieu de travail
Paris 1er, Paris 20e, Bagnolet
Activité
Inventeur, industriel-ferblantier
Autres informations
Domaine
Invention, fabrication
signature de Henri Gautreau

signature

Henri Léon Xavier Gautreau, dit H.G [1], né au 56 rue du Four[2], Paris 6e arr. (anc.11e)[3] le 23 mars 1859, décédé au 129[4] rue Pelleport, Paris 20e arr. le 3 novembre 1947[5] est un inventeur, chaudronnier, lampiste, industriel-ferblantier.

Il est l'inventeur-fabricant avec plus de 60 brevets, de réchauds, fourneaux, lampes et calorifères à gaz d’alcool[6] (de 1889 à 1907) puis d’ustensiles de cuisine et ménage (de 1907 à 1947) estampillés des initiales H.G. Après son décès, en 1947, ses fils et petit-fils maintiendront la fabrique jusqu’en janvier 1968, soit une production familiale qui s’étalera sur quatre-vingt années.

Biographie[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mars 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Chaudronnier à douze ans[modifier | modifier le code]

Par ailleurs, Henri Gautreau est neveu du rosiériste-obtenteur Victor Étienne Gautreau (1817-1887), de Brie-comte-Robert (Seine-et-Marne), chez qui il fut élevé dès l'âge de 16 mois, et pendant une année, suite au décès de sa mère survenu en mai 1860, Paris 15e. Pourtant bon élève il quittera l'école à 12 ans, voulant travailler avec son père Xavier (1826-1905), un chaudronnier-étameur installé à son compte 63 rue Sainte-Anne à Paris 1er[7].

1897- Henri Gautreau et son père Xavier découvrent, au 30 rue des Amandiers, leurs prochains locaux de la fabrique de réchauds à Paris
1877 - Futur inventeur de 18 ans, déjà bien initié au métier de chaudronnier - étameur par son père.

Henri Gautreau, extraits de « Principaux faits de ma vie »,

du 23 mars 1934

« (... ) Le maître disait que j'écrivais comme un notaire .

Je ne savais pas devenir un pamphlétaire.

Tous les ans, j'avais le premier prix d'écriture,

Je ne pensais pas faire des paniers à friture (...).

A douze ans je faisais ma première communion,

J'ai quitté l'école pour gagner du picallion,

Ayant appris à boucher les trous des chaudrons,

Je me suis appliqué à faire des inventions (...).

Revenu chez mes parents[8], je travaillais dur

Dans un sous-sol restreint, respirant l'air impur,

Pendant dix-huit heures et bien souvent la nuit,

Malgré ma force, mon courage en était détruit (...) »

Période des réchauds (1889-1927)[modifier | modifier le code]

Quelques mois après sa sortie du service militaire qui dura cinq années (1880-1885), au 2e régiment d'artillerie-pontonnier[9] à Angers, Henri Gautreau convole, en janvier 1886[10] à Paris 2e, avec Marie Raynal (1866-1945). Ils auront sept garçons, nés de 1886 à 1904, dont deux décédés en bas-âge. Puis, installé modestement à Paris rue Hérold où il tient une petite boutique en location, Henri Gautreau commence par vendre des articles de ménage, et des irrigateurs dont il effectue les petites réparations en changeant le cuir des pompes.

1889 : créateur des réchauds transparents, de fourneaux, lampes et calorifères à alcool[modifier | modifier le code]

Se spécialisant dans les appareils de chauffe et d'éclairage fonctionnant au gaz d'alcool, Henri Gautreau ajouta l'emploi d'un corps de verre pour le contenant à combustible[11]. D’un aspect esthétique certain et avec des variantes déclinées en deux formes, quatre tailles et sept couleurs, le récipient en verre H.G permettait de faciliter l’entretien et la fonction du réchaud ou du fourneau, mais surtout de pouvoir surveiller le niveau de l’alcool dans le récipient - corps de chauffe habituellement composé de cuivre, de laiton ou de fer-blanc.Les verres très recuits étaient fabriqués chez un verrier de la banlieue et leur qualité testée à haute température pour assurer une chauffe sécurisée dans son utilisation quotidienne. Un verre qui se devait donc d’être plus performant que ceux utilisés habituellement pour les lampes à pétrole

Une annotation mettant en avant cette qualité apparaissait sur la page de couverture de son catalogue 1906 : « La Maison H. Gautreau offre Dix Mille Francs à la personne qui par un usage normal fera exploser un de ses réchauds à alcool muni du Réflecteur-Écran[12] ».

Les moules en fonte laissaient ressortir en relief au cul des verres l’inscription H.G PARIS Breveté S.G.D.G. Henri Gautreau poussa même l’inspiration jusqu’à concevoir pour ses réchauds des verres carrés[13] et triangles[14] devant permettre un rangement optimisé.

Pour comprendre le choix du verre comme matériau pour ses réchauds[modifier | modifier le code]
1899 - Carton publicitaire (25x22) du réchaud transparent H.G, affiché aux devantures de boutiques d'articles ménagers. Médaille d'or en 1897 à Paris
1901 - Henri Gautreau lors de la mise au point d'un nouveau modèle de réchaud, Paris rue des mandiers

Le choix du verre pour le corps des réchauds se fit suite à un évènement traumatisant, quand un début d’incendie se déclara le 22 novembre 1886 dans son petit appartement, au sixième étage sous les toits. Un réchaud en fer-blanc rouillé tomba, se perça et mis le feu au grand rideau de la chambre, pièce où se trouvait son épouse Marie alors enceinte. Ce drame provoqua le soir même la naissance prématurée de leur fils aîné. Henri Gautreau se promis que cela ne devait pas recommencer, fini le fer-blanc comme contenant à combustible pour les réchauds. Il lui faudra plus de deux années pour mettre au point son réchaud à corps de verre[7], finalement breveté en novembre 1889[11].

Une entreprise en plein essor, rattrapée par la concurrence[modifier | modifier le code]
Extrait du catalogue H.G 1903 - Le fourneau à alcool Le Volcan, mettant en ébullition 1 litre d'eau en 4 min, obtient une médaille de bronze au concours de l'alcool 1902. En vente aux Galeries Lafayette et au Bon Marché de 1903 à 1911

Plusieurs prix dont deux médailles d’or obtenues à Paris en 1897 et 1905 vont encourager Henri Gautreau à élaborer de multiples modèles et variantes de ses modèles. Activité grandissante dans la petite entreprise pour la fabrication puis la vente par les quincailleries[15] et les grands-magasins[16] parisiens et provinciaux[17], d’où l’embauche jusqu’à vingt-trois employés (soudeurs, représentants, etc..) avec un apogée de 1904 à 1912. D'où aussi deux déménagements successifs du siège et de l'atelier, d'abord rue Coquillière 1er arr., puis définitivement en 1897 au 30 rue des Amandiers 20e arr., tout du moins pour cette première entreprise.

Trois formes d'estampage sur la ceinture centrale des réchauds transparents à alcool H.G

Des modèles en verre de concurrents parisiens ne tardant pas à apparaître sur le marché, en 1903 Henri Gautreau joignit alors dans ses catalogues un feuillet avec la mention suivante :

Inscription H.G. Paris B S.G.D.G. moulée en relief sous le corps de verre

« AVIS - J’ai l’honneur d’appeler l’attention de tous mes clients sur les qualités remarquables de mes RÉCHAUDS TRANSPARENTS à modérateur de flamme avec bec muni du Réflecteur-écran breveté S.G.D.G. en se mettant en même temps en garde contre les imitations nombreuses qui se sont produites depuis quelques années. Mes réchauds à alcool sont reconnaissables principalement à la forme du corps de verre moulé dans un moule dont le modèle est ma propriété. Ensuite, ils sont munis d’une marque de fabrique régulièrement déposée, laquelle est placée en un point très apparent de la monture métallique du réchaud. Des imitations plus ou moins rapprochées de mon système sont offertes par des concurrents peu scrupuleux. elles seront poursuivies partout où elles seront rencontrées. Plusieurs de mes imitateurs, déférés à la juridiction correctionnelle ont été successivement condamnés aux dommages-intérêts à fixer par état avec frais et dépens. A vos ordres, recevez, M. ....., mes salutations empressées. H.GAUTREAU. Pour éviter les contrefaçons exiger la marque H.G PARIS, breveté S.G.D.G. DÉPOSÉE. »

1906 : Georges Bénard, ingénieur, successeur de la fabrique de réchauds H.G[modifier | modifier le code]

Pour des raisons de santé[7] H.Gautreau céda sa fabrique en 1906 à G. Bénard[18], jeune ingénieur de l’École de Commerce qu’il épaulera pendant deux années selon les conventions en vigueur. Cette période fut couronnée par un succès à l’exposition de Londres en 1908[19], une médaille d’or, « seule récompense accordée à cette industrie ». Avec G. Bénard la marque H.G pour les réchauds va ainsi perdurer jusque vers la fin des années 1920. La dernière trace connue dans les catalogues date de 1927[20], l’électricité et le gaz prenant le pas sur l’alcool d’autant que la fabrique n’aura plus vraiment fait évoluer ses modèles dans ses locaux rue des Amandiers.

Les modèles et créations H. Gautreau de 1889 à 1906[modifier | modifier le code]

  • Réchaud De Table en verre H.G
  • Réchauds : Le Soigné, Le Démontable, Le Riche, de Table, L’Intermédiaire, L’Intermédiaire Riche, L’Unique, Le Réclame, L’Ordinaire, Le-Cent-Pareil, Les Inséparables, Le Parfait Démontable, de Voyage, Le Cuirassé, Le Soigné Triangulaire, Le Soigné Carré, L’intermédiaire Triangulaire, L’Intermédiaire Carré, Chauffe-assiette à alcool Le Parisien.
  • Fourneaux : Le Volcan [21], Le Champion, Le Champion-Jumelle, L’Auxiliaire, L’Auxiliaire-Jumelle.
  • Lampe : Lampe d’éclairage à l’alcool La Favorite [22] en suspension ou sur pied, Manchon Le Favori , Bec pour lampe à alcool, Verre de lampe H.G.
  • Calorifère : Calorifère mobile à l’alcool L’Équateur [23].
  • Poêlons : Poêlon condensateur, Poêlon Riche, Poêlon embouti Unique.
  • Divers : Allumoir spécial, Support pour fer à friser, Bidon de sureté.

Période des ustensiles de cuisine (1907-1968)[modifier | modifier le code]

S’étant fait dérober une bonne partie de ses économies, et père de cinq fils encore mineurs (deux autres fils étant décédés en bas-âge), Henri Gautreau se voit contraint de se relancer rapidement, poursuivant sur Bagnolet dans le domaine du fer-blanc avec des ustensiles pratiques pour la ménagère et à des prix abordables.

1909 : membre de la Société des Petits Fabricants et Inventeurs Français (SPFIF)[modifier | modifier le code]

La SPFIF était l'association organisatrice du Concours Lépine auquel Henri Gautreau participa cette année 1909. Il y présenta ses dernières innovations[24] parmi lesquelles la Marmite ou Casserole-Jardinière à compartiments[25] ressortait du lot. Mise en valeur par les médias[26], puis acceptée à la vente dans les grands magasins[27] elle restera son produit phare pendant quelques années.La revue scientifique OMNIA[28] en consacra un article soigné et élogieux avec photo à l’appui, une telle attention dans cette revue pour un ustensile de cuisine pouvant paraître surprenant. L’accent de l’article fut mis sur sa fonction permettant une cuisson séparée des différents légumes afin de ne pas mélanger les saveurs dans une même eau contrairement à la Julienne, puis de conclure : « C’est pourquoi la marmite-jardinière, en venant à son aide, gagne ses lettres de noblesse, et mérite son titre d’invention utile ».

C’est principalement à cet ustensile que la Maison Gautreau doit ses trois Grands Prix et ses deux médailles d’or obtenus à Paris, Tulle et Châteauroux de 1910 à 1913[29]. Elle sera fabriquée jusqu’en 1939.

C'est par le biais de cette association des Petits Fabricants et Inventeurs Français que, de 1909 à 1913, Henri Gautreau participa aux diverses expositions en France, Foire de Paris en 1912[30], mais aussi à l'étranger, comme lors de l'Exposition Universelle de Bruxelles de 1910 où une médaille de bronze lui fut décernée. Le journal Le Panthéon de l'Industrie qui rapporta l'évènement qualifia Henri Gautreau d'inventeur-fabricant infatigable[31].

1923 : premier Salon des Arts Ménagers, auquel était intégré le deuxième concours Jean-Barès[modifier | modifier le code]

La France vécut au début des années 1920 une remise en question dans le domaine des appareils ménagers. La situation économique provoquait la crise du personnel domestique. Désormais pour assumer bien souvent elles-mêmes leurs tâches ménagères, les maîtresses de maison avaient besoin d'appareils plus pratiques. Les États-Unis en avance sur la France en matière de crise commençait d'expédier ses nouveaux appareils de cuisine et ménage. Ces importations coûtaient chers en dollars aux dépens de l'industrie française. Confiant en l'imagination fertile de ses inventeurs, les dirigeants français et Jules-Louis Breton de l'Office Nationale des Recherches et Inventions lancèrent un appel à concours avec des primes aux huit premiers lauréats. L'accent fut mis sur l'aspect pratique, rapide et confortable de l'utilisation des nouveaux matériels. Le but était aussi de faire connaître des appareils déjà existants, généralement ignorés de la majorité des acheteurs[32].

Le premier Salon des Arts ménagers, alors appelé « des appareils ménagers », eu lieu du 18 octobre au 4 novembre 1923 dans les baraquements de la Foire de Paris au Champ-de-Mars. Il rassembla 200 exposants. Henri Gautreau remporta le septième prix[33]. Il se vit également remettre le quatrième prix du concours Jean-Barès[34],[35] ; c'était un concours interne à celui du salon, « réservé au inventeurs français, pères d’au moins trois enfants, qui auront fait les découvertes les plus utiles à l’industrie française ». En janvier 1924 la revue Recherches et Inventions chargée de rapporter l’évènement des deux concours consacra un numéro spécial du premier Salon où figurèrent dix appareils de Henri Gautreau[36] dont on retiendra l’Éplucheur-laveur[37] à manivelle et surtout le panier à salade bi-coque à barrettes métalliques. Celui-ci, surnommé Le Restreint[38], de fabrication entièrement mécanique, perdurera encore dans les années 1960 mais en une seule taille au lieu des trois tailles à l’origine[39].

Puis en juin de cette année 1924 la revue scientifique décrira plus en détail les ustensiles de H. Gautreau[40], cette fois-ci en rapport au concours Jean-Barès, mettant en évidence les nombreux avantages du panier bi-coque par rapport à la méthode traditionnelle de fabrication : « (...) le travail de la carcasse se trouve simplifié par le moyen d’un nouvel outillage créé entièrement par l’inventeur. Une armature, bande de tôle cambrée et perforée d’un fabrication entièrement mécanique et rapide supporte le fil de fer et n’exige que six branches de tôle au lieu de huit en fil de fer donnant la même solidité. Il suffit d’enrouler le fil dans les encoches et pour ce travail la main d’œuvre ne demande aucune connaissance spéciale. On évite enfin que l’ouvrière ne se déforme les doigts en ajustant et serrant les fils comme dans l’ancienne fabrication. L’outillage créé permet de faire l’enrobage du fil automatiquement et le rabattage des petites agrafes très rapidement. La moyenne de fabrication est de 150 paniers par jour par ouvrière, au lieu de 15 à 20 au plus à l’ancienne méthode. Enfin, pour faire les expéditions en province ou à l’étranger, les trois modèles de grandeurs de paniers se rentrent les uns dans les autres ; le poids est de 70 à 100 grammes moins lourd et moins volumineux, tout en étant aussi solide que les anciens modèles ».

1935 : création du premier panier à salade souple et pliant[modifier | modifier le code]

La vente du panier à salade bi-coque Le Restreint[41] breveté en 1923 marchait bien d'autant qu'en mai 1932 Henri Gautreau et son fils Maurice conçurent un outillage baptisé le Balthazar[42] qui en accéléra le rendement.

Mais ils n’en restèrent pas sur ce modèle de panier avec la conception d’un second d’une toute autre allure, marque Inox, dit Le Champion ou L’Extra-Souple, panier métallique pour usages multiples[43]. Il se fabriquera en deux tailles jusque dans les années 1960. Ce panier souple avait la nouvelle particularité d'être peu encombrant, très léger et d’accompagner le mouvement de la salade pour en accentuer l’essorage lors du balancement du bras.

Le fil de tissage, très fin, fut copié sur les éponges métalliques. Bien coopératif le fabricant suisse de ces modèles d’éponges accepta de fournir le cylindre de fabrication, comprenant qu’il ne serait pas utilisé pour du tissage d’éponge. Cependant la mise au point de cette fabrication durera deux années. Pour être adaptable à sa nouvelle fonction Le cylindre d’occasion demanda rénovation et transformation. Le plus long fut de concevoir une filature de fil de fer assez résistante et souple à la fois afin que la maille ne casse pas au montage autour des cames en acier trempé. On utilisa du fil électrique galvanisé.

Enfin le 23 janvier 1936 Henri Gautreau surnomma Le Tabarin[44] le nouvel outil à fabriquer les paniers Extra-Souples. Autour de cette délicate machine à tricoter un travail à la chaîne devait être prévu pour assurer chacune des quinze passes. Pour être rentable une seconde machine sera nécessaire après la guerre, avec une douzaine de sertisseuses, des outils à percer, couper, mettre en forme, cercler[7].

1947 : l’après Henri Gautreau[modifier | modifier le code]

Le panier pliant H.G agrandi en bourriche La Parisienne, modèle 1950
Extrait du catalogue H.G 1948 - Paniers à salade Inox dit L'Extra-Souple / Le Champion (brevet 1935) , et le bi-coques dit Le Restreint (brevet 1923)

Ses fils poursuivront les perfectionnements de l’existant, avec pour le panier souple l’élaboration en 1950 d’une machine à les agrandir permettant la création d’une bourriche à poissons pliante à doubles gonflages, modèle La Parisienne[45]. Une première dans le genre. De plus, son maillage fin évitait au poisson de s'écailler.

Les deux versions de paniers à salade H.G figurèrent dans les catalogues[46], dictionnaires[47]et revues[48] en rapport aux arts ménagers, avec une forte activité de vente dans les années 1950. C’est à ce moment-là qu’apparurent les nouveaux paniers souples à mailles dites Fouineteau (du nom du concepteur), maillage plus solide à fil inoxydable et d’un étamage plus facile à réaliser car non tissé en spirales comme H.G, ce sont les fabrications que l’on retrouve en 2016.

Vers 1952 à l’initiative d’un fabricant de matière plastique de l’Ain, Guillemin, deux modèles du bi-coque version plastique[49] verront le jour sous licence. Ils étaient reconnaissables à leur forme conique d’origine et à leur marquage H.G breveté, made in France.

Trois estampage HG d'ustensiles Henri Gautreau
Trois formes d'estampage sur les ustensiles de cuisine H.G : Le torréfacteur/grilloir à réchauds (de 1919 à 1939), l'Éplucheur-Laveur (de 1922 à 1939 ), le panier à salade Le Restreint plastique (années 1950-1960)

Des versions tout en arrondies leur succédèrent rapidement, celles-ci créées par d’autres fabricants français de matière plastique. D'où dix-sept années de procès, de 1954 à 1961, sans cesse reportés de ville en ville, dont le gain final n'aura servi qu'à rembourser les frais d'avocats. Il y eut aussi des copies asiatiques illégales, de basse qualité, qui ralentirent également les ventes de la marque H.G avant l’extinction de la fabrique en janvier 1968, à bout de souffle. De même, les bénéfices qui étaient surtout reversés sur les salaires, ne se retrouvaient pas réinvestis dans une continuité vers la matière plastique ; pas plus que dans le domaine de l'électroménager comme a su le faire Jean Mantelet - aussi de Bagnolet - avec Moulinex, après le succès de son Moulin-légumes en 1931[7].

Les modèles et créations H. Gautreau et fils de 1907 à 1962[modifier | modifier le code]

- Avant 1920 : Porte-allumettes à sonnerie (pour hôtels et cafés-restaurants) - Porte-allumettes perfectionné - Salière-double à sonnerie - Timbre de table façon électrique - Réveil-tirelire (pour enfants) - Anse démontable pour bouteilles - Guide-mêches anti-fumée - Bac-égouttoir pour vaisselle - Lessiveur à tube injecteur mobile Le Lessiveur [50]- Pince à lavette - Appareil coupe-légumes - Accroche serviettes et essuie-mains - Accroche-balai - Brûloir à café pour gazinière et réchaud - Bassine à friture avec égouttoir - Couvercle spécial pour bassine à friture - Poêle à frire Coupe-Lyonnaise - Boîte à ordure La Wagonnette - Piège à mouches - Casserole-Légumière à grille double - Passoire-légumière vapeur avec grille - Casserole-Jardinière à compartiments - Marmite Culina - Casserole à légumes avec passoire - Essuyeur rallonge-plumeau - Panier salade le Restreint en toile - Dessous de bouteille de table spongieux à griffes - Pulvérisateur médical ou à parfum à diffusion perpétuelle - Arrache-bouchon.

Année 1932, Bagnolet - En-tête de facture bien fourni. Le 23 mars 1931 la fabrique H. Gautreau devient H. Gautreau & fils

- Après 1920 : Appareil rotatif pour épluchage rapide L’Éplucheur-Laveur - Panier à salade bi-coque Le Restreint [51] - Nettoie-couteau - Polissoir à fourneau - Lavette-époussette - Panier à cuire les asperges Le Cuiseur - Grill à pain-réchauffe-plat - Égouttoir à friture avec poignées supports - Tendeurs à chaussures - Manche pour éponge métallique Spiro - Protecteur souple pour éponge et tampon métallique - Presse-purée à grille métallique Pilon-tamiseur - Panier à salade pliant et souple à usages multiples dit Le Champion, versions Extra et Inox - Dispositif protecteur pour supporter les fers à repasser les plats ou analogues - Bourriche à poissons La Parisienne - Bourrichette Justobu - Panier à salade Le Restreint version plastique.

Liste des prix[modifier | modifier le code]

  • Année 1898, Paris 20e En vitrines idéales, les médailles obtenues trônent généreusement sur la carte de visite
    1890, mention honorable à l'Exposition des sciences et arts industriels[52], Paris
  • 1891, médaille de bronze à l'Exposition du travail, Paris
  • 1892, médaille de bronze à l'Exposition des sciences et arts industriels, Paris
  • 1897, médaille d'or à l'Exposition nationale, Paris
  • 1900, mention honorable à l'Exposition universelle de Paris
  • 1901, médaille d'argent à l'Exposition du travail, Paris
  • 1902, médaille de bronze au Concours de l'alcool, Paris
  • 1905, médaille d'or à Paris
  • 1906, médaille d'argent à Paris
  • 1908, médaille d'or à l'Exposition franco-britannique de Londres (Angleterre)[19]
  • 1909, diplôme d'honneur et médaille de bronze au Concours Lépine[24], Paris
  • 1910, médaille offerte par l'association des Inventeurs et Fabricants Français[53], diplôme d'honneur et médaille d'argent à Marseille ; médaille de bronze à l'Exposition universelle de Bruxelles (Belgique) ; médailles d'argent et d'or, et Grand prix à Paris
  • 1911, médaille de vermeil offerte par Bonnet & Thirion[53] ; médaille d'or à Paris
  • 1912, médaille d'argent à Paris ; médaille d'argent et Grand prix à Châteauroux
  • 1913, médaille de bronze à l'Exposition universelle de Gand (Belgique) ; médaille d'argent à Paris ; Grand prix à Tulle
  • 1923, 4e prix du Concours Barès ; 7e prix du premier Salon des appareils ménagers, Paris[54]

Usines[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mars 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Les implantations successives de la fabrique, sur Paris et la proche banlieue : En 1886 au 3 rue Hérold Paris 1er arr. ; vers 1890 au 41 rue Coquillière Paris 1er arr. ; en 1897 au 30 rue des Amandiers[55] Paris 20e arr. ; en 1907 au 60 rue de Paris, à Bagnolet, qui devint en 1926[56] le 45 avenue de la Porte de Bagnolet Paris 20e arr. ; puis installation en 1945 au 54 rue Ramus Paris 20e arr. ; pour finir dès 1958 à Montreuil-sous-Bois au 28 rue de Villiers[54],[19],[52].

Expositions[modifier | modifier le code]

2006 : exposition temporaire, du 27 mai au 1er novembre, Musée des Ustensiles de cuisine anciens (A.M.U.C.A.), Saint-Denis-la-Chevasse, Vendée. D'où les articles dans les journaux : Ouest-France du lundi 5 juin « Ph. Gautreau inaugure la saison 2006 au musée des ustensiles » ; Le Journal du Pays Yonnais du jeudi 1er juin « Une exposition temporaire de qualité ».

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • La Revue Française de Généalogie (RFG), numéro 127 d’avril/mai 2000, p. 28-29 « Le roman vrai d’un bienfaiteur de l’humanité », par Pierre-Gabriel Gonzalez.
  • d’Hier à Demain, Étude des modes de vie à travers les objets domestiques, numéro 18, 4e trimestre 1997, J. & JP Guélon, Juvisy, Vie des constructeurs « Henri Gautreau et sa première fabrique (1886-1906) », p. 55-60, par Ph. Gautreau.
  • 60 ans d’Arts Ménagers, tome 1 (1923-1939), Jacques Rouaud, Syros éditions, Paris, 1989, p. 16 pour Gautreau.
  • Fil de fer, Objets domestiques, Abbeville Press, 1995, p. 48 panier à salade bi-coque Le Restreint.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Marque de fabrique, enregistrée le 28 juillet 1897 sous le numéro 54752 pour les réchauds ; 2) En 1911 avec renouvellement le 13 mars 1926 sous le numéro 238170 pour les articles de ménage.
  2. Il habitera ensuite, toujours avec ses parents, au 18 rue du Bac, Paris 7e, puis au 63 rue Sainte-Anne, Paris 2e où son père y est cité chaudronnier sur l'Annuaire du commerce 1870.
  3. Erreur sur l'acte de naissance reconstitué en 1873 qui indique sa naissance sur le 10e ancien, alors que la rue du Four située sur le 6e actuel correspond au 11e ancien. Est bien indiqué né à Paris 6e sur son acte de décès.
  4. L'immeuble n'existe plus, devenu vétuste il fut vidé en 1983 et remplacé en 1999 par l'œuvre de l'architecte Frédéric Borel, du 131 rue Pelleport, pour laquelle il reçut le Grand prix national d'architecture 2010.
  5. Enterré au cimetière du Père-Lachaise, division 81, allée des Thuyas, no 750
  6. Avant 1895 les réchauds à alcool étaient dits à esprit de vin, alcool non dénaturé qui ne cont enait pas encore un amérisant non toxique (méthylène) le rendant impropre à la consommation.
  7. a, b, c, d et e Guillaume Gautreau dit Pierre (1902-1988), sixième fils de Henri Gautreau., Cahiers de mémoires, archives familiales, Viry-Châtillon, 1980-1984
  8. Après son service militaire (1885). Ici il évoque ses parents, sachant qu'il s'agit de la seconde épouse de son père qu'il a toujours considéré comme sa mère. Une vérité sur sa véritable filiation qui lui fut révélée seulement la veille de son départ pour le service militaire en 1880.
  9. 2e régiment d'artillerie-pontonnier d'Angers, créé en 1878 et dissout en 1894, remplacé par le 6e Régiment de Génie
  10. - Mariés le 23 janvier 1886, Paris 2e arr., AD75 cote V4E 5466, vue 25/31
  11. a et b Brevet numéro 202 012 du 18 novembre 1889
  12. Brevet numéro 383 789 du 7 décembre 1898, additif du 22 mars 1902
  13. Almanach de la Quincaillerie et des Industries qui s'y rattachent, Paris, , p. 116 (dessin), rubrique « Réchauds à alcool »
  14. Brevet numéro 329 498 du 18-02-1903 (forme carrée), puis additif du 05-03-1903 (forme triangulaire) 69 (erreur sur la planche du dessin qui n'est pas en rapport au brevet, vu le 12 novembre 2016)
  15. Goulart, quincaillerie, fabrique d'ustensiles de ménage - Album, année 1893, Paris, rue de la Roquette, 35 & 37, 102 p., p. 92, modèle H.G à queue en bois fixe et à queue pliante métal ; sur Hauët & Vidal, quincaillerie et Articles de Paris, catalogue mars 1894, Paris, 6 rue Froissard, 798 p., p. 430, réchaud en verre H.G manche bois fixe et mobile ; sur Antoine Belpêche, quincaillerie en Gros et Articles de Paris, catalogue no 10, février 1897, Paris, 4 avenue Richerand, 40 p., p. 34, réchauds H.G Le Soigné, manche fixe ou mobile, et Le Démontable ; sur Rebattet & Cie, Comptoir Français de Quincaillerie - Catalogue général, année 1904, Paris, 72-74 Boulevard Richard-Lenoir, 764 p., p. 551 et 574, 16 modèles H.G dont 8 en dessins ; sur Eeckhout & Foubert, Fourneaux d'été et réchauds, février 1908, Paris 95 Boulevard Richard-Lenoir, Paris, 12 p., p. 4, 8-9 pour H.G : Le Volcan, le Transparent, L'Intermédiaire, le Triangulaire, les Inséparables, le Facile ; sur E. Leroux, Quincaillerie et Articles de Paris en Gros, catalogue, année 1909, Paris, 6 rue Froissard, p. 22-23 modèles H.G dont 14 en dessins ; sur E. Eeckhout, Ustensiles de ménage, catalogue, année 1912, Paris X, 68-70 Quai de Jemmapes et 1-3-5-7 rue Alibert, 170 p., p. 74, 123-124 et 126, 6 modèles H.G en dessins : le Volcan, le Triangulaire, les Inséparables, le Facile, L'Intermédiaire, le Transparent ; sur Charles Flacheld, Quincaillerie en Gros, Articles de ménage, catalogue, juin 1913, Paris, 48 & 65 rue Amelot, 82 p., p. 53, Le Réclame, L'Intermédiaire et Le Soigné H.G (plus la bassine à friture H.G p. 29).
  16. Aux Galeries Lafayette, Porcelaine, Orfèvrerie, Ménage - Catalogue, Paris, année 1906, 70 p., p. 37 - deux modèles H.G dont le Volcan ; sur Au Bon marché, Maison A. Boucicaut, Articles de ménage - Catalogue, Paris, année 1908, 58 p., p. 15 et 48 - deux modèles H.G dont le Volcan ; sur Le Louvre, Ustensiles de Ménage - Catalogue général, Paris, année 1910, p. 38.
  17. Maison Universelle, Crédit Moderne, Ustensiles de Ménage et Articles de Paris -, Tarn, Albi, place du Vigan, 7, vers 1910, p. 35 (modèle H.G dit 'L'Ordinaire')
  18. H.Gautreau, successeur G. Bénard, Fabrique spéciale de réchauds transparents, lampes d'éclairage et calorifères à alcool. Extrait du catalogue, Paris, , 6 p.
  19. a, b et c Annuaire du commerce pour Paris, Paris, Didot-Bottin, , p. 2933 (avec dessin)
  20. Laurence frères, succ. de L. Robert, quincaillerie en gros et Articles de Paris, Paris X, 4 avenue Richerand, , p. 55
  21. Le Volcan, modèle déposé le 16 septembre 1899 sous le numéro 63557
  22. La Favorite et Le Favori, modèles déposés le 19 décembre 1901 sous les numéros 75679-72680
  23. L'Équateur, modèle déposé le 16 janvier 1903 sous le numéro 77924
  24. a et b Le Petit Fabricant, catalogue de la SPFIF, 1909, page 49 : Casserole-jardinière - Essuyeur-rallonge plumeau - Salière à sonnerie - Réveil tirelire - Anse porte-bouteille - Accroche-balai - Accroche-serviette.
  25. Brevet numéro 416 576, du 31 mai 1910
  26. Journal L'Illustration, Paris, no 3538, rubrique « Nouvelles inventions », 1910 le 17 décembre, dos de couverture.
  27. Grand Bazar de l'Hôtel de Ville - Ménage, chauffage, éclairage Catalogue, Paris, rue de Rivoli, année 1913, p. 12 Casserole à légumes à 3, 4 ou 5 compartiments ; sur Aux Galeries Lafayette, Catalogue spécial de Ménage, Paris, rue Lafayette, Boulevard Haussemann, année 1914, 46 p., p. 12 Casserole-Jardinière à 3, 4, 5 ou 6 compartiments.
  28. Revue Pratique des Sciences OMNIA, Paris, n° 263, rubrique « Inventions nouvelles »., 1911 le 14 janvier, p. 7 de la seconde partie
  29. Encadré sur catalogue Henri Gautreau & Fils, Fabrique d'articles pour ménage et cuisine, année 1937, 4 p.
  30. D'après le catalogue 1912 de la Foire de Paris, liste des exposants, p. 46 pour Gautreau (Articles de ménage, éclairage, ferblanterie, jouets, parfumerie)
  31. Le Panthéon de l'industrie Moniteur des expositions universelles, 5 décembre 1910, p. 6-7 « Articles de Paris, M. H. Gautreau, Inventeur-Fabricant à Bagnolet »
  32. Bulletins de la revue scientifique Recherches et Inventions, année 1923
  33. Revue Recherches et Inventions, no 8 du 1er février 1924, p. 369.
  34. Il n'y eut pas de troisième édition du concours Jean Barès qui s'effacera devant le Salon des Arts Ménagers désormais plus prisé.
  35. Revue Recherches et Inventions, no 14 du 1er mai 1924
  36. Revue Recherches et Inventions, numéro spécial du 15 janvier 1924, pages 326 et 327 : Eplucheur-laveur, accroche-serviettes, accroche-balai, brûloir à café, casserole-jardinière, lessiveuse ménagère, grill-pain, bac-égouttoir, pince à lavette, panier à salade bi-coque.
  37. Brevet n°552 660 du 8 juin 1922 ; sur Au Bon marché, Maison A. Boucicaut, Ménage - Service de table, Orfèvrerie - Catalogue -, Paris, avec l'Eplucheur- Laveur HG, de 1923 à 1933 ; sur Grand Bazar de Lyon - Catalogue Général, Lyon, rue de la République, avec l'Eplucheur-Laveur HG, de 1930 à 1936.
  38. Brevet n° 564 909 du 6 avril 1923 ; sur Camille Rousset, Annuaire de la Quincaillerie et des Métaux, Paris, panier à salade Le Restreint p. 981.
  39. Catalogue H. Gautreau 1962
  40. Revue Recherches et Inventions, no 16 du 1er juin 1924, p. 571, 572 et 573.
  41. Paul Breton, L'Art Ménager Français - Dictionnaire, Paris, Flammarion, , 1304 p., p. 697 (photo, modèle de droite)
  42. D'après un acrostiche de Henri Gautreau du 27 mai 1932 pour l'inauguration de l'outillage du panier Le Resreint. Un outillage du nom de Balthazar, en référence au dernier roi de Babylone.
  43. Brevet n° 791 353 du 17 juin 1935.
  44. Henri Gautreau, Acrostiche du 23 janvier 1936 pour le baptême de l'outillage du panier à salade l'Extra-Souple. Du nom de Tabarin, fameux magicien-comédien décédé à Paris.
  45. Catalogue Ménage & Cuisine, H. Gautreau & fils, 1952, Paris, 54 rue Ramus, 4 p.
  46. Comptoir Général de la Bimbeloterie - Articles de Ménage, Paris III, rue des Haudriettes, 4 à 8, mars 1935, 70 p., p. 13, Le Restreint et six autres articles H.G ; sur Comptoir Parisien de Quincaillerie C.L.V, catalogue E.Chalavas & M.Jacquin, 188 Boulevard Voltaire, année 1936, 160 p., p. 97, Panier pliant Extra-souple et quatre autres articles H.G ; sur Mianné Frères, Articles de Ménage en gros, catalogue général illustré, Ivry-sur-Seine, année 1949, 44p., p. 29 panier souple H.G et panier Le Restreint sur tarifs 1950 ; sur Établissements Blondel, Catalogue, Paris XIX, avenue de Flandre, 47, année 1954, 170 p., p. 49 no 6755 panier à salade pliant ; sur Comptoir Général de la Bimbeloterie - Articles de Ménage, Paris III, rue des Haudriettes, 4 à 8, janvier 1961, 125 p., p. 27-28 et 31 panier super Inox pliant et Le Restreint.
  47. Paul Breton, L'Art Ménager Français - Dictionnaire, Paris, Flammarion, 1952, 1304 p., p. 697 photo, modèle de droite ; sur Nouveau Larousse Ménager - Dictionnaire, Paris, Librairie Larousse, 1955, 1170 p., p. 820 photo, numéros 5 et 7.
  48. Arts Ménagers, Paris, Arts Ménagers Éditions, avril 1953, no 40, 142 p., p. 64-65 Le Restreint et le panier pliant ; sur Arts Ménagers, Paris, Arts Ménagers Éditions, mai 1958, no 101, 208 p., p. 105, 107 et 192 paniers Le Champion (pliant) et Le Restreint.
  49. Arts Ménagers, Paris, Arts Ménagers Éditions, mai 1958, n° 101, 208 p., pp.106-107 paniers La Matière Plastique et Le Restreint version plastique
  50. Le Lessiveur, modèle déposé en novembre 1912 puis renouvellement le 19 novembre 1927 sous le no 121209
  51. Le Restreint, modèle déposés 1) le 25 mars 1922 sous le no 26742 ; 2) le 20 mars 1937 sous le no 271391 ; 3) le 14 février 1952 sous le no 508940
  52. a et b « Palais de l'Industrie..., 2e Exposition Internationale 1890, juillet à novembre, [des] Sciences et Arts industriels... », sur Gallica, (consulté le 7 février 2017)
  53. a et b Certifié par courrier de l'Association, 12 rue Beccaria, Paris, en date du 20 novembre 1997
  54. a et b Catalogues de la Maison H. Gautreau des années 1901, 1906 et 1927.
  55. La fabrique de réchauds HG, tenu par G.Bénard à partir de 1906, restera jusqu'en 1927 au 30 rue des Amandiers, petite rue alors très commerçante.
  56. Agrandissement de Paris aux dépens de Bagnolet, en prévision notamment de la construction des boulevards extérieurs.