Hennequin de Bruges

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hennequin.
Hennequin de Bruges
Naissance
Date inconnueVoir et modifier les données sur Wikidata
BrugesVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Date inconnueVoir et modifier les données sur Wikidata
Période d’activité
Activités
Peintre, enlumineurVoir et modifier les données sur Wikidata
Lieux de travail
Œuvres réputées
Jean de Vaudetar présente la Bible historiale à Charles V de France, Bible historiale de Jean de Vaudetar, 1372, La Haye, Musée Meermanno.
Tenture de l'Apocalypse, d'Angers, d'après les cartons de Jean Bondol.

Hennequin de Bruges ("Jan Bondol" en flamand), connu également sous les noms de Jean de Bruges ou de Jean de Bondol est un peintre d'origine flamande actif entre 1368 et 1381 à Paris en tant que peintre du roi Charles V. On lui attribue quelques rares œuvres dont les cartons de la Tapisserie de l'Apocalypse d'Angers.

Éléments biographiques[modifier | modifier le code]

Le peintre « Jean de Bondolf, dit de Bruges » est mentionné à quatre reprises comme peintre du roi dans les archives royales du roi Charles V : la première mention remonte à 1368, date à laquelle le roi lui attribue une maison « à l'enseigne du Faucon » dans la ville de Saint-Quentin, accompagnée d'une rente de 20 livres parisis par an. Il est de nouveau mentionné en 1374 cette fois-ci pour des gages par le roi d'un montant de 200 livre par an, puis en 1378 pour la même somme et enfin une dernière fois en 1381. Son nom se retrouve à nouveau dans la signature d'une miniature placée en frontispice de la Bible historiale donnée au roi en 1371. Son nom est mentionné par ailleurs à deux reprises dans les archives de Louis Ier d'Anjou, en 1378 et 1380 pour la réalisation de cartons pour une tapisserie représentant l'Apocalypse[1].

Il est encore une fois mentionné dans les comptes de la maison d'Artois, pour la réalisation de la peinture de la litière de Marguerite Ire de Bourgogne entre 1371 et 1373. Son nom se retrouve peut-être de nouveau dans le registre des comptes de la cours de Dijon en 1371 et 1372, au service de Philippe le Hardi, duc de Bourgogne et frère de Charles V : Hennequin ou « Jean le peintre de Bruges » : il pourrait alors avoir réalisé des cartons pour des vitraux[2].

Attributions d'œuvres encore conservées[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (nl) J. Duverger, « Brugse schilders ten tijde van Jan van Eyck », in Musées royaux des Beaux-Arts Bulletin /Koninklijke Musea voor Schone Kunsten van Belgie, IV, 1-3, 1955, p.95-96
  • Fabienne Joubert, « Le Saint Christophe de Semur-en-Auxois : Jean de Bruges en Bourgogne ? », Bulletin Monumental, t. 150, no 2,‎ , p. 165-177 (DOI 10.3406/bulmo.1992.4431)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Joubert 1992, p. 175-176 (notes 15, 22 et 25)
  2. Joubert 1992, p. 171-173
  3. Joubert 1996