Helen Oyeyemi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Helen Oyeyemi
Description de cette image, également commentée ci-après
Helen Oyeyemi en 2021
Nom de naissance Helen Olajumoke Oyeyemi
Naissance (36 ans)
Ibadan, État d'Oyo, Drapeau du Nigeria Nigeria
Nationalité Britannique
Activité principale
Formation
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture Anglais britannique

Œuvres principales

Compléments

Helen Olajumoke Oyeyemi, née le à Ibadan dans l'État d'Oyo au Nigeria, est une romancière et nouvelliste britannique. Elle réside à Prague depuis 2014[1],[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Helen Olajumoke Oyeyemi écrit son premier roman, La Petite Icare (The Icarus Girl), alors qu'elle étudie en vue de son examen de niveau A[3] à la Cardinal Vaughan Memorial School. Durant ses études de sciences sociales et politiques au Corpus Christi College de Cambridge, deux de ses pièces de théâtre, Juniper's Whitening et Victimese, sont interprétées sur scène par des étudiants de l'université et reçoivent des critiques positives, avant d'être publiées par Methuen.

En 2007, Bloomsbury publie le deuxième roman de Oyeyemi, The Opposite House, inspiré de la mythologie cubaine[4],[5]. Son troisième roman, White is for Witching (en français Le blanc va aux sorcières), qui « prend ses racines dans [l'œuvre de] Henry James et Edgar Allan Poe », est publié chez Picador en . Son quatrième roman, Mr Fox, est publié chez Picador en , tandis que son cinquième, Boy, Snow, Bird, paraît en 2014[6]. Anita Sethi de The Observer décrit Mr Fox est décrit comme « une médiation sur le procédé d'écriture en lui-même, remplie d'images sur la façon dont la langue peut [nous] prendre au piège ou [nous] libérer »[7].

En 2016, Oyeyemi fait paraître son recueil de récits intitulé What Is Not Yours Is Not Yours[8]. Son roman Gingerbread sort le .

Récompenses et reconnaissance[modifier | modifier le code]

Son roman White is for Witching arrive en finale du prix Shirley-Jackson en 2009 et remporte le prix Somerset-Maugham en 2010. En 2009, Oyeyemi figure dans la liste « 25 under 25 » de Venus Zine. En 2013, elle est citée dans la liste des meilleurs jeunes romanciers britanniques de Granta[9]. En 2014, Boy, Snow, Bird arrive en finale du prix du livre du Los Angeles Times. Le recueil What Is Not Yours Is Not Yours remporte le PEN Open Book Award (en) en tant qu'« œuvre littéraire exceptionnelle d'un auteur de couleur publiée en 2016 »[10].

Oyeyemi est membre du jury du prix de fiction étrangère de The Independent (en) de 2015[11] et du prix Scotiabank-Giller 2015[12].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

Pièces de théâtre[modifier | modifier le code]

  • (en) Juniper's Whitening, 2004
  • (en) Victimese, 2005

Recueils de nouvelles[modifier | modifier le code]

  • (en) What Is Not Yours Is Not Yours, 2016

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Liz Hoggard, « Helen Oyeyemi: 'I'm interested in the way women disappoint one another' », The Guardian, London,‎ (lire en ligne, consulté le 20 novembre 2016).
  2. (en) M. René Bradshaw, « What is Not Yours is Not Yours by Helen Oyeyemi », The London Magazine, (consulté le 20 novembre 2016).
  3. (en) Justine Jordan, « Mr Fox by Helen Oyeyemi – review », The Guardian, (consulté le 30 janvier 2012).
  4. (en) Épisode Oyeyemi's 'Opposite House' de la série Tell Me More. Visionner l'épisode en ligne.
  5. (en) Stacey D'Erasmo, « Helen Oyeyemi's 'Boy, Snow, Bird' turns a fairy tale inside out », The Los Angeles Times,‎ (lire en ligne).
  6. a et b (en) Annalisa Quinn, « The Professionally Haunted Life Of Helen Oyeyemi », NPR Books, .
  7. (en) « Mr Fox by Helen Oyeyemi – review », The Observer, .
  8. (en) Helen Oyeyemi, What Is Not Yours Is Not Yours, Place of publication not identified, Riverhead Books, , 336 p. (ISBN 978-1-59463-463-5, lire en ligne).
  9. (en) « Granta 123: Best of Young British Novelists 4 », Granta, no 123,‎ (lire en ligne[archive du ]).
  10. (en) « 2017 PEN America Literary Awards Winners », PEN America, .
  11. (en) Lindesay Irvine, « Jenny Erpenbeck Wins Independent Foreign Fiction Prize », The Guardian,‎ (lire en ligne, consulté le 24 juin 2015).
  12. (en) Mark Medley, « The Giller Prize expands its jury to five people », The Globe and Mail,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]