Helena du Royaume-Uni

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Helena du Royaume-Uni
Description de cette image, également commentée ci-après
La princesse Christian de Scheswig-Holstein-Sonderbourg-Augustenbourg, en 1910.
Biographie
Titulature Princesse du Royaume-Uni et d’Irlande
Princesse de Schleswig-Holstein-Sonderbourg-Augsustenbourg
Dynastie Maison de Saxe-Cobourg et Gotha (puis, maison Windsor)
Nom de naissance Helena Augusta Victoria
Naissance
Palais de Buckingham, Londres (Royaume-Uni)
Décès (à 77 ans)
Schomberg House, Londres (Royaume-Uni)
Sépulture Mausolée royal de Frogmore
Père Albert de Saxe-Cobourg et Gotha
Mère Victoria du Royaume-Uni
Conjoint Christian de Schleswig-Holstein-Sonderbourg-Augustenbourg
Enfants Christian Victor de Schleswig-Holstein-Sonderbourg-Augustenbourg
Albert Duc de Schleswig-Holstein
Helena Victoria de Schleswig-Holstein-Sonderbourg-Augustenbourg
Marie Louise de Schleswig-Holstein-Sonderbourg-Augustenbourg
Harald de Schleswig-Holstein-Sonderbourg-Augustenbourg
Religion Anglicanisme

Description de cette image, également commentée ci-après

Helena Augusta Victoria de Saxe-Cobourg-Gotha, princesse du Royaume-Uni et d'Irlande, née au palais de Buckingham à Londres le et décédée à Schomberg House en Pall Mall dans la même ville le , était un membre de la famille royale britannique, devenue par mariage princesse de Holstein-Sonderbourg-Augustenbourg.

Elle est le cinquième enfant et la troisième fille de la reine Victoria du Royaume-Uni et du prince Albert de Saxe-Cobourg-Gotha (futur prince Albert, prince consort).

Helena a reçu l'enseignement de tuteurs privés choisis par son père et son proche conseiller, le Baron Stockmar. Elle passe son enfance avec ses parents, entre différentes résidences royales partout en Angleterre. L'atmosphère intimiste de la cour royale prend fin le 14 Décembre 1861, quand son père décède et que sa mère entre dans une période de deuil profond. Au début des années 1860, Helena entretient une relation amoureuse avec le bibliothécaire allemand du Prince Albert, Carl Ruland. Malgré le fait que la nature de leur relation est largement méconnue, les lettres d'amour d'Helena à Ruland se multiplient. Lorsque la Reine découvre en 1863, elle renvoie Ruland qui rentre dans son Allemagne natale. Trois ans plus tard, le 5 Juillet 1866, Helena épouse le Prince Christian of Schleswig-Holstein alors ruiné. Le couple réside en Angleterre, loin de la Reine qui aime pourtant avoir ses filles auprès d'elle. Helena devient, avec sa sœur cadette la Princesse Beatrice, secrétaire non-officielle de la Reine. Mais à la mort de la Reine Victoria le 22 Janvier 1901, Helena ne fréquente que très peu ses frères et sœurs, dont le Roi Edouard VII.

Helena fut le membre le plus actif de la famille royale, menant un programme intensif d'actions royales. A la tête de nombreuses œuvres caritatives, elle est l'un des membres fondateurs de la Croix-Rouge britannique. Elle est également présidente fondatrice de la Royal School of Needlework - une école de broderie - et présidente de la Workhouse Infirmary Nursing Association et de la Royal British Nurses' Association. En tant que présidente de ces dernières associations, elle est un solide soutien à la reconnaissance des infirmières, et s'oppose ainsi à Florence Nightingale. En 1916, elle devient le premier membre de sa famille à célébrer son 50ème anniversaire de mariage ; son mari décède une année seulement après. Helena lui survit 6 années durant, et meurt le 9 Juin 1923 à la Schomberg House à l'âge de 77 ans.

Enfance[modifier | modifier le code]

Helena naît à Buckingham Palace à Londres, la résidence royale officielle, le 25 Mai 1846, le lendemain du 27ème anniversaire de sa mère. Elle est le cinquième enfant et la troisième fille de la reine Victoria du Royaume-Uni et du prince Albert de Saxe-Cobourg-Gotha. Albert confie à son frère Ernest II Duc de Saxe-Cobourg-Gotha qu' "Helena est née la peau bleutée, mais qu'elle se porte mieux à présent". Il ajoute que la Reine "a longtemps et davantage souffert que pour ses accouchements précédents et devra se reposer longuement afin de s'en remettre". Albert et Victoria choisissent les prénoms Helena Augusta Victoria. Le surnom allemand pour Helena est Helenchen, plus tard raccourci pour Lechen, surnom par lequel les membres de la famille royale appellent Helena. En tant que fille de la souveraine, Helena hérite à sa naissance du titre de Son Altesse Royale la Princesse Helena.

Helena est baptisée le 25 juin 1846 en la chapelle privée de Buckingham Palace. Ses parrains et marraines sont Frédéric-Guillaume de Mecklembourg-Strelitz Grand Duc de Mecklembourg-Strelitz, cousin par alliance de la Reine Victoria, la Duchesse d'Orléans Hélène de Mecklembourg-Schwerin et la Duchesse de Cambridge Augusta de Hesse-Cassel.

Enfant vive et peu timide, Helena révèle rapidement son fort caractère, en répondant notamment par coups de poings aux taquineries de ses frères et sœurs.

Très jeune, elle montre un certain talent pour le dessin, aptitude que Lady Augusta Stanley - dame d'honneur de la Reine - ne manquera pas de souligner. Tout comme ses sœurs, elle pratique dès son plus jeune âge le piano, ce à haut niveau. Ses autres intérêts se portent pour les sciences et technologies (qu'elle partage d'ailleurs avec son père) ainsi que pour l'équitation et la navigation. Son talent sera néanmoins effacé au profit de celui de ses sœurs, à la fibre artistique plus éveillée que la sienne.

Helena perd sur statut de cadette à la naissance de sa petite sœur, la Princesse Louise, en 1848.

Mort du Prince Albert[modifier | modifier le code]

Le père d'Helena, le Prince Albert, décède le 14 décembre 1861. La Reine Victoria, dévastée, décide de quitter le Château de Windsor pour Osborne House, la résidence estivale de la famille royale située à l'est d'East Cowes sur l’île de Wight. Le chagrin d'Helena est également profond et elle écrit ceci à une amie, un mois après le décès de son père: "Ce que nous avons perdu ne pourra jamais être remplacé, et notre chagrin est très très immense... J'adorais Papa, je l'aimais plus que tout au monde, sa parole était sacrée, et il était mon soutien et mon conseiller... C'étaient les plus belles années de ma vie mais désormais tout est terminé."

La Reine compte sur sa deuxième fille la plus âgée, Princesse Alice, en tant que secrétaire non-officielle. Alice éprouve le besoin d'être assistée et malgré sa position de troisième fille, Helena ne se voit pas accorder ce rôle, considérée comme peu fiable par sa mère. C'est ainsi Louise est choisie pour remplir cette tâche. Ce n'est qu'après le mariage d'Alice au Prince Louis IV de Hesse en 1862 qu'Helena hérite de ce rôle aux côtés de sa mère. Elle se voit confier des tâches mineures de secrétariat.

Mariage[modifier | modifier le code]

Controverse[modifier | modifier le code]

La Princesse Helena entame une relation amoureuse avec le bibliothécaire de son père, Carl Ruland, après une visite de ce dernier à la famille royale sur les conseils du Baron Stockmar en 1859. On le charge d'enseigner l'allemand au frère d'Helena, le Prince Edouard VII. Il est décrit par la Reine comme "utile et capable". Quand la Reine découvre qu'Helena a développé une relation sentimentale avec un serviteur royal, ce dernier est aussitôt renvoyé dans son Allemagne natale. Il ne recouvra jamais la bienveillance ni même la considération de la Reine.

Après le départ de Ruland en 1863, la Reine se lance à la recherche d'un époux pour Helena. Néanmoins, en tant que troisième fille, la perspective d'un mariage arrangé avec un descendant d'une autre puissante famille royale européenne est faible. Son apparence physique ne semble pas aider non plus : à 15 ans, elle est décrite par son biographe comme ronde, dodue et avec un double-menton. En outre, Victoria insiste pour que le futur couple demeure à ses côtés, voulant maintenir ses filles géographiquement proches d'elle. L'un de ses choix se porte sur Prince Christian de Schleswig-Holstein, mais ce dernier choix est politiquement délicat et cause une important rupture au sein même de la famille royale.

Le duché de Schleswig et celui d'Holstein sont deux duchés ayant combattus contre la Prusse et le Danemark durant la Guerre des Duchés. La Prusse et l'Autriche vainquent le Danemark mais les duchés sont revendiqués par l'Autriche. À l'issue de la guerre austro-prussienne de 1866, dans laquelle la Prusse a envahi et occupé les duchés, ces derniers deviennent prussiens. Le titre de Duc de Schleswig-Holstein est néanmoins toujours revendiqué par la famille du Prince Christian.

Ainsi, l'union d'Helena avec le Prince Christian scandalise Alexandra de Danemark Princesse de Galles et fille du Roi Christian IX du Danemark affirmant que "ces duchés appartient à Papa". Alexandra se voit soutenue par son mari, son frère Albert de Saxe-Cobourg et Gotha, ainsi que par sa deuxième sœur, la Princesse Alice qui accuse ouvertement sa mère de sacrifier le bonheur d'Helena au profit des "commodités" de la Reine. Alice avance également l'argument comme quoi cela portera préjudice à la popularité de sa sœur au sein de la Couronne Prusse. Étonnamment, la Reine, proche amie de longue date de la famille de Christian, soutient ardemment cette alliance.

En dépit des controverses politiques et de leur différence d'âge - il est âgé de quinze ans de plus qu'elle - Helena semble heureuse aux côtés de Christian et est déterminée à l'épouser. En tant que fils cadet d'un duc non-souverain, l'absence d'obligations lui permettent de résider de manière permanente en Angleterre, ce qui ravit la Reine. Cette dernière confirme leur mariage. Helena et Christian sont cousins au 3e degré.

Les relations entre Alexandra et Helena demeurent tendues et Alexandra n'est pas prête à accepter Christian comme beau-frère. La Reine ne lui pardonnera jamais ses accusations.

Fiançailles et mariage[modifier | modifier le code]

Les fiançailles sont annoncées le 5 décembre 1865, et malgré le refus initial du Prince de Galles Albert de Saxe-Cobourg et Gotha d'y assister, le mariage se déroule dans la joie. La Reine autorise que la cérémonie se déroule le 5 juillet 1866 au Château de Windsor. La Reine parvient a égayer sa traditionnelle robe noir de deuil, s'enveloppant d'une traîne blanche.

Les principaux invités du mariage emplissent la chapelle sur l'air de la Marche triomphale de Beethoven créant ainsi un spectacle dont la seule ombre au tableau sera la disparition soudaine du Prince George, Duc de Cambridge, pris d'une crise de goutte aigüe.

Christian entre dans la chapelle, accompagné de ses deux témoins, le Prince Édouard de Saxe-Weimar-Eisenach et le Prince Frederic de Schleswig-Holstein.

Helana, quant à elle, est accompagnée de sa mère qui l'escorte jusqu'à l'autel en compagnie du Prince de Galles et de huit demoiselles d'honneur.

Christian paraît plus vieux qu'il n'est en réalité et un des invités déclare qu'Helena semblait épouser un vieil oncle. En effet, lorsqu'il a été appelé en Angleterre, il supposait qu'il l'était pour devenir le nouvel époux de la Reine alors veuve.

Le couple passe sa première nuit de noce à Obsborne House afin leur lune de miel à Paris, Interlaken et Gênes.

Vie maritale[modifier | modifier le code]

Helena et Christian sont dévoués l'un à l'autre. Ils mènent une vie discrète, comparativement à celle des sœurs d'Helena. À l'issue de leur union, ils s'installent au Cumberland Lodge dans le Grand Parc de Windsor. Lorsqu'ils sont à Londres, ils occupent la Suite Belge de Buckingham Palace. Le couple donne naissance à six enfants.

Nom Naissance et décès Conjoint
Prince Christian Victor de Holstein-Sonderbourg-Augustenbourg 14 août 1867 - 29 octobre 1900
Prince Albert de Holstein-Sonderbourg-Augustenbourg 28 février 1869 - 13 mars 1931
Princesse Helena Victoria de Holstein-Sonderbourg-Augustenbourg 3 mai 1870 - 13 mars 1948
Princesse Marie Louise de Holstein-Sonderbourg-Augustenbourg 12 août 1872 - 8 décembre 1956 Prince Aribert d'Anhalt
Prince Harald de Holstein-Sonderbourg-Augustenbourg 12 mai - 20 mai 1876
Fils mort-né

Le couple touche une rente parlementaire annuelle 6 000 £ par an, exigée par la Reine en personne. En plus de cela, une dot de £30,000 est convenue. La Reine verse également au couple la somme de £100,000, donnant lieu à des intérêts de l'ordre d'environ £4,000 par an.

En plus d'être titré Ranger du Parc de Windsor, Christian se voit attribué la position honoraire de High Steward de Windsor, et est fait Commissaire Royal à l'occasion de la Grande Exposition de 1851. Il est néanmoins peu présent lors des réunions et manque à ses obligations, préférant occuper son temps à jouer avec son chien Corrie, à nourrir ses nombreux pigeons et participer à des parties de chasse.

Helena, comme promis, vit proche de sa mère et, tout comme Béatrice, travaille pour le compte de cette dernière. Béatrice, que Victoria a formée pour occuper un rôle majeur à ses côtés, se voit confier les tâches les plus importantes. Helena est responsable des plus minimes dont Béatrice n'a pas le temps de s'occuper. Les dernières années, Helena est assistée par sa sœur célibataire, Helena Victoria, qui sera scribe pour sa mère : la Reine Victoria lui dictera ses mémoires dans les derniers mois de sa vie.

La santé d'Helena est faible et elle est accro à l'opium et au laudanum. Malgré cela, la Reine ne la croit pas réellement malade, l'accusant d'hypocondrie encouragée par un mari trop indulgent.

Pourtant, ce n'est pas l'intégralité de ses peurs qui relève de l'hypocondrie. En 1869, elle est contrainte d'annuler son voyage au Château Balmoral puisque tombant malade à la gare. En 1870, elle souffre d'un important rhumatisme et de problèmes avec ses articulations. En juillet 1871, elle est sujette à des congestions pulmonaires, une maladie suffisamment sévère pour faire l'objet d'une circulaire officielle annonçant que sa maladie est « source de grande inquiétude pour les membres de la famille royale ». En 1873, elle doit se rendre en France en convalescence et, dans les années 1880, elle se rend en Allemagne afin de consulter un ophtalmologiste.

Occupations et activités[modifier | modifier le code]

La cause des infirmières[modifier | modifier le code]

Helena développe un vif intérêt pour les soins infirmiers et fonde le Comité des Demoiselles de la Croix-Rouge britannique en 1870, jouant le rôle de recruteur d'infirmières et organisant les équipes de secours au cours de la Guerre Franco-prussienne. Elle devient, par conséquent, présidente de l'Association des Infirmières d'Angleterre (RBNA) à sa création en 1887. En 1891, elle reçoit le préfixe « royale » et bénéficie dès l'année suivante de la Charte Royale. Elle est d'une aide importante à la reconnaissance des infirmières, un problème de société relayé par des figures éminentes dont Florence Nightingale. Dans un des discours d'Helena de 1893, elle déclare que la RNBA tend à travailler vers « l'amélioration de l'éducation et du statut des femmes dévouées, se sacrifiant pour soigner les malades, les souffrants et les mourants ». Dans la même allocution, elle alerte quant à l'opposition et la mauvaise représentation qu'elles rencontrent. Bien que la RBNA soit en faveur de l'enregistrement des infirmières comme un moyen de garantir et mettre en valeur les infirmières diplômées, son appartenance au Conseil Privé lui permet de conserver plutôt une liste qu'un registre formel des infirmières.

Après la mort de Victoria en 1901, la nouvelle reine Alexandra, insiste pour renommer Helena en tant que Présidente du Services des Infirmières de l'Armée. Cela donne lieu à une rupture supplémentaire au sein des demoiselles royales, le Roi Edouard VII étant coincé entre sa sœur et sa femme. Lady Robert écrit à un ami "les problèmes sont souvent très difficiles et pas toujours agréables". Néanmoins, et en accord avec la ligné, Helena accepte de se résigner à la faveur d'Alexandra et conserve sa présidence à l'Army Nursing Reserve. Bien que considérés comme artificiels, ces changements mène Helena à l'exercice d'un régime autocratique et efficace - "Que personne ne s'aventure à contester son Altesse Royale"; "Cela est mon souhait et c'est suffisant".

La RBNA disparaît progressivement au profit du Nurses Registration Act de 1919, après six tentatives échouées entre 1904 et 1918, le parlement britannique adopte le projet de loi permettant l'enregistrement formel des infirmières. En découlent la création du Royal College of Nursing (RCN) et la perte de domination de la RNBA. Helena soutient la proposition d'association entre le nouvel RCN se révélant malheureusement stérile lorsque le RNBA se retire des négociations.

Malgré tout, Helena demeure active dans les autres causes infirmières.

Couture[modifier | modifier le code]

Helena agit également en faveur de la promotion de la couture et devient la première présidente de la récente École d'Art de la Couture en 1872 ; en 1876, cette dernière se voit affubler du préfixe "royal' devant ainsi l’École Royale d'Art de la Couture. Selon les mots d'Helena, l'objectif de l'école est de "premièrement rétablir la beauté d'un art trop souvent oublié et, deuxièmement d'offrir une vie confortable à des demoiselles sans moyens". Comme pour les autres organismes qu'elle préside, Helena est une présidente engagée et travaille activement à la préservation du niveau de l'école. Elle formule des demandes de subventions aux commissaires royaux. En 1895, par exemple, elle demande et obtient - notamment grâce à son statut - £30,000 pour la construction d'une école dans le South Kensington. Helena est très proche des élèves, animant des pauses thés dans les écoles et faisant elle-même le service aux demoiselles.

Soucieuse d'aider les personnes en difficulté, enfants et chômeurs, elle commence à organiser des buffets gratuits au sein de l'Hôtel de Ville de Windsor. Au cours de l'hiver rude que connaît 1886, aux mois de février et de mars, elle préside deux de ces réceptions et ce sont plus de 3 000 repas qui sont distribués aux enfants et aux personnes sans emploi.

Ces différentes actions caritatives confèrent à Helena une certaine popularité et considération. C.W. Cooper, auteur contemporain, écrit que "les pauvres de Windsor l'idolâtrent".

Écrits[modifier | modifier le code]

Parmi ses centres d'intérêts, Helena s'intéresse à l'écriture et notamment à la traduction. En 1867, lorsque la première biographique de son père est écrite par Sir Charles Grey, ce dernier déclare que les lettres du Prince ont été traduites de l'allemand à l'anglais par Helena avec "une fidélité [au texte] surprenante". De nombreuses autres traductions suivent et elle publie, en 1887, la traduction de Les Mémoires de Wilhelmine, Margravine de Beyrouth.

Époque post-victorienne[modifier | modifier le code]

Époque édouardienne[modifier | modifier le code]

Le fils favori d'Helena, le Prince Christian Victory décède en 1900 atteint de la malaria - maladie qu'il avait contracté au combat lors de la Seconde guerre des Boers - suivi de peu par la Reine Victoria qui disparaît le 22 janvier 1901. Le nouveau Roi Edouard VII n'entretient pas de proches relations avec ses sœurs à l'exception de la Princesse Louise. Le neveu d'Helena, le Prince Alexandre de Battenberg (devenu plus tard Marquis de Carisbrooke) se souvient que la Reine Alexandra est envieuse de la famille royale et n'invite ses belles-sœurs à Sandringham. Cette dernière ne se réconciliera d'ailleurs jamais avec Helena et Christian à l'issue des controverses quant à leur union.

Helena fréquente peu ses frères et sœurs mais contribue au rayonnement de la famille royale au travers des œuvres de charité dont elle s'occupe. Avec Christian, le couple mène une vie paisible et pourtant très occupée par leurs nombreuses occupations. Le couple représente même le Roi Edouard VII lors de la célébration des noces d'argent de Kaiser Wilhelm II (le neveu d'Helena) et d'Augusta Victoria (la nièce de Christian) en 1906.

Pendant l'époque édouardienne, Helena [Quoi ?].

Dernières années[modifier | modifier le code]

Le Roi Edouard VII meurt en 1910, quatre ans avant le début de la Première Guerre Mondiale.

Titulature[modifier | modifier le code]

  • Son Altesse Royale la princesse Helena du Royaume-Uni (18461866)
  • Son Altesse Royale la princesse Christian de Holstein-Sonderbourg-Augustenbourg (18661923)

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :