Helena Munktell

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Helena Munktell
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 66 ans)
Oscars församling (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Formation
Activités
Père
Henrik Munktell (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mère
Christina Augusta Eggertz (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Emma Josepha Sparre (en)
Henrik Munktell (d)
Amalia Hjelm (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Instrument
Maîtres
Œuvres principales
A Florence (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Helena Mathilda Munktell, née le et morte le , est une compositrice suédoise.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle est née à Grycksbo, en Dalécarlie, dans une famille aisée, la plus jeune d'une fratrie de neuf enfants ; ses parents étaient Henry et Augusta Munktell. Sa mère vivait séparément à Stockholm et après la mort de son père les enfants la rejoignirent.

Munktell étudia la musique au Conservatoire de Stockholm avec Conrad Nordqvist (sv), Johan Lindegren (sv), Ludvig Norman et Joseph Dente, puis à Vienne avec Julius Epstein. Elle étudia le chant et le piano et continua ses études de composition à Paris avec Benjamin Godard et Vincent d'Indy.

Ses débuts en tant que compositrice eurent lieu en Suède en 1885.

Elle souffrait d'une maladie oculaire et elle mourut à l'âge de 66 ans à Stockholm[1],[2].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Munktell composa pour orchestre mais principalement pour voix seule, chœur et des opéras :

  • Sonate pour violin opus 21
  • À Florence, opéra (1889)
  • Bränningar, poème symphonique (début des années 1890)
  • Suite pour grand orchestre (début des années 1890)
  • Valborgsmessoeld Poem Op.24 (1922)
  • Suite dalécarlienne/Dalsuite Op.22
  • Far on the solitary path, Texte : Daniel Fallström
  • Isjungfrun, ballade, texte : Emma Sparre
  • May night Voices, Texte : Erik Axel Karlfeldt
  • Serenade, Texte : Daniel Fallström
  • Sleep, sleep
  • Magic Power, Texte : Emma Sparre
  • Old coffee-o name-day show
  • Cantata for Women's Congress, 1897, Texte: H. Widmark
  • Song of the woods

Enregistrements[modifier | modifier le code]

  • Œuvres symphoniques : Brännigar, op. 19 ; Suite pour grand orchestre ; Valborgsmessoeld, op. 24 ; Suite dadécarlienne - Orchestre symphonique de Gävle, dir. Tobias Ringborg (10-16 janvier 2005, Sterling CDS-1066-2)[3] (OCLC 61828553)

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Helena Munktell » (voir la liste des auteurs).
  1. (en) Julie Anne Sadie et Rhian Samuel, The Norton/Grove dictionary of women composers, , Digitized online by GoogleBooks (lire en ligne)
  2. Grove 2001.
  3. (en) Jonathan Woolf, « Helena Munktell », sur musicweb-international.com, (consulté le ).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]