Henri Coulon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Henri Coulon
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 80 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
CoulonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Henri Coulon, né à Paris le où il est mort le en son domicile dans le 9e arrondissement de Paris[1], est un peintre et avocat français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Avocat à la cour d'appel de Paris, inscrit au barreau de Paris depuis le , il devient célèbre par sa participation à de nombreuses causes judiciaires et par de nombreuses publications de jurisprudence. Il plaide ainsi, entre autres, aux assises dans les affaires de meurtre, d'infanticide et de viol et dans les procès de l'artiste Jane May, de Lucien Guitry, du député Georges Laguerre, de l'incendie de l'Opéra-Comique, du Crédit mobilier portugais, d'Eugène Turpin dans l'affaire de celui-ci contre Jules Verne, etc[2]. Avocat-conseil pour les artistes de l'Opéra-Comique, fondateur de la Ligue pour la défense de la liberté individuelle, avocat du Syndicat professionnel des artistes, de diverses compagnies d'assurances, il a aussi été professeur à l'école des hautes études commerciales et à l'institut polytechnique. On lui doit de nombreux ouvrages juridiques, en particulier sur le divorce[3].

Comme peintre, dernier élève de Henri Harpignies, membre de l'École de Crozant, il se fait connaître par ses paysages et explose au Salon des indépendants. Fondateur du Palais-Salon où il expose aussi, ses œuvres sont conservées aux musées de Châteauroux et de Brives ainsi que dans les salles du Conseil général de l'Indre. En 1926, il présente une importante collection à la Rétrospective des indépendants comprenant les toiles Le Moulin de Lecoury, Montrésor et La Forêt de Gros-Bois[4].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • René Édouard-Joseph, Dictionnaire biographique des artistes contemporains, tome 1, A-E, Art & Édition, 1930, p. 324
  • Bénézit, 1955, 1999
  • Jérôme Charraud - François-Xavier Planque, La ligne de chemin de fer Argenton-Aigurande (ou l'histoire d'un projet de tramway qui tombe à l'eau (1882-1919), Bulletin 2020 n°37 du Cercle d'Histoire d'Argenton p. 4 à 16, ISN 0983-1657

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Archives de Paris 9e, acte de décès no 233, année 1936 (page 22/31)
  2. Gustave Vapereau, Dictionnaire des contemporains, 1895, p. 35
  3. Jennifer R. Waelti-Walters, Steven C. Hause, Feminisms of the Belle Epoque: A Historical and Literary Anthology, 1994, p. 161
  4. René Édouard-Joseph, Dictionnaire biographique des artistes contemporains, tome 1, A-E, Art & Édition, 1930, p. 324

Liens externes[modifier | modifier le code]