Hellboy (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hellboy.

Hellboy

Description de cette image, également commentée ci-après

logo du comic Hellboy

Titre original Hellboy
Réalisation Guillermo del Toro
Scénario Guillermo del Toro
Sociétés de production Revolution Studios
Lawrence Gordon Productions
Starlite Films
Dark Horse
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Fantastique
Sortie 2004
Durée 122 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Hellboy est un film américain réalisé par Guillermo del Toro, sorti le . C'est l'adaptation du comic Hellboy, notamment du premier tome Les Germes de la destruction (Seed of Destruction) paru en 1994.

Synopsis[modifier | modifier le code]

En 1944, le jeune Professeur Trevor « Broom » Bruttenholm assiste à une opération nazie appelée Ragnarök, dirigée par Grigori Raspoutine, avec l'aide de la Société Thulé. Cette opération consiste à libérer l'"Ogdru-Jahad", grâce à un gant, un démon uni de sept démons puissants, pour gagner la guerre, selon les ordres du Führer. Mais grâce aux soldats américains, l'opération échoue, Raspoutine est absorbé par l'enfer et libère un petit démon rouge avec un gros bras en pierre qui possède les mêmes capacité que le gant de la machine. Broom l'adopte et le nomme Hellboy.

60 ans plus tard, Hellboy fait partie du BPRD pour Bureau for Paranormal Research and Defense (Bureau de Recherche et de Défense sur le Paranormal). Il doit contre son gré faire équipe avec John Myers, un jeune agent du FBI, et avec Abe Sapien, un autre agent du BPRD, – qui ressemble étrangement à un poisson. Ils enquêtent ainsi sur l'apparition de Samaël, le cerbère de la résurrection. Celui-ci a été ressuscité récemment par Raspoutine, qui fut lui aussi ressuscité par deux nazis présents lors de Ragnarök : Ilsa Haupstein, une femme à qui il a fait don de la vie éternelle, et Karl Ruprecht Kroenen un "mort-vivant" adepte des sabres et autres objets tranchants, ancien tueur numéro 1 d'Hitler. Raspoutine a alors besoin de Hellboy pour renouveler l'expérience de Ragnarök.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Genèse du projet[modifier | modifier le code]

Le film est l'adaptation de la série de comic-books Hellboy créée par Mike Mignola en 1994 et éditée par Dark Horse Comics. La série rencontre un vif succès aux États-Unis notamment grâce à son graphisme très original et son super-héros atypique.

« Hellboy est un héros de bande dessinée particulier. C'est un type droit. Né des flammes, il est indestructible, tout en étant pourtant innocent et timide. C'est un être paradoxal. Ses origines et ce qu'il veut faire de sa vie sont en opposition complète, maintenus dans un équilibre instable. Issu du Mal, il a choisi d'œuvrer pour le Bien[4]. »

— Mike Mignola

« Hellboy est un super-héros qui n'aspire pas à en être un. Il est né de cette force colossale et de l'immortalité, mais tout ce dont il rêve, c'est de s'asseoir avec sa petite amie, comme un type ordinaire. (...) Il possède une nature double, qui se partage entre le Bien et le Mal. Il a le physique d'un grand gaillard adulte, mais le coeur et l'esprit d'un adolescent. Il a un côté enfant gâté, un fort tempérament, il est indiscipliné[4]. »

— Guillermo del Toro

Suite au succès de Blade 2 en 2002, Guillermo Del Toro reçoit de nombreuses propositions dont la suite Blade: Trinity[5], Alien vs. Predator et Harry Potter et le prisonnier d'Azkaban, mais il préfère un projet de longue date qui lui tient à cœur : Hellboy[5]. Avant lui, le studio avait envisagé d'autres réalisateurs, comme Jean-Pierre Jeunet, Peter Hyams et David S. Goyer[5].

Guillermo del Toro coécrit ensuite un scénario avec Peter Briggs, principalement basé sur le premier tome de la saga, Les Germes de la destruction. Ils y ajoutent également des éléments d'autres volumes comme la relation approfondie entre le professeur Broom et Hellboy, la personnalité d'Abe Sapien, ... Del Toro ajoute également sa touche et créé des éléments et des personnages comme l'agent du FBI John Myers et le monstre Sammael.

« Certaines choses présentes dans mes bandes dessinées ici et là depuis dix ans ont été condensées. J'ai dit à Guillermo : “Change ce que tu veux, approprie-toi mon travail” »

— Mike Mignola

Casting[modifier | modifier le code]

Alors que le studio souhaite Vin Diesel pour le rôle[5], Guillermo del Toro et Mike Mignola ont une idée très arrêtée sur la question. Lors d'une réunion pour parler du film, ils décident de révéler en même temps et à haute voix le nom de l'acteur. Ils disent tous les deux Ron Perlman[5]… Ce dernier avait déjà tourné sous la direction de Guillermo del Toro dans Cronos et Blade 2.

Les noms de Nicolas Cage ou Dwayne « The Rock » Johnson avaient également été envisagés[4].

Pour le rôle d'Abe Sapien, l'acteur Doug Jones est choisi pour ses aptitudes de contorsionniste. C'est cependant l'acteur David Hyde Pierce qui prête sa voix au personnage.

Tournage[modifier | modifier le code]

Comme pour son film précédent Blade 2, Guillermo del Toro choisit de tourner le film à Prague, en République tchèque, notamment aux Studios Barrandov[6].

« Le style visuel se situe à la frontière entre le fantastique, le réalisme et l'atmosphère gothique de Prague. Les décors ont affirmé la vision de Guillermo del Toro et influencé l'interprétation des acteurs[4]. »

— Lloyd Levin, le producteur

Même des scènes « typiquement » new-yorkaises ont été tournées à Prague, comme celle du combat entre Hellboy et Sammael, dans le Métro de New York.

« Je me suis rendu à New York pour concevoir ce décor. Les gens ont dû me prendre pour un fou : je prenais des photos des wagons bondés, je mesurais tout, des panneaux publicitaires au diamètre des rampes ! À Prague, j'ai eu la chance de trouver un graffeur Tchèque de talent, qui a donné la touche finale d'authenticité à mon décor en le couvrant de graffitis[4]. »

— Stephen Scott, le chef-décorateur

Par ailleurs, le film a été tourné dans l'ordre chronologique de l'histoire, ce qui est assez rare à Hollywood[4].

Chaque dimanche matin du tournage, Guillermo del Toro répondait par mail aux questions des fans du comics sur le site officiel du film[4].

« C'était important de garder le contact avec eux, pour qu'ils se sentent écoutés. L'un des changements majeurs dans le scénario est d'ailleurs venu de quelque chose que j'avais lu sur le web. Les bonnes idées viennent souvent d'endroits inattendus[4]. »

— Guillermo del Toro

Effets spéciaux et maquillage[modifier | modifier le code]

À l'origine, Guillermo del Toro voulait réaliser Hellboy en images de synthèse. Mais il change rapidement d'idée grâce à James Cameron :

« Je discutais de cela avec James, et il m'a dit : “Bonne idée, mais l'histoire d'amour ne marchera pas”. J'ai alors réalisé qu'il avait totalement raison, et je suis retourné vers le maquillage. »

— Guillermo del Toro

Le maquillage de Hellboy est alors créé par Rick Baker, l'un des spécialistes du métier. Durant le tournage, il nécessitait environ quatre heures au maquilleur Jake Garber.

« Ce qui me stupéfie, c'est la façon dont les subtilités de l'interprétation de Ron sont perceptibles sous les couches de maquillage. C'est un personnage délirant, rouge, avec des cornes, il est énorme et a des dents gigantesques, et pourtant on ne voit pas un masque, mais une créature vivante, qui respire et éprouve des émotions[4]. »

— Lloyd Levin, le producteur

Seules les paupières et la main gauche de Ron Perlman n'étaient pas des prothèses. Par ailleurs, les prothèses dentaires affectaient fortement la diction de l'acteur. Cela a été corrigé en postproduction[4].

Hellboy a nécessité la création de quelques plus de 900 plans d'effets spéciaux, dont 95 seulement pour la séquence d'ouverture lorsque Hellboy arrive sur Terre.

Musique[modifier | modifier le code]

Hellboy:
Original Motion Picture Soundtrack

Bande originale par Marco Beltrami
Sortie [7]
Durée 44:58
Genre Musique de film
Compositeur Marco Beltrami
Label Varèse Sarabande
Critique

Bandes originales de Hellboy

Marco Beltrami compose la musique du film. Il avait déjà collaboré avec Guillermo del Toro pour Mimic (1997) et Blade 2 (2002)[7].

On peut entendre des chansons dans le film, qui ne sont pas présentes sur l'album : Heart Attack and Vine de Tom Waits, Red Right Hand de Pete Yorn, Easy Come, Easy Go de Johnny Crawford, Breathe In de Paloalto, Let's Stay Together d'Al Green et We'll Meet Again de Vera Lynn[8].

Liste des titres de l'album
No Titre Durée
1. Oct. 7, 1944 1:17
2. Meet Hellboy 1:29
3. Main Title 1:08
4. Snow Walkers 2:24
5. Liz Sherman 2:28
6. Fireproof 1:34
7. Rooftop Tango 1:13
8. Wake Up Dead 3:20
9. Evil Doers 2:45
10. Kroenen's Lied 1:59
11. Father's Funeral 2:04
12. Alley Fight 3:13
13. Nazis 2:42
14. Investigating Liz 3:24
15. Abe Sapien 1:27
16. Mechanical Mausoleum 0:42
17. Soul Sucker 3:31
18. Stand By Your Man 2:34
19. Hellboy & Liz 2:46
20. B.P.R.D. 2:58

Sortie[modifier | modifier le code]

Critique[modifier | modifier le code]

Il a reçu un accueil critique favorable, recueillant 81 % de critiques positives, avec une note moyenne de 6,8/10 et sur la base de 196 critiques collectées, sur le site agrégateur de critiques Rotten Tomatoes[9]. Sur Metacritic, il obtient un score de 72/100 sur la base de 37 critiques collectées[10].

Box-office[modifier | modifier le code]

Le film a connu un succès commercial modéré, rapportant environ 99 318 000 $ au box-office mondial, dont 59 623 000 $ en Amérique du Nord, pour un budget de 66 000 000 $[1]. En France, il a réalisé 586 275 entrées[11].

Version longue[modifier | modifier le code]

Guillermo del Toro a réalisé une version director's cut du film, sortie en DVD. Cette version contient environ 20 minutes supplémentaires. Cette version longue était déjà sortie dans les salles françaises et japonaises, quelques mois après la sortie américaine, car le réalisateur estimait que le montage n'était pas parfait et qu'il voulait offrir cette nouvelle version aux spectateurs de pays où ils y avait le plus de fans du comics[12].

On y retrouve donc certaines scènes supplémentaires. Un scène montre John Myers qui ramène Liz au BPRD en taxi. Liz prend des photos de lui et du paysage avec un Polaroid. Ils sortent même par la fenêtre du véhicule. Myers laisse échapper une photo, qui tombe sur la route.

Une autre scène coupée est ajoutée à la version longue. On y voit Ilsa Haupstein et Grigori Raspoutine en Russie. Ils sont accueillis dans un grand entrepôt par un Général russe qui leur présente une immense collection d'objets rares en tout genre. Ils s'approchent d'un grand conteneur, contenant la fameuse pierre que Raspoutine cherche depuis des années. En échange, il offre au militaire des lingots d'or frappés du sceau nazi.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Suite[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]