Aller au contenu

Henri Desclez

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Henri Desclez
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 80 ans)
SherbrookeVoir et modifier les données sur Wikidata
Surnom
H.D.Voir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonyme
HapicVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Domicile
Formation
Activités
Conjoint
Helena Harris (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Site web
Œuvres principales

Henri Desclez, né le à Braine-le-Comte (province de Brabant) et mort le à Sherbrooke, est un peintre et auteur de bande dessinée belge installé au Québec.

Henri Desclez naît le à Braine-le-Comte[1],[2]. Henri Desclez a participé de diverses manières à l'histoire de la narration dessinée au XXe siècle, puisqu'il fut illustrateur et auteur notamment dans Pilote, Tintin et Spirou, responsable éditorial et co-auteur d'une adaptation en bande dessinée de San-Antonio[3], rédacteur en chef de Tintin, fondateur des éditions PAF, directeur et éditeur du groupe Sogides, dessinateur et producteur de nombreux dessins animés. Il se consacre aussi à la peinture.

Les débuts en Belgique

[modifier | modifier le code]

Henri Desclez étudie à l'Académie des Beaux-Arts de Bruxelles[2]. Il fait ses débuts en bande dessinée en 1967 avec le scénariste Michel Noirret, travaillant pour le journal Pilote jusqu'en 1968[1]. En 1969, il joint Le Soir-Jeunesse qu'il dirige et travaille avec André-Paul Duchâteau sur la série Mycroft et Klaxon[1]. Pour ce même supplément, il illustre Le Tailleur de Londres et Les Mystères de Bruges, sous le pseudonyme de Hapic. Toujours avec Duchâteau, il illustre Saint Fauston dans Tintin en 1969[1] et Richard Bantam[4] avec l'épisode La Planète des réprouvés — un récit de science-fiction — pour Spirou en 1970. La série sera reprise plus tard par Henri Decoster[1].

Les studios Desclez

[modifier | modifier le code]

En 1972, il fonde les studios Desclez et adapte la série San-Antonio, co-illustrée par Franz et publiée par Fleuve Noir[1]. La même année, il devient l'éditeur en chef de l'édition belge du magazine Pilote.

Rédacteur en chef de Tintin

[modifier | modifier le code]

Après être entré au conseil de rédaction du Lombard en septembre 1974[5], le mois suivant[6], il succède à Michel Greg pour l'édition belge du Journal Tintin. Confronté à une baisse des ventes qui souffre de la diffusion en albums[7], il doit se borner à écouler les réserves[6]. Il supprime les rubriques rédactionnelles pour exégètes ainsi que le courrier des lecteurs pour faire place à des dossiers servant de documentation scolaire[8]. Préférant Jonathan à Corto Maltese, il publie les planches de Cosey qu'il avait déjà rencontré en 1969[8]. Il y illustre également les séries Les Chroniques du Griffon noir qui se déroulent dans une atmosphère fantasmagorique scénarisé par J. Daniel, mise en couleurs par Jacques Kievits en [9],[1]. C'est dans le numéro 38 du que la véritable nouvelle mouture du journal prend forme[10]. En , il supprime les séries qui ne fonctionnent pas pour faire place aux nouveautés[11]. Il introduit les maxi-posters, Charabia de Hulet — issu de son studio — et Beany le raton de Bédu en décembre de la même année en attendant Comès et Eddy Ryssack[11]. En janvier 1976, Tintin a enrayé la baisse des ventes et retrouve sa place de leader sur le marché[12]. En avril 1976, il abandonne Mycroft et Klaxon pour commencer Gaspard le Balois, une série mêlant l'historique et le fantastique mettant en scène un personnage suisse, tout en introduisant dans le journal Tom Applepie de Benn et Vicq[13]. Il quitte cette fonction en novembre 1976[14].

Arrivée au Québec

[modifier | modifier le code]

En 1976, il émigre au Québec[14] et se joint aux éditions Héritage[1]. Il participe avec la scénariste Andrée Brault à la création de la série mensuelle Brisebois et compagnie. L'année suivante, on lui propose deux nouvelles séries bimestrielles, Nic et Pic coscénarisé avec son épouse[15] Andrée Brault[16], publiée dans Photo Journal[17] et Monsieur Tranquille[16], cette dernière faite en collaboration avec le scénariste Claude Leclerc. Après quatre ans aux éditions Héritage, il fonde sa propre maison d'édition, Productions PAF Loisirs, où il développe entre autres des produits dérivés de Tintin, Gaston Lagaffe, Goldorak et des Schtroumpfs.

Dans les années 1980, il fonde un nouveau studio et produit la série éducative Les Mics et les Micquettes[16]. Il abandonne ensuite la bande dessinée pour se consacrer à l'animation[16] puis à la peinture.

Producteur de séries de télévision

[modifier | modifier le code]

En 1991, il fonde Desclez Productions et produit des émissions de télévision des séries de marionnettes: Iris, le gentil professeur — pour laquelle, il est nommé aux CableACE Awards en 1995 —, Cocotte-minute en 1993 et Petite étoile de 1995 à 1997[18],[2]. À ce moment, sa compagnie est acquise par Malofilm. En 1999, il produit une autre émission, L'île de la tortue, aux Productions Mimosa[18],[2].

La B.D. influence son œuvre de peintre, et ses toiles, réalisées dans un langage pictural brueghélien, sont parfois même engagées (, Bagdad, Super Doc).

Vie privée

[modifier | modifier le code]

Henri Desclez demeurait à West Brome et il était le compagnon de Louise Daniel jusqu'à son décès subit le , à 80 ans comme nous l'apprennent son site officiel et son compte Facebook[19].

Desclez meurt le à Sherbrooke[20] à l'âge de 80 ans.

Albums de bande dessinée

[modifier | modifier le code]
  • Henri Desclez présente Québec humour, Henri Desclez, Toufik, Raymond Parent, Michel Ruest, Robert Schoolcraft, Serge Ferrand et Daniel St-Pierre, Éditions Héritage, 1978
  • Brisebois et compagnie, (Illustrations : Henri Desclez ; textes : Andrée Brault), Éditions Héritage, 1978

Expositions

[modifier | modifier le code]
  • Quatre dessinateurs belges, Maison de la Culture d’Amiens, du au [19] ;
  • Mythic Origins, Agora Gallery, New-York, [19] ;
  • Encadrex présente Henri Desclez, Loft-Galerie Encadrex, Montréal, 2010[23],[24] ;
  • , Henri Desclez, Galerie Jamault, Paris, du au [25].

Prix et distinctions

[modifier | modifier le code]

Postérité

[modifier | modifier le code]

Pour Patrice Dard, écrivain[19]

« Sans jamais se départir d’un puissant impact décoratif, les tableaux de H.D. nous entraînent dans un entrelacs de plantes pétrifiées, bien qu’éclatantes de couleurs, aux volutes voluptueuses, aux gueules délicieusement carnivores. En vérité, son univers nous montre le paradis, le vrai, le paradis sur terre, celui au sein duquel chaque homme se débat et tente d’apaiser les flammes de l’enfer qui le dévore. H.D. ? Un peintre important, une œuvre majeure. »

Notes et références

[modifier | modifier le code]
  1. a b c d e f g et h Dictionnaire mondial de la bande dessinée 2010, p. 247.
  2. a b c et d (en) Bas Schuddeboom, « Henri Desclez - Hapic (5 November 1942 - 29 March 2023, Belgium) », sur Lambiek, (consulté le ).
  3. Dictionnaire de la bande dessinée, p. 466.
  4. Bernard Coulange, « Richard Bantam dans Spirou », sur bdoubliees.com (consulté le ).
  5. Un demi-siècle d’aventures t. 2 : 1970 - 1996, p. 37.
  6. a et b Un demi-siècle d’aventures t. 2 : 1970 - 1996, p. 38.
  7. Un demi-siècle d’aventures t. 2 : 1970 - 1996, p. 40.
  8. a et b Un demi-siècle d’aventures t. 2 : 1970 - 1996, p. 41.
  9. Un demi-siècle d’aventures t. 2 : 1970 - 1996, p. 43.
  10. Un demi-siècle d’aventures t. 2 : 1970 - 1996, p. 44.
  11. a et b Un demi-siècle d’aventures t. 2 : 1970 - 1996, p. 46.
  12. Un demi-siècle d’aventures t. 2 : 1970 - 1996, p. 48.
  13. Un demi-siècle d’aventures t. 2 : 1970 - 1996, p. 50.
  14. a et b Un demi-siècle d’aventures t. 2 : 1970 - 1996, p. 52.
  15. « Brault, Andrée - biographie - bibliographie - Photo », sur BD Gest' (consulté le ).
  16. a b c et d Dictionnaire mondial de la bande dessinée 2010, p. 248.
  17. « Nic et Pic dans Aglaé - Photo-Journal », sur la-bd-de-journal-au-quebec.fandom.com (consulté le ).
  18. a et b « Henri Desclez - Producer - Writer - Art Department », sur Internet Movie Database (consulté le ).
  19. a b c et d « À propos Henri Desclez », sur henridesclez.com (consulté le ).
  20. « Henri Desclez 1942-2023 », sur Complexe funéraire Brome-Missisquoi (consulté le ).
  21. « Série San-Antonio (Les Aventures du Commissaire) », sur BD Gest' (consulté le ).
  22. « Les Mics et les Micquettes », sur BD Gest' (consulté le ).
  23. « Encadrex présente Henri Desclez », sur encadrex.com, (consulté le ).
  24. Marie-Josée Roy, « Photographie d'Art - Henri Desclez », sur roymaj.com (consulté le ).
  25. « Archives de portfolio - Henri Desclez », sur galeriejamault.com (consulté le ).
  26. (en) « CableACE Awards 1995 », sur Internet Movie Database (consulté le ).

Bibliographie

[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Périodiques

[modifier | modifier le code]

Liens externes

[modifier | modifier le code]