Hellblade: Senua's Sacrifice

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Hellblade
Senua's Sacrifice
Hellblade Senua's Sacrifice Logo.png

Développeur
Éditeur
Réalisateur
Tameem Antoniades (réalisateur et scénariste)
Compositeur
David García
Andy LaPlegua

Date de sortie
PC & PlayStation 4

Xbox One

Nintendo Switch
Genre
Mode de jeu
Plate-forme
Ordinateur(s) :
Console(s) :

Langue
Voix en anglais, sous-titres en français
Moteur

Site web

Hellblade: Senua's Sacrifice est un jeu vidéo de type action-aventure édité et développé par Ninja Theory, sorti le sur Windows et PlayStation 4, le sur Xbox One et le sur Nintendo Switch.

Synopsis[modifier | modifier le code]

En 875 ap. J-C, Senua, guerrière picte, se met en route vers les terres interdites du royaume de Hel pour ramener l'âme de son amant Dillion, dont elle porte le crâne. Senua se considère comme maudite, sujette à des hallucinations auditives qu'elle appelle « Furies », qui lui montrent la voie, guidant sa lame ; l'une d'elles est consciente de la présence du joueur et prend le rôle de narratrice.

Senua est rejointe par l'esprit de Druth, un esclave des Nordiques devenu son mentor avant de partir en exil, qui lui explique que la porte du pont vers Helheim ne sera ouverte qu'à ceux ayant combattu et vaincu Valravn, maître des illusions, et Surt, le géant de feu. Après avoir défait les deux êtres, Senua commence à traverser le pont vers Helheim mais Hela la repousse d'un geste avant qu'elle n'atteigne le bout. Senua chute, survit et s'en sort de justesse, mais son épée est brisée. Persistant à avancer, elle suit ses visions de Druth et d'un homme de lumière parlant avec la voix de Dillion, jusqu'à un arbre où la lame de l'épée Gramr est plantée. En relevant les quatre défis d'Odin, elle peut récupérer l'arme capable de tuer un dieu.

L'une des voix de Senua la force à revivre les traumatismes de son passé. Sa mère, Galena, souffrait également du même mal mais apprenait à l'accepter. Malheureusement, au nom de ses anciens dieux, son époux Zynbel, le père de Senua, y voyait une malédiction qui allait condamner ses terres et il l'a fait envoyer sur le bûcher. Alors âgée de cinq ans, Senua a assisté à l'événement, aggravant sa condition et la menant à se persuader que sa mère avait accepté son sort. En voyant que les hallucinations de Senua empiraient, Zynbel est devenu violent envers elle et l'isolait du reste du monde jusqu'à ce qu'elle rencontre Dillion. Ils sont vite tombés amoureux et Dillion acceptait également la condition de Senua, aussi elle l'a rejoint dans son village. Quand une maladie a commencé à se propager dans le village de Dillion, Senua a cru au retour de sa malédiction et choisi l'exil pendant un an. À son retour, le reste du village avait été massacré par des Nordiques, dont Dillion victime de l'aigle de sang. En se rappelant les histoires de la mythologie nordique que lui racontait Druth, Senua a commencé son voyage.

En entrant dans Helheim, Senua est traquée par le loup Garmr qui se cache dans les ténèbres du palais. Dans son combat, elle prend conscience que la voix des Ténèbres, qui ne cesse de la rabaisser et l'humilier, est une manifestation des traumatismes infligés par Zynbel. En entrant dans la chambre de Hela, elle se libère de ses voix et des Furies. Hela lui envoie une armée pour la repousser et Senua finit par être vaincue. Déterminée, Senua ne demande que la libération de l'âme de Dillion, quitte à devenir une guerrière au service de la déesse pour le Ragnarok. Hela s'empare de Gramr et la plante dans le cœur de Senua. En rendant son dernier souffle, Senua se remémore Dillion, qui lui disait d'accepter la mort et la perte pour apprécier la vie et l'amour. Hela s'empare de la tête de Dillion et la laisse tomber dans les profondeurs de son palais, mais quand le regard de la Narratrice revient sur elle, Senua se tient à la place de Hela, morte. La Picte a accepté la mort de Dillion, dont elle sait qu'elle n'est pas responsable, et accueille de nouveau les Furies comme une part d'elle-même. Senua invite le joueur à prendre la place de la Narratrice pour être témoin de la suite de son histoire.

Système de jeu[modifier | modifier le code]

Hellblade: Senua's Sacrifice a deux types de gameplay séparés, la transition se faisant automatiquement. Le premier repose sur l'exploration où Senua peut se déplacer librement, observer et interagir avec son environnement. Elle peut alors utiliser le « focus », qui permet de débloquer de révéler des détails des décors pour résoudre les énigmes, ou obtenir des informations sur la mythologie nordique. Le deuxième est concentré sur le combat à l'épée contre des Nordiques difformes, ainsi que les boss. Senua peut attaquer, parer, esquiver ou utiliser un miroir qui permet de dissiper les ombres entourant certains ennemis. Le jeu a également un système de mort permanente : si Senua meurt à trop de reprises, la sauvegarde finit par être effacée et le joueur doit reprendre la partie depuis le début.

Hellblade ne montre pas de HUD. Les tutoriels se font via les indications vocales de Druth et des Furies, qui la guident dans la résolution d'énigmes et l'aident dans les combats ou non, certaines Furies souhaitant faire souffrir Senua.

Développement[modifier | modifier le code]

Écriture[modifier | modifier le code]

Le personnage de Senua est fortement inspiré de la reine Boadicée, et son nom vient de la déesse celte Senuna (les concepteurs ont cru que son nom était Senua et en apprenant leur erreur, ont préféré garder Senua)[1]. Les peintures de guerre et les tresses décorées de Senua sont basées sur les informations sur les guerriers celtes[1]. Pendant leurs recherches, l'équipe de développement a découvert que l'Empire Romain n'a jamais vaincu les Pictes dans leur conquête de l'Europe, mais que les Vikings les ont vaincu au VIIIe siècle. Une légende veut également que les chefs Vikings sacrifiaient les chefs des villages conquis à leurs dieux par l'aigle de sang (un point historique qui fait débat), ce qui a servi de base au directeur du jeu Tameem Antoniades comme base du traumatisme de Senua, magnifiquement incarnée par l'actrice allemande Melina Juergens[1],[2],[3],[4].

Selon Antoniades, l'équipe a découvert que la culture celte utilisait le terme de gelt pour une personne rendue folle par un traumatisme psychologique et qu'il était amené à vivre dans les bois, à l'écart, comme pénitence ; Antoniades a donc choisi de faire de Senua une gelt.

Le personnage de Druth est inspiré de Findan, un Celte ayant réellement existé au VIIIe siècle, esclave des Nordiques avant de fuir et devenir un moine, mais aussi sur le conte celtique d'un « homme fou qui a fui le combat en exil et pris une nature animale, des plumes poussant sur son corps ». Le nom de Druth vient du mot celtique désignant un fou ou « celui qui prononce les mots des dieux »[1].

Un sujet difficile : la psychose[modifier | modifier le code]

Hellblade traite d'un sujet qui n'a jamais été abordé en profondeur jusqu'à présent dans un jeu vidéo, car trop délicat et très lourd : les troubles mentaux. En effet, le personnage de Senua est psychotique, ce qui se caractérise entre autres par des hallucinations visuelles et auditives tout au long du jeu. Par ailleurs, avant même l'affichage de l'écran-titre du jeu, un préambule nous précise que l'équipe de Ninja Theory a consulté plusieurs spécialistes du sujet (psychiatres, neurologues et personnes psychotiques) afin de mieux comprendre cette maladie et d'en retranscrire les symptômes le plus fidèlement dans le jeu.

Accueil[modifier | modifier le code]

Critique[modifier | modifier le code]

Aperçu des notes reçues
Presse papier
Média Note
Canard PC (FR) 8/10[5]
Game Informer (US) 8/10[6]
PC Gamer (UK) 78 %[7]
Presse numérique
Média Note
Gameblog (FR) 8/10[8]
Gamekult (FR) 6/10[9]
GameSpot (US) 8/10[10]
IGN (US) 9/10[11]
Jeuxvideo.com (FR) 17/20[12]
Agrégateurs de notes
Média Note
Metacritic 81%[13]

Ventes[modifier | modifier le code]

Le , le développeur annonce que le jeu s'est écoulé à un million d'exemplaires[14].

Une suite annoncée[modifier | modifier le code]

Lors de la cérémonie des Game Awards 2019, Microsoft — qui a racheté le studio Ninja Theory en 2018 — a présenté une suite au jeu, intitulée Senua's Saga: Hellblade II. Ce nouvel opus sera disponible sur Windows ainsi sur la future Xbox Series, la prochaine console du constructeur qui fut également présentée lors de l'événement, lors de sa sortie fin 2020.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Hellblade: Senua's Psychosis, documentaire de Ninja Theory de 2017
  2. Roberta Frank, « Viking atrocity and Skaldic verse: The Rite of the Blood-Eagle », Oxford Journals, vol. XCIX, no CCCXCI,‎ , p. 332–343 (DOI 10.1093/ehr/XCIX.CCCXCI.332, lire en ligne[archive du ], consulté le )
  3. (en) Larissa Tracy, Torture and Brutality in Medieval Literature : Negotiations of National Identity, Cambridge England/Rochester, NY, DS Brewer, , 109–111 p. (ISBN 978-1-84384-288-0, lire en ligne[archive du ])
  4. Mike Dash, « The Vengeance of Ivarr the Boneless », sur Smithsonian.com, Smithsonian, (consulté le )
  5. Pipomantis, Test : Hellblade: Senua's Sacrifice - Rigueur Warning, 1er septembre 2017, Canard PC n°365, p. 28-29.
  6. (en) Joe Juba, « Seeing Through The Fog - Hellblade - PlayStation 4 », Game Informer, (consulté le )
  7. (en) Leif Johnson, « Hellblade: Senua's Sacrifice review », PC Gamer, (consulté le )
  8. Gianni Molinaro, « TEST de Hellblade Senua's Sacrifice : La folie des grandeurs », Gameblog, (consulté le )
  9. boulapoire, « Test Hellblade : Senua's Sacrifice », sur Gamekult,
  10. (en) Alessandro Fillari, « Hellblade: Senua's Sacrifice Review », GameSpot, (consulté le )
  11. (en) Brandin Tyrrel, « Hellblade: Senua's Sacrifice Review », IGN, (consulté le )
  12. Panthaa, « Test : Hellblade : Senua's Sacrifice : Une claque artistique au service d'une aventure saisissante ! », sur jeuxvideo.com,
  13. « Hellblade : Senua's Sacrifice reviews on PS4 », sur Metacritic (consulté le )
  14. daFans, Hellblade: Senua's Sacrifice - Le million !, 22 juin 2018, Jeuxvideo.com.