Helvetas Swiss Intercooperation

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Helvetas Swiss Intercooperation

Logo de l’association
Cadre
But Aide au développement
Zone d’influence Pays en développement et Suisse
Fondation
Fondation 1955
Identité
Siège Zurich
Président Elmar Ledergerber
Vice-président Therese Frösch
Secrétaire général Melchior Lengsfeld
Membres 100 000
Slogan « Agir pour un monde meilleur »
Site web www.helvetas.ch

Notes

Membre de la communauté de travail Alliance Sud

Helvetas, ou Helvetas Swiss Intercooperation, est une organisation suisse d'aide au développement créée en 1955, indépendante politiquement et confessionnellement. Elle s'engage dans une vingtaine de pays parmi les plus pauvres d'Afrique, d'Asie et d'Amérique latine, pour des besoins essentiels comme l'eau potable et la sécurité alimentaire, l'amélioration des revenus de base et la formation, la paix et la gestion participative.

La nouvelle association Helvetas Swiss Intercooperation est créée en 2011 à la suite de la fusion de Helvetas avec Intercooperation.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1947, Rodolfo Olgiati, alors directeur du Don suisse (devenu Swissaid), écrit qu'« il est temps de passer de l’aide à la reconstruction en Europe au travail pour la paix dans les régions extra-européennes ». Il voit alors une nouvelle tâche pour l'aide suisse  : le soutien aux pays à l'économie sous-développée, en dehors de l'Europe. Il est le premier en Suisse à concevoir l'aide dans un cadre global, à parler du bien-être de tous les peuples.

Un groupe se forme en 1954 autour du slogan « La Suisse aide les pays économiquement désavantagés ». Après des recherches infructueuses auprès des organisations existantes, il est décidé de créer une nouvelle association. Rodolfo Olgiati et Regina Kägi-Fuchsmann sont considérés comme les deux principaux fondateurs, épaulés par des membres du Service civil international, des quakers, des personnes venues en aide aux réfugiés, des ingénieurs ayant l’expérience du terrain. Le 18 juin 1955, à Zurich, une septantaine de personnes aux idéaux divers fondent l'association Aide suisse aux régions extra-européennes (ASRE) (en allemand Schweizerisches Hilfswerk für aussereuropäische Gebiete). La première brochure d’information annonce que « notre œuvre d’entraide entend aider ceux qui sont décidés à s’aider eux-mêmes ». Il y a déjà plus de mille membres fin 1955. Le nom devient Helvetas en 1965.

Helvetas a réexaminé son travail en 2009-2010, de nouvelles « lignes directrices » ont été approuvées, qui précisent la vision, la mission, les valeurs fondamentales et les principes de l'association[1].

En avril 2011, Helvetas fusionne avec Intercooperation, créée en 1982 à l'initiative de la Direction du développement et de la coopération (DDC) pour faciliter la réalisation de projets de développement sur mandat de la Confédération. Intercooperation est depuis 1997 une fondation regroupant 21 organisations, et depuis 2004 entièrement indépendante de la DDC. La nouvelle association se nomme « HELVETAS Swiss Intercooperation » et peut compter sur plus de 100 000 membres et donateurs en Suisse[2].

Vision[modifier | modifier le code]

Eau potable au Mozambique, 2005

Helvetas œuvre pour une société assurant les besoins fondamentaux de tous et une vie digne et en paix, une société qui donne le droit à l’autodétermination, exploite ses ressources naturelles de manière durable, et fonde ses institutions sur les principes de transparence, responsabilité, qualité et efficacité.

Engagements[modifier | modifier le code]

Formation de paysans au Laos, 2006

Helvetas s'engage prioritairement dans les infrastructures en milieu rural (eau potable et latrines, ponts et accès routiers, constructions communales), la gestion durable des ressources naturelles (agriculture écologique et conditions commerciales équitables), la formation et la culture (éducation de base, alphabétisation pour adultes, formation de personnel enseignant, expression artistique et diversité culturelle), la décentralisation et la démocratie, le travail pour la paix.

Helvetas s'engage depuis ses débuts en Suisse aussi. Elle sensibilise à la situation dans les pays en voie de développement, elle incite à partager l'effort de soutien aux populations concernées et à faire pression sur la politique de développement.

Une cinquantaine d'experts européens et 600 collaborateurs locaux sont actifs (en 2010) dans une vingtaine de pays partenaires. Le bureau central à Zurich et les secrétariats romand et tessinois emploient une soixantaine de personnes. Helvetas est soutenue par environ 38 000 membres, 40 000 donateurs et 15 groupes de bénévoles en Suisse

Publications[modifier | modifier le code]

Périodique

Le magazine trimestriel Partenaires paraît depuis 1961. Les rapports annuels de l'association de 1960 à 1989 y sont publiés.

Calendrier

Un calendrier au format panoramique (28x56cm) est publié depuis 1973. Il contient des photographies originales montrant le vécu quotidien de populations d'Afrique, d'Asie ou d'Amérique latine. En 2011, plus de 35 000 exemplaires sont imprimés en Suisse et au total plus de 160 000 exemplaires. Les variantes sont publiées en collaboration avec d'autres organisations à l'étranger (Allemagne, Angleterre, Belgique, Espagne, France et Pays-Bas), ce qui en fait l'un des calendriers les plus vendus au monde[3].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Thomas Möckli, Une histoire mouvementée : Helvetas a 50 ans : 1955-2005 (tiré de son mémoire 50 Jahre Helvetas: Inspiratorin schweizerischer Entwicklungszusammenarbeit im Spannungsfeld von struktureller Abhängigkeit und entwicklungspolitischer Vision, faculté de philosophie de l'Université de Fribourg, juillet 2004) [lire en ligne]
  • Markus Heiniger (trad. Secrétariat romand d'Helvetas), Agir pour un seul monde : tour d'horizon de la coopération internationale d'Helvetas, Lausanne, Helvetas,‎ , 22 p.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Lignes directrices », approuvées par l'assemblée générale du 25 juin 2010.
  2. « Communiqué de presse : Unir les forces pour un monde meilleur », 9 avril 2011. Site d'Intercooperation.
  3. Nathalie Dupré, « Quarante ans de calendrier Helvetas et d'«images pour la démocratie» », in Le Courrier du 7 janvier 2012.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Thomas Möckli, Une histoire mouvementée [...], 2005