Hemigymnus fasciatus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant les poissons
Cet article est une ébauche concernant les poissons.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations du projet zoologie.

Hemigymnus fasciatus
Description de cette image, également commentée ci-après

Tamarin à bandes noires

Classification
Règne Animalia
Sous-règne Bilateria
Infra-règne Deuterostomia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Infra-embr. Gnathostomata
Super-classe Osteichthyes
Classe Actinopterygii
Sous-classe Neopterygii
Infra-classe Teleostei
Super-ordre Acanthopterygii
Ordre Perciformes
Sous-ordre Labroidei
Famille Labridae
Genre Hemigymnus

Nom binominal

Hemigymnus fasciatus
(?Bloch, 1792)[1]

Synonymes

  • Halichoeres fasciatus (Bloch, 1792)
  • Halichoeres fasciatus (Bloch, 1792)
  • Hemigymuns fasciatus (Bloch, 1792)
  • Hemigymuns fasciatus (Bloch, 1792)
  • Labrus fasciatus Walbaum, 1792
  • Labrus fasciatus Walbaum, 1792

Statut de conservation UICN

( LC )
LC  : Préoccupation mineure


Hemigymnus fasciatus, communément nommé labre à bandes noires ou tamarin à bandes noires[2], est un poisson osseux de taille moyenne appartenant à la famille des Labridae natif du Bassin Indo-Pacifique.

Description[modifier | modifier le code]

Le labre à bandes noires est un poisson de taille moyenne qui peut atteindre une longueur maximale comprise entre 30 cm[3],[4] et 50 cm[2],[5] pour les mâles.

Le corps est haut, relativement aplati, sa tête est large et sa bouche aux lèvres charnues est terminale. Sa livrée varie en fonction des phases de maturité.

Durant la phase juvénile, le labre à bandes noires a une couleur de fond jaune verdâtre avec six lignes verticales jaunâtres et entre ces dernières de fines lignes verticales noires pas forcément visibles.

La femelle en phase initiale a le corps vert sombre à noir avec quatre bandes blanches verticales, la tête est verte et blanche avec des motifs roses surlignés de bleu turquoise. La nageoire caudale est orangée.

En phase terminale, le mâle mature arbore un corps vert sombre à noir avec toujours les quatre bandes blanches qui toutefois s'affinent vers le sommet du corps et dont les dernières peuvent même s'estomper chez les individus âgés. La tête est identique à celle de la femelle mais avec des motifs aux teintes plus intenses dont le caractéristique motif en forme de fer à cheval sur le museau. Sa nageoire caudale est identique à la couleur dominante du corps.

Distribution & habitat[modifier | modifier le code]

Le labre à bandes noires est présent dans les eaux tropicales et subtropicalesdu Bassin Indo-Pacifique soit des côtes orientales de l'Afrique, Mer Rouge incluse, jusqu'en Polynésie et de la Nouvelle-Calédonie au sud du Japon[6],[2],[7].

Le labre à bandes noires apprécie les zones coralliennes mixtes (éboulis/sabe/coraux) où il peut facilement puiser sa nourriture et trouver un abri et ce de la surface à 25 mètres de profondeur [8]. Les juvéniles sont plus discrets et vivent à l'abri des coraux voire aussi entre les épines d'oursin.

Biologie[modifier | modifier le code]

Le labre à bandes noires est un prédateur solitaire ou en petits groupes épars qui se nourrit essentiellement de petits invertébrés comme des crustacés, des mollusques, des vers, des échinodermes qu'il capture sur le substrat ou dans le sable [9].

Comme la majorité des labres, le labre à bandes noires est hermaphrodite protogyne, à savoir que les individus débutent leur existence en tant que femelle et possèdent la capacité de devenir mâle plus tard.

Statut de conservation[modifier | modifier le code]

L'espèce ne fait face à aucune menace importante en-dehors de la collecte pour le marché de l’aquariophilie, elle est toutefois classée en "préoccupation mineure"(LC) par l'UICN[6] .

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. ITIS, consulté le 8 septembre 2015
  2. a, b et c Lieske & Myers, Guide des poissons des récifs coralliens, Delachaux & Niestlé, 2009, ISBN 9782603016749
  3. Randall, J.E., 2013. Review of the Indo-Pacific labrid fish genus Hemigymnus. J. Ocean Sci. Foundation 6:2-18.
  4. Rudie Kuiter, « Fishes of the Maldives », Atoll Éditions, 2014, ISBN 9781876410254
  5. Rudie Kuiter, “Labridae fishes: wrasses”, Aquatic Photographics, 2010, (OCLC 666712329)
  6. a et b Choat, J.H., Pollard, D. & Myers, R. 2010. Hemigymnus fasciatus. The IUCN Red List of Threatened Species. Version 2015.2. <www.iucnredlist.org>. Downloaded on 08 September 2015.
  7. Myers, R.F., 1991. Micronesian reef fishes. Second Ed. Coral Graphics, Barrigada, Guam. 298 p.
  8. Allen, G.R. and M.V. Erdmann, 2012. Reef fishes of the East Indies. Perth, Australia: Universitiy of Hawai'i Press, Volumes I-III. Tropical Reef Research.
  9. Westneat, M.W., 2001. Labridae. Wrasses, hogfishes, razorfishes, corises, tuskfishes. p. 3381-3467. In K.E. Carpenter and V. Niem (eds.) FAO species identification guide for fishery purposes. The living marine resources of the Western Central Pacific. Vol. 6. Bony fishes part 4 (Labridae to Latimeriidae), estuarine crocodiles. FAO, Rome.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :