Henri Bichi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Henri Bichi
Naissance

Florence, Italie
Décès
Inconnu
Nom de naissance
Enrico Alfredo Alessandro Bichi (Di Sorgiano)
Nationalité
Italienne
Activité
Œuvres principales
signature de Henri Bichi
signature

Enrico Bichi, dit Henri Bichi, est un mosaïste italien installé à Paris ; son atelier situé dans les XVIIIe et IXe arrondissements, est actif au moins entre 1889 à 1908.

Biographie[modifier | modifier le code]

Henri Bichi et sa femme Marie Morino sont naturalisés français par décret du 7 octobre 1895[1].

Henri Bichi, du fait des difficultés d'approvisionnement en mosaïques vénitiennes à partir de 1887, compte tenu du renchérissement des droits de douane[2], fit travailler les émaux de Briare sur des tesselles colorées avec M. Vannutelli, directeur de la Manufacture nationale de mosaïque, une des quatre manufactures nationales à la fin du XIXe siècle avec la Manufacture nationale de Sèvres (à laquelle elle fut un temps rattachée), la Manufacture de Beauvais et la Manufacture des Gobelins. Il en fit un rapport à la société centrale des architectes français en 1891[3] expliquant le rôle des émaux dimensionnés dans la baisse du prix de revient des travaux en mosaïque.


Principales réalisations[modifier | modifier le code]

Papier à entête du mosaïste Henri Bichi, 1901 - Archives nationales

Parmi ses principales réalisations, on peut citer :

Mosaïques de la basilique Saint-Pierre de Luxeuil-les-Bains par Henri Bichi en émaux de briare

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. Archives nationales (France), décret de naturalisation du 7 octobre 1895, consultable en ligne.
  2. Le renouveau de la mosaïque
  3. L'architecture p. 248-249.
  4. a b et c Le renouveau de la mosaïque
  5. exposition universelle Internationale de 1889: rapport du Jury, Groupe III classe 20, p. 313
  6. L'architecture p. 249.
  7. HAIGRON, Bichi, mosaïste Florentin établi à Paris, 2014, p. 52 (son intervention est cependant indéterminée).
  8. La chapelle du grand séminaire de Besançon sur catholique-besancon.cef.fr
  9. L'architecture, 1897, p. 101, L.C. Boileau.
  10. Photographie de la façade de la chapelle Notre-Dame sur www.flickr.com
  11. HAIGRON, Céline, La gazette des amis de Saint-Colomban, 2014, p.p. 10-14
  12. HAIGRON, Bichi, mosaïste Florentin établi à Paris, 2014, p. 72.
  13. La construction moderne, p. 162-164
  14. Edmond Uhry "agrandissement de la Samaritaine" in l'architecte no 2, février 1907, p. 13-14
  15. HAIGRON, Céline, Bulletin de la Société d'Histoire Moderne et Contemporaine de Compiègne, 2015, p.p. 43-50.
  16. La Construction Moderne 1908, p. 520-521, Pl. 109-112
  • L'architecture no 21 1891 et 1897
  • « Villa à Compiègne », La Construction Moderne,.
  • La construction moderne 31/12/1904.
  • Maryse de Stefano Andrys, Le renouveau de la mosaïque en France : un demi-siècle d'histoire 1875-1914, Arles, Actes Sud, , 96 p. (ISBN 978-2-7427-7208-7)
  • Maryse de Stefano Andrys, Le renouveau de la mosaïque en France de 1875 à 1903 : étude sur la production et l'activité des principaux ateliers parisiens de la fin du XIXe, Besançon, UFR des sciences du langage, Thèse de doctorat, non publiée,
  • Céline Haigron, Henri Bichi, mosaïste florentin établi à Paris, Paris, Université de Paris I, Panthéon Sorbonne (mémoire de MASTER 1 d'histoire de l'art, non publié), , 97 p.

Liens externes[modifier | modifier le code]