Henri Boulay de La Meurthe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Boulay et Meurthe.
Henri Boulay de La Meurthe
Henri Boulay de La Meurthe en 1865.
Henri Boulay de La Meurthe en 1865.
Fonctions
Vice-président de la République française

(2 ans, 11 mois et 25 jours)
Président Louis-Napoléon Bonaparte
Prédécesseur Poste créé
Successeur Poste supprimé
Sénateur du Second Empire

(6 ans, 9 mois et 29 jours)
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Nancy (France)
Date de décès (à 61 ans)
Lieu de décès Paris (France)
Nationalité Français
Religion Catholicisme

Henri Boulay de La Meurthe

Henri Georges Boulay de La Meurthe, 2e comte Boulay de La Meurthe, né à Nancy le et mort à Paris le , est un homme d'État français, vice-président de la IIe République (1849-1852).

Biographie[modifier | modifier le code]

La monarchie de Juillet[modifier | modifier le code]

Avocat à Paris en 1830, Henri Boulay de La Meurthe est nommé colonel de la 11e légion de la Garde nationale.

Il est élu député de la Meurthe, puis des Vosges.

En , il fait partie du Comité central français en faveur des Polonais (pour le soutien à l'insurrection de Novembre), fondé et présidé par La Fayette.

Chevalier de la Légion d'honneur depuis 1831, il est nommé officier de l'ordre le [1].

La Deuxième République[modifier | modifier le code]

Après la révolution de 1848, il est à la tête d'un régiment de la garde républicaine qui combat l'insurrection des journées de Juin, en délogeant notamment 1 500 insurgés du Panthéon de Paris[2]. Député de la nouvelle assemblée, c'est un fidèle de Louis-Napoléon Bonaparte.

Présenté en concurrence avec Vivien et Baraguey d'Hilliers par l'Assemblée nationale, Boulay de La Meurthe est élu vice-président de la République le avec 417 voix, contre 277 à Vivien et 1 à Baraguey d'Hilliers (19 bulletins blancs)[3]. La veille (séance du ), l'Assemblée constituante avait voté pour que le montant du traitement annuel du vice-président soit fixé à 48 000 francs (516 voix pour, 233 contre), après avoir rejeté (par 472 voix contre) la proposition initiale du Comité des finances de fixer à 60 000 francs par an le montant de ce traitement. Sa fonction essentielle est de présider le Conseil d'État. Il est ainsi l'unique vice-président de l'histoire de la République française[4].

Caricature de Boulay de La Meurthe en 1848 par Cham.

Le Second Empire[modifier | modifier le code]

Après la proclamation du Second Empire, Henri Boulay de La Meurthe est nommé sénateur.

Il est aussi président de la « Société pour l'instruction élémentaire », fondée en 1815 par Lazare Carnot, dont il développa les activités en faveur de l'enseignement primaire.

Le comte Boulay de La Meurthe était membre du Grand Orient de France[réf. nécessaire].

Par legs, sa bibliothèque privée, composée de plus de 7 800 volumes (ouvrages et brochures) se rapportant à l'éducation et aux questions sociales de son époque, revient en 1862 à la Bibliothèque municipale de Nancy où elle est conservée dans des salles réservées à cet effet.

Famille[modifier | modifier le code]

Henri Boulay de La Meurthe est le fils d'Antoine Boulay de la Meurthe, qui avait été fait comte d'Empire par Napoléon Ier en 1808.

Comme il n'a eu qu'une fille, son frère François Joseph Boulay de La Meurthe devient à sa mort le 3e comte Boulay de La Meurthe.

Leur sœur Henriette (1809-1884) épouse en 1834 Jules Chodron (1804-1870). Leur fils aîné Alphonse (1835-1919) est fait baron de Courcel (de Port Courcel, sur la Seine à Vigneux, dans l'Essonne) par Napoléon III en 1867 et mène une carrière de diplomate. Leur fils cadet Georges (1840-1904), lieutenant de vaisseau, est l'arrière-grand-père de Bernadette Chodron de Courcel, épouse de Jacques Chirac[5].

Décoration[modifier | modifier le code]

Officier de la Légion d'honneur Officier de la Légion d'honneur (décret du 10 juin 1837).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Henri Georges Boulay de La Meurthe », base Léonore, ministère français de la Culture.
  2. Nouvelle biographie générale des temps les plus reculés jusqu'à nos jours, sous la direction du docteur Hoeffer, tome 6, page 948, Paris 1855.
  3. « Paris, 20 janvier », La Presse,‎ , p. 1 (lire en ligne).
  4. Bertrand Munier, Le grand livre des élus vosgiens, 1791-2003 : conseillers généraux et régionaux, députés, sénateurs, ministres, Gérard Louis, , 380 p. (ISBN 9782914554343, lire en ligne), p. 45.
  5. A la découverte de leurs racines, Joseph Valynseele et Denis Grando, L'Intermédiaire des chercheurs et des curieux, 1988. Pages 76 et 77.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « Boulay (de La Meurthe) (Henri Georges, comte) », dans Robert et Cougny, Dictionnaire des parlementaires français, [détail de l’édition] [texte sur Sycomore]
  • Pour la famille Boulay (de La Meurthe) : voir la revue Généalogie Lorraine no 128, revue de l'Union des Cercles Généalogiques Lorrains (UCGL), ainsi que l'article en ligne.

Liens externes[modifier | modifier le code]