Henri Aristippe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Aristippe.

Henri Aristippe (en latin : Henricus Aristippus ; né à Catane, en Sicile) est un lettré italien d'origine grecque du XIIe siècle et un homme politique du royaume de Sicile, qui fut l'un des acteurs de la Renaissance du XIIe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Henri Aristippe est un lettré grec, auteur vers 1160 de traductions en latin de textes grecs fondamentaux, qui jouent un rôle majeur dans la Renaissance du XIIe siècle.

Parmi ses traductions, des dialogues de Platon (Ménon et Phédon), le livre IV des Météorologiques d'Aristote (dont Gérard de Crémone avait traduit les premiers livres de l'arabe au latin), l'Almageste de Ptolémée, la Mécanique d'Horon de Syracuse, l'Optique d'Euclide.

Sous le règne du roi Guillaume Ier de Sicile (1154-1166), il devient chancelier du royaume de Sicile. En 1161, lors d'une révolte menée par des barons contre le roi, Henri Aristippe fut soupçonné par ce dernier d'avoir participé au complot qui visait à le renverser. Le roi Guillaume ne lui pardonna pas non plus d'avoir enfermé chez lui quelques femmes du harem royal capturées lors de la prise du palais de Palerme par des barons rebelles lors d'une révolte (mars 1161). Mais à cause de la popularité de Aristippe, Guillaume ne put s'en défaire[1]. Cependant, en 1162, Henri Aristippe fut accusé par le roi de déloyauté ; arrêté, il fut mis en prison.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Chalandon (1907), L. II, Chap. IX, p.282.

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • G. M. Cantarella, art. Falcando, in Dizionario biografico degli Italiani, 44 (1994) ;
  • Ferdinand Chalandon, Histoire de la domination normande en Italie et en Sicile, Paris, 1907.