Henri Collomb (psychiatre)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Henri Collomb
Portrait de Henri Collomb
Biographie
Naissance Voir et modifier les données sur Wikidata
à ValbonnaisVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès Voir et modifier les données sur Wikidata
à NiceVoir et modifier les données sur Wikidata
Pays de nationalité FranceVoir et modifier les données sur Wikidata
Thématique
Profession PsychiatreVoir et modifier les données sur Wikidata

Henri Collomb, né en 1913 à Valbonnais en France et mort en 1979 à Nice en France, est un psychiatre et médecin militaire français. Longtemps en poste à Dakar, il est l'un des fondateurs d'une approche alors nouvelle de la psychiatrie consistant à prendre en compte les facteurs liés à la culture des patients et s'inscrivant en opposition avec la psychiatrie coloniale qui marquait son époque.

Biographie[modifier | modifier le code]

Élève de l'École du service de santé des armées de Bordeaux, Collomb va mener sa carrière de médecin militaire commencée en 1939 à Djibouti successivement en Somalie, en Éthiopie, puis en Indochine. En 1958, Il arrive à Dakar où il est le premier titulaire de la chaire de neuropsychiatrie de la faculté de médecine. Il s'installe au nouveau centre hospitalier de Fann, et va progressivement créer ce qui deviendra l'École de Dakar ou « École de Fann ».

En effet, Collomb, en rupture avec la pensée psychiatrique de son temps qui consiste à plaquer les conceptions de la psychiatrie et de la psychologie forgées en Europe sur les populations locales, cherche à comprendre les particularités du contexte sénégalais. Il se situe ainsi en rupture avec la psychiatrie coloniale. Pour ce faire, il s'entoure de chercheurs français et africains : psychiatres, psychologues, ethnologues, sociologues, psychanalystes, mais aussi de guérisseurs locaux.

Participeront à ce groupe Edmond Ortigues, Marie-Cécile Ortigues et Andras Zempleni.

« Si la psychiatrie moderne s'enferme dans ses murs, elle se condamne à la réclusion et à l'impossibilité d'établir le contact entre le soignant, le soigné et son environnement. La psychiatrie moderne vivra alors de ses illusions, à coups de neuroleptiques et d'électrochocs, et découvrira, dans vingt ou trente ans, qu'elle n'a pas accompli le moindre progrès, alors que toute la médecine a avancé, en un mot, qu'elle n'a pas accompli sa mission[1]. »

Publications[modifier | modifier le code]

  • « Les bouffées délirantes en psychiatrie africaine », Psychopathologie africaine, 1965 ; 1(2):167-239.
  • « Psychothérapies non verbales traditionnelles en Afrique », Actualités psychiatriques, 1972 ; 3: 27-34.
  • (en collaboration avec R. Collignon), « Les conduites suicidaires en Afrique », Psychopathologie africaine, 1974; 10(1), p. 79 et suiv.
  • « De l'ethnopsychiatrie à la psychiatrie sociale », Revue canadienne de psychiatrie, 1979 ; 24 : 459-469.
  • « La mort socio-somatique », Psychologie médicale, 1979 ; 1 1 (8) : 1637-1644.
  • « Pour une psychiatrie sociale », Thérapie familiale, 1980 ; 1 (2) : 99-107.
  • « La sorcellerie-anthropophagie (genèse et fonction) », Évolution psychiatrique, 1978 ; 43(3):499-520.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. 1966, cité par Arnaut R, La folie apprivoisée : L'approche unique du professeur Collomb pour traiter la folie, De Vecchi, Paris, 2006

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Alice Bullard, « The critical impact of Frantz Fanon and Henri Collomb : Race, gender, and personality testing of north and West Africans », Journal of the history of the behavioral sciences, 2005, vol. 41, no 3, p. 225-248.
  • Robert Arnaut, La folie apprivoisée : L'approche unique du professeur Collomb pour traiter la folie, De Vecchi, Paris, 2006 (ISBN 978-2732883113)
  • S. et M. Boussat, « À propos de Henri Collomb (1913-1979) : De la psychiatrie coloniale à une psychiatrie sans frontières », L'autre, Cliniques, Cultures et Sociétés 2002;3(3):411-424. résumé
  • Léopold Sédar Senghor, « Henri Collomb (1913-1979) ou L'art de mourir aux préjugés », Psychopathologie Africaine 1979;15(2):137-9.
  • Henri Collomb : professeur agrégé médecine, 1913-1979 : son œuvre, son humanité, Comité du souvenir de la personne et de l'œuvre d'Henri Collomb, Valbonnais, 1980, 62 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]