Henri Crisafulli

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Henri Xavier François Pierre Crisafulli, né à Naples le et mort à Paris le , était un dramaturge et romancier français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Crisafulli fit ses études à Paris au collège Charlemagne, comme élève de l’institution Massin. Il débuta au théâtre en 1855. Il a publié, en outre, en collaboration avec Gustave Aimard, une série de romans intitulés. Il a également traduit du hollandais. Il est inhumé au cimetière Montmartre.

Théâtre[modifier | modifier le code]

  • César Borgia, avec Édouard Devicque, Théâtre de l'Ambigu en 1855 ;
  • Marie Stuart en Écosse, avec Édouard Devicque, Ancien Cirque, en 1856 ;
  • Les Deux Faubouriens, avec Édouard Devicque, 1857 ;
  • Girofle Giroflà, avec Édouard Devicque, 1858
  • Ernest Ramel, avec Édouard Devicque, Théâtre du Vaudeville, 1861 ;
  • Le Démon du jeu, Théâtre du Gymnase, 1863 ;
  • Mr et Mme Fernel, tiré du roman de Louis Ulbach, Vaudeville, 1864 ;
  • Le Passé de M. Jouanne, Gymnase, 1865 ;
  • Le Fou d’en face, comédie en un acte, 1866 ;
  • La Chouanne, tiré du roman de Paul Féval, Ambigu, 1867 ;
  • Les Loups et les Agneaux, comédie en 5 actes, 1868 ;
  • Autour du lac, comédie en un acte, 1869 ;
  • Les Postillons de Fougerolles, drame en 5 actes, 1873 ;
  • La Falaise de Penmarck, drame en 5 actes, 1873 ;
  • L’Idole, drame en 4 actes, 1875 ;
  • L’Affaire Coverley, drame en cinq actes, 1876 ;
  • Lord Harrington, comédie en cinq actes ;
  • Les Petites Lionnes, comédie en trois actes, avec Paul Sipière, 1879 ;
  • Le Petit Ludovic, comédie en trois actes, avec Victor Bernard, 1879 ;
  • Le Bonnet de coton, comédie en cinq actes, avec Victor Bernard, 1881 ;
  • Les Noces d’argent, en trois actes, avec Victor Bernard, 1881 ;
  • Une perle, pièce en trois actes, 1887 ;
  • Le Vertigo, opéra-bouffe avec Henry Bocage, 1883.

Nouvelles et romans[modifier | modifier le code]

  • Les Invisibles de Paris, avec Gustave Aimard, 5 vol., 1866-67 ;
  • Le Roi Marthe, Bureaux de l’administration du Figaro, Paris, 1872, in-8° ;
  • Les Compagnons de la lune, avec Gustave Aimard, Amyot, Paris, 1867, in-18.

Traductions[modifier | modifier le code]

  • Max Avelaar, Van der Hoeven en Buys, Rotterdam, 1878, 2 vol.

Sources[modifier | modifier le code]