Helmut Zilk

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Helmut Zilk
Illustration.
Helmut Zilk en .
Fonctions
Bourgmestre de Vienne

(10 ans, 1 mois et 28 jours)
Gouvernement Zilk I, II, III
Législature 13e, 14e, 15e
Coalition SPÖ
Prédécesseur Leopold Gratz
Successeur Michael Häupl
Ministre fédéral de l'Enseignement et des Arts

(1 an, 3 mois et 17 jours)
Chancelier Fred Sinowatz
Gouvernement Sinowatz
Prédécesseur Fred Sinowatz
Successeur Herbert Moritz
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Vienne (Autriche)
Date de décès (à 81 ans)
Lieu de décès Vienne (Autriche)
Nature du décès insuffisance cardiaque
Sépulture Zentralfriedhof, Vienne
Nationalité autrichienne
Parti politique SPÖ
Diplômé de université de Vienne

Helmut Zilk Helmut Zilk
Ministres de l'Éducation d'Autriche
Bourgmestres de Vienne

Helmut Zilk, né le à Vienne et mort le à Vienne, est un homme politique autrichien membre du Parti social-démocrate d'Autriche (SPÖ).

Biographie[modifier | modifier le code]

Journaliste[modifier | modifier le code]

Enseignant de formation, il reçoit son doctorat en philosophie en . Il travaille alors au centre de formation des enseignants de Vienne et dans le domaine de la formation des adultes. À partir de , il est parallèlement journaliste à la Radiotélévision autrichienne (ORF). Il conçoit alors des émissions pour le jeune public.

Il est promu en directeur des programmes par le directeur général de l'ORF Gerd Bacher, bien qu'il appartienne au Parti socialiste d'Autriche (SPÖ), alors que Bacher a été choisi par le Parti populaire autrichien (ÖVP) au pouvoir. Les deux restent en fonction jusqu'à l'éviction du directeur général par le chancelier socialiste Bruno Kreisky en , après quoi Zilk est recruté par le Kronen Zeitung — le plus important quotidien du pays — comme médiateur.

Débuts en politique et ascension[modifier | modifier le code]

Nommé conseiller sans portefeuille du gouvernement municipal de Vienne par Leopold Gratz le , il est désigné le conseiller à la Culture et aux Services publics. Il renonce alors à travailler au sein du Kronen Zeitung.

Il est choisi le en tant que ministre fédéral de l'Enseignement et des Arts dans le gouvernement du chancelier fédéral socialiste Fred Sinowatz, qui se trouve être son prédécesseur. Il quitte en conséquence l'exécutif de la capitale autrichienne.

Bourgmestre de Vienne[modifier | modifier le code]

Le , Helmut Zilk est investi à 57 ans bourgmestre de Vienne en remplacement de Gratz, nommé ministre fédéral des Affaires étrangères. Lui-même sort alors du gouvernement fédéral.

Il est l'initiateur de la réouverture du musée juif et de la construction du monument contre la guerre et le fascisme d'Alfred Hrdlicka.

Les élections régionales du constituent un sérieux revers pour le SPÖ, qui tombe sous la barre des 50 % des voix pour la première fois depuis . Avec 47,8 % des suffrages, il conserve la majorité absolue au Landtag avec 52 députés.

Il perd sa main gauche le , en ouvrant une lettre piégée par Franz Fuchs, néonazi lui reprochant son engagement en faveur du multiculturalisme et des émigrés.

Après la politique[modifier | modifier le code]

Ayant passé dix années au pouvoir, il démissionne le au profit de Michael Häupl, conseiller à l'Environnement et aux Sports du gouvernement municipal.

Il anime à partir de un programme de l'ORF et retourne travailler pour le Kronen Zeitung. Il est nommé en président de la commission de réforme de la Bundesheer par le chancelier conservateur Wolfgang Schüssel.

Il meurt le des conséquences d'une insuffisance cardiaque, à l'âge de 81 ans. Il est inhumé au Zentralfriedhof de Vienne.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

  • Daniel Vernet « Helmut Zilk, ancien maire de Vienne », Le Monde du 8 novembre 2008