Helen Maroulis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Helen Maroulis
Image illustrative de l’article Helen Maroulis
Helen Maroulis en 2016.
Contexte général
Sport Lutte féminine
Site officiel www.helenmaroulis.com
Biographie
Nom de naissance Helen Louise Maroulis
Nationalité sportive Drapeau des États-Unis États-Unis
Nationalité États-Unis
Naissance (28 ans)
Lieu de naissance Rockville
Taille 1,60 m (5 3)
Poids de forme 56 kg
Palmarès
Compétition Or Arg. Bro.
Jeux olympiques 1 0 0
Championnats du monde 2 1 1
Championnats panaméricains 1 0 1
Jeux panaméricains 1 0 0

Helen Maroulis est une lutteuse américaine née le à Rockville. Championne du monde 2015 en moins de 55 kg et championne olympique 2016 en moins de 53 kg, elle monte de catégorie pour remporter le tournoi des moins de 58 kg aux Championnats du monde de lutte 2017 de Paris.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfant, Helen Maroulis essaie différents sports, sans réussite, et finit en pleurs[1]. Alors qu'elle a sept ans, elle accompagne sa mère à l'entraînement de lutte libre de son petit frère[1]. Ce dernier, n'ayant pas de partenaire pour continuer son entraînement, nécessite que sa sœur lui vienne en aide[1]. Habituée à se chamailler avec son frère, elle se sent à l'aise, sans peur et demande de continuer à s'entraîner en lutte[1].

Grandissant dans le Maryland, elle n'a d'autres choix que se frotter aux garçons à l'entraînement, les filles étant trop peu nombreuses[1]. Première fille dans des gymnases de garçon, elle s'impose[1]. Lorsque la lutte libre féminine devient un sport olympique pour les Jeux olympiques d'été de 2004, son rêve olympique naît[1]. Sur-analysant, anxieuse, elle atteint le plus haut niveau internationale[1].

Après avoir gagné les Jeux panaméricains de 2011, elle est battue en finale du champion du monde par la légende de la lutte féminine Saori Yoshida[2]. Maroulis manque la qualification pour les Jeux olympiques 2012 d'un point[3].

Sacrée championne du monde en 2015 dans la catégorie des moins de 55 kg[4], elle devient ambassadrice de la campagne « Super 8 » de la Fédération internationale des luttes associées pour promouvoir la lutte féminine à travers le monde[2].

Deux femmes luttant au sol.
Helen Maroulis (en rouge) projette Whitney Conder au sol en finale des sélections américaines pour les Jeux olympiques de 2016.

En finale du tournoi olympique des moins de 53 kg des Jeux olympiques d'été de 2016 de Rio de Janeiro, l'Américaine est opposée à la triple championne olympique et treize fois championne du monde japonaise Saori Yoshida, référence de la discipline[5]. Menée 1 à 0, Maroulis fait tomber la championne au début de la deuxième reprise pour prendre un avantage décisif et gagner sur le score de 4 à 1[5]. Après avoir subi sa première défaite en compétition internationale depuis plusieurs années, Yoshida reconnaît la supériorité physique de Maroulis, elle-même invaincue depuis près de deux ans[5]. Alors qu'Adeline Gray concentre les attentions médiatiques avant les Jeux[3], elle est la vedette médiatique après son titre olympique[6].

Après les Jeux olympiques 2016, la lutteuse américaine fait le pari de monter de catégorie pour les championnats du monde de lutte 2017 de Paris. Dans sa préparation, elle s'entraîne et prend conseils auprès de Conor McGregor en [7]. Supérieure à ses adversaires, Maroulis remporte le tournoi sans encaisser le moindre point et en gagnant tous ses combats par tombé[8]. Avec ce nouveau succès, obtenu avec l'un des performances les plus dominantes de l'histoire de la lutte américaine et conclu par une victoire 11 à 0 contre la Tunisienne Marwa Amri en finale, Helen Maroulis remporte sa troisième médaille d'or en compétitions internationales[9].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Jeux olympiques
Championnats du monde
  • Médaille d'or, monde Médaille d'or en lutte libre dans la catégorie des moins de 55 kg en 2015 à Las Vegas.
  • Médaille d'or, monde Médaille d'or en lutte libre dans la catégorie des moins de 58 kg 2017 à Paris.
  • Médaille d'argent, monde Médaille d'argent en lutte libre dans la catégorie des moins de 55 kg en 2012 à Strathcona County.
  • Médaille de bronze, monde Médaille de bronze en lutte libre dans la catégorie des moins de 55 kg en 2014 à Tachkent.
Championnats panaméricains
  • Médaille d'or, Amérique Médaille d'or en lutte libre dans la catégorie des moins de 55 kg en 2012 à Colorado Springs.
  • Médaille de bronze, Amérique Médaille de bronze en lutte libre dans la catégorie des moins de 55 kg en 2009 à Maracaibo.
Jeux panaméricains
  • Médaille d'or, Amérique Médaille d'or en lutte libre dans la catégorie des moins de 55 kg en 2011 à Guadalajara.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g et h (en) Helen Maroulis, « Olympic wrestler Helen Maroulis: My darkest secret that's greater than gold », sur si.com, (consulté le 19 octobre 2018).
  2. a et b « Helen Maroulis décrit la lutte féminine : L'espoir américaine de la lutte libre féminine, Helen Maroulis, évoque son sport, tout ce qui en fait la beauté et ses principaux aspects technique », sur olympic.org, (consulté le 19 octobre 2018).
  3. a et b (en) Sean Hurd, « Q&A with Helen Maroulis on life after making wrestling history in Rio », sur espn.com, (consulté le 19 octobre 2018).
  4. « Mondiaux: Kaori Icho décroche un dixième titre », sur www.lequipe.fr, (consulté le 11 septembre 2015).
  5. a b et c (en) Associated Press, « Helen Maroulis becomes first ever US woman to win Olympic wrestling gold », sur theguardian.com, (consulté le 19 octobre 2018).
  6. (en) « Olympic Wrestling Gold Medalist Helen Maroulis » [vidéo], CBS Baltimore, (consulté le 19 octobre 2018).
  7. (en) « Conor McGregor Trained Olympic Gold Medalist Helen Maroulis », TMZ Sports, (consulté le 19 octobre 2018).
  8. « Championnats du monde de lutte : Helen Maroulis réussit son pari », sur francetvinfo.fr, (consulté le 19 octobre 2018).
  9. (en) « Helen Maroulis' dominance continues as she wins gold at world championships », USA Today, (consulté le 19 octobre 2018).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :