Henri-Frédéric Stuart

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Henry Stuart.
Henri-Frédéric Stuart
Description de cette image, également commentée ci-après

Henri-Frédéric Stuart

Titres

Prince héritier du trône d'Écosse


(18 ans, 8 mois et 18 jours)

Prédécesseur James Hamilton
Successeur Charles Stuart

Prince héritier du trône d'Angleterre


(9 ans, 7 mois et 13 jours)

Prédécesseur Jacques Ier d'Angleterre
Successeur Charles d'Angleterre
Biographie
Titulature Prince de Galles
Duc de Rothesay
Duc de Cornouailles
Dynastie Maison Stuart
Distinctions Chevalier de la Jarretière
Nom de naissance Henry Frederick Stuart
Naissance
Château de Stirling
Décès (à 18 ans)
Sépulture Abbaye de Westminster
Père Jacques Ier d'Angleterre
Mère Anne de Danemark
Description de cette image, également commentée ci-après

Prince héritier du trône d'Angleterre
Prince héritier du trône d'Écosse

Henri-Frédéric Stuart (en anglais Henry Frederick Stuart) (), prince de Galles, duc de Rothesay et duc de Cornouailles, est le fils aîné de Jacques Ier d'Angleterre et d’Anne de Danemark. Il naît au château de Stirling et est confié très tôt par son père au comte de Mar, Alexander Erskine. Ses prénoms proviennent de ses grands-pères Henry Stuart et Frédéric II de Danemark.

Son père envisage de lui faire épouser l'infante Anne, fille aînée du roi d'Espagne Philippe III. Henri, protestant convaincu, refuse d'épouser « une papiste ». Anne épousera plus tard Louis XIII, mais le refus d'Henri le rend populaire en Angleterre[1].

Il envisage d'acheter à Robert Dudley le château de Kenilworth pour en faire sa résidence, mais sa mort prématurée à l'âge de 18 ans de fièvre typhoïde met fin à ce projet et empêche Dudley, alors en exil en Toscane, de se réconcilier avec le roi Jacques.

Armoiries de Henri-Frédéric Stuart

Ascendance[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Michel Duchein, Charles Ier, Payot 2000, p. 22