Heldmaschine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Heldmaschine
Description de cette image, également commentée ci-après
Concert à Bochum, 2015.
Informations générales
Genre musical Neue Deutsche Härte Metal industriel[1]
Influences Rammstein
Site officiel http://www.heldmaschine.de/en/
Composition du groupe
Membres René Anlauff, Tobias Kaiser, Eugen Leonhardt, Marco Schulte, Dirk Oechsle[2]
Anciens membres Tilmann Carbow, Andreas Schanowski, Marco Vetter, Dejan Dean Stankovic
Description de cette image, également commentée ci-après
Logo de Heldmaschine.

Heldmaschine est un groupe de Neue Deutsche Härte allemand fondé en 2011 à Coblence[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le groupe naît à partir du tribute band Völkerball (de), spécialisé dans la reprise des chansons du groupe Rammstein, et dont René Anlauff était déjà le chanteur[4],[5]. Le groupe décide de jouer ses propres morceaux sous le nom de Heldmaschine car les fans de Völkerball ne viennent aux concerts que pour écouter des reprises de Rammstein : le premier concert sous le nom Heldmaschine ne réunira d'ailleurs que 500 personnes, venues néanmoins en connaissance de cause[6].

Le premier album, Weichen und Zunder, sort le , alors que l'année précédente, la vidéo du single Radioaktiv a connu un certain succès en totalisant 300 000 vues sur YouTube, et que le single Gammelfleisch est déjà sorti en [3]. En 2013, le groupe participe à l'enregistrement du single Das Gerücht du groupe de medieval rock Tanzwut[3]. En sortent la vidéo du titre Doktor ainsi que le troisième single, Weiter!. La presse régionale qualifie alors le groupe de « nouvelle révélation de 2013 de la Neue Deutsche Härte »[7],[8].

En 2014 paraît le deuxième album, Propaganda, qui comme le premier ne comprend que des chansons en allemand et dont les paroles se distinguent par un ton plus brutal et provocateur. Lors de la tournée de promotion de l'album en Allemagne, René Anlauff fait une mise au point concernant le choix du titre Propaganda, en soulignant que le groupe n'est pas orienté politiquement à droite[8]. Fin 2014, le guitariste Marco Vetter quitte la formation et est remplacé par Dejan Stankovic.

En 2015 sortent le single Wer einmal lügt et l'album Lügen[3], suivis d'une tournée à l'automne. Après la parution de l'album Himmelskörper fin 2016, Heldenmaschine se produit en 2017 au festival W:O:A, puis dans une série de 15 concerts avec le groupe Maerzfeld (de) en première partie[9].

Outre les tournées, le groupe se produit dans divers festivals, dont le Rockharz Open Air de Ballenstedt en 2016, celui de M'era Luna à Hildesheim en 2016 et en 2019, et également le festival « NDH — Nacht der Helden » accueillant des groupes de Neue Deutsche Härte, créé en 2017[10] par TMS Event, qui se tient chaque année en hiver à la Turbinenhalle à Oberhausen. En , la ville de Hanovre accueille le festival au centre des expositions Capitol, où se produisent Heldmaschine, Stahlmann, Maerzfeld (de) et apRon[11]. En 2019, le festival s'étend l'été à la forteresse d'Ehrenbreitstein : le , il réunit Heldmaschine, le musicien Joachim Witt, Unzucht (de), Tanzwut et Maerzfeld[12], et le au Capitol et le à la Turbinenhalle, Heldmaschine se produit aux côtés de Faelder, Erdling et Hemesath.

En , sans annonce préalable ni publicité, paraît l'album Im Fadenkreuz[13],[14]. Celui-ci se distingue des précédents par un regard critique sur des sujets de société[15], et tout en étant dans la lignée des précédents albums, développe différentes facettes musicales et témoigne d'une identité plus affirmée qu'aux débuts du groupe[16].

Le style du groupe est très proche de celui de Rammstein, incorpore néanmoins plus d'éléments de musique électronique[17]. L'influence de Rammstein reste perceptible, bien que le groupe ait développé, dès son album Weichen und Zunder, un style personnel[5], tendance qui se confirme avec l'album Im Fadenkreuz en 2019[1] avec un son très electro, des riffs très durs et des paroles tranchantes[1].

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums[modifier | modifier le code]

Live[modifier | modifier le code]

  • 2018 : Live und laut

EP[modifier | modifier le code]

  • 2019 : Volles Brett

Singles[modifier | modifier le code]

  • 2011 : Gammelfleisch (Weichen und Zunder)
  • 2012 : Radioaktiv (Weichen und Zunder)
  • 2013 : Weiter! (Propaganda)
  • 2014 : Propaganda (Propaganda)
  • 2015 : Wer einmal lügt (Lügen)
  • 2015 : Collateral (Lügen)
  • 2016 : Sexschuss (Himmelskörper)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c (de) Anthalerero, « Reviews - HELDMASCHINE - Im Fadenkreuz », sur www.stormbringer.at,
  2. « Heldmaschine - Industrial Electro Rock », sur www.unitedrocknations.com (consulté le 29 septembre 2019)
  3. a b c et d (en) « Heldmaschine », sur www.theshocks.de (consulté le 21 octobre 2019)
  4. « Heldmaschine », sur valrockbooking.com (consulté le 22 septembre 2019)
  5. a et b Dark Beagle, « HELDMASCHINE - Weichen + Zunder (2012) », sur metal.nightfall.fr,
  6. (de) Isabel Christian, « Ein neuer Anlauff », sur www.haz.de, (consulté le 21 octobre 2019)
  7. (de) « HELDMASCHINE "Propaganda" Tour 2014 », sur www.cityguide-rhein-neckar.de sur web.archive.org (consulté le 21 octobre 2019)
  8. a et b (de) « "Heldmaschine" rollte in Neitersen an und überzeugte »,
  9. (de) « Neue Deutsche Härte hat einen Namen: Heldmaschine sind mit ihrem aktuellen Album ‘Himmelskörper’ auf Herbsttour 2017. Mit im Gepäck ist die Band Maerzfeld », sur www.pressure-magazine.de,
  10. (de) « 2018 – Die Nacht der Helden ließ Oberhausen zum zweiten Mal beben »,
  11. (de) Rockszene.de - Das Online Musikmagazin, « Hannover-Premiere von „Nacht der Helden“ », sur www.rockszene.de,
  12. (de) « Die Nacht der Helden: 24.08.2019 Koblenz »,
  13. (de) Matthias Weise, « HELDMASCHINE – Das unangekündigte Album! », sur www.metal.de,
  14. (de) « „Im Fadenkreuz“: Heldmaschine veröffentlichen neues Album », sur wwww.sonic-seducer.de,
  15. (de) Matthias Weise, « Heldmaschine - Im Fadenkreuz », sur www.metal.de,
  16. (de) Bent-Erik Scholz, « Heldmaschine – Im Fadenkreuz (CD-Kritik) », sur darkmusicworl.de,
  17. (de) Riccardo Oldenburg, « Heldmaschine – Himmelskörper (CD-Review) », sur darkmusicworl.de,

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :