Heilly

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Heilly
Heilly
L'église Saint-Pierre.
Blason de Heilly
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Amiens
Intercommunalité Communauté de communes du Val de Somme
Maire
Mandat
Hubert Fleury
2020-2026
Code postal 80800
Code commune 80426
Démographie
Gentilé Hautefeuillois
Population
municipale
435 hab. (2019 en augmentation de 8,48 % par rapport à 2013)
Densité 46 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 57′ 15″ nord, 2° 32′ 16″ est
Altitude Min. 31 m
Max. 107 m
Superficie 9,37 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Amiens
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Corbie
Législatives 4e circonscription de la Somme
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Heilly
Géolocalisation sur la carte : Somme
Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Heilly
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Heilly
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Heilly
Liens
Site web http://www.heilly.fr

Heilly est une commune française située dans le département de la Somme en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Heilly (Somme) panneau d'entrée (véloroute de la Mémoire).jpg

Heilly est une commune périurbaine picarde de l'Amiénois située à 18 km au nord-est d'Amiens, 10 km au sud-ouest d'Albert et à 55 km de Saint-Quentin.

Géographie physique[modifier | modifier le code]

Nature du sol et du sous-sol[modifier | modifier le code]

Dans la vallée de l'Ancre, le sol est formé d'alluvions. Au bas des versants, la terre est de nature argilo-siliceuse. Sur le plateau, elle est limoneuse. D'une façon générale, le sol est argileux et le sous-sol crayeux[1].

Relief, paysage,végétation[modifier | modifier le code]

Au nord-ouest, la vallée de l'Ancre est encaissée. Deux plateaux assez réguliers dominent la commune. Ils sont marqués par deux dépressions : au nord-ouest, le fond du Sart ; à l'ouest, la vallée Maître Jean Morel[1].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le sud de la commune est limité par l'Ancre, qui conflue dans le fleuve côtier la Somme quelques kilomètres au sud-ouest, à Aubigny, et par son défluent, la Boulangerie[2]. Elles sont bordées par une zone marécageuse et d'étangs issus de l'exploitation de la tourbe.

A la fin du XIXe siècle, la nappe phréatique est peu profonde. Une rivière temporaire que la population appelait la « mer rousse » apparaissait à cette époque, en cas de fortes précipitations ou de fonte des neiges, dans la rue Bordevillers[1].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de la commune est tempéré océanique avec vents dominants d'ouest.

Géographie humaine[modifier | modifier le code]

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (77,4 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (78,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (74 %), zones humides intérieures (16,3 %), zones urbanisées (3,4 %), zones agricoles hétérogènes (3,4 %), forêts (3 %)[3].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[4].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Heilly est traversée par la route départementale RD 52 qui relie Bonnay et Ribemont-sur-Ancre.

Son territoire est traversé par l'ancienne RN 29 (actuelle RD 929), qui suit l'antique tracé de la voie romaine Amiens - Bavay, ainsi que par la ligne de Paris-Nord à Lille.

La gare d'Heilly est une halte desservie par des trains TER Hauts-de-France qui effectuent des missions entre les gares d'Amiens et de Albert. Le village est également desservi en 2019 par les lignes d'autocars du réseau interurbain Trans'80 Hauts-de-France (ligne no 37)[5].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Heilly est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[6],[7],[8].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Amiens, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 369 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[9],[10].

Le village d'Heilly est bâti en amphithéâtre pour partie à flanc de coteau, pour partie dans la vallée.

Toponymie[modifier | modifier le code]

On trouve dans les textes anciens plusieurs formes pour désigner Heilly : Helleium, Helliacum, Hilly, Hilli, Heilli[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Des traces d"habitat gallo-romain ont été retrouvées à Heilly au XIXe siècle.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

La famille d'Heilly détenait la seigneurie du XIe au XIIIe siècle. Le premier seigneur de cette famille connu était Nocher d'Heilly (986-1048).

Au XIIIe siècle, la seigneurie d'Heilly passa par mariage à la famille de Créquy, Baudouin de Créquy ayant épousé Aalis d'Heilly, fille de Thibaud IV d'Heilly et Marie de Picquigny. Puis elle échut à la famille de Belloy puis d'Hargicourt avant de passer à la famille de Pisseleu par le mariage de Marie d'Hargicourt et de Jean de Pisseleu, en 1444.

Epoque moderne[modifier | modifier le code]

Au XVIe siècle, François Ier venait au château d'Heilly rendre visite à Anne de Pisseleu, sa favorite.

En 1553, les Espagnols incendièrent le château.

En 1636, , pendant la guerre de Trente Ans, le château est ruiné par les troupes espagnoles, puis à nouveau détruit en 1649, avant d'être reconstruit à partir de 1650 sur les fondations médiévales[11],[12].

Au XVIIIe siècle, Louis Charles de Gouffier, seigneur d'Heilly, fit embellir le château par Pierre Contant d'Ivry[Note 3], les grilles furent réalisées par Jean Veyren. Il fit également réaliser des jardins à la française agrémenté d'un grand canal. Pour ce faire il fit détruire l'église paroissiale et la fit reconstruire à son emplacement actuel.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Au début de la Révolution française, en 1789, les cahiers de doléances d'Heilly demandent la possibilité du rachat des droits de champart et de dîme[13].

En 1792, le conseil municipal réclame à Choiseul-Gouffier, ancien seigneur d'Heilly, 23 200 livres d'indemnités pour la tourbe extraite dans le marais communal ; la commune tente d'acquérir, sans rachat, 349 arbres plantés sur le marais communal par l'ancien seigneur[13].

Le comte de Choiseul-Gouffier, ambassadeur à Constantinople, refuse de rentrer en France et devient émigré ; grâce à son épouse restée sur place, il retrouve presque intact leur domaine d'Heilly à son retour d'émigration[14].

En 1817, Antoinette Françoise Sidonie de Choiseul-Gouffier et son époux le marquis de Torcy offrent deux cloches à l'église d'Heilly en remplacement de celles fondues en 1793[14],[15].

En 1846, la ligne de Paris-Nord à Lille est mise en service, ainsi que la gare d'Heilly, facilitant le déplacement des habitants et le transport des marchandises.

La même année, le comte de Chabrillan, héritier du château, le met en vente[16]. Faute d'acheteur, il est vendu à démolir ; la grille de chasse est déposée et remontée à l'entrée du château de Bertangles[Note 4].

Troupes britanniques blessées à l'extérieur d'un poste de dépollution à Heilly.

Pendant la Première Guerre mondiale, sa position sur la ligne de chemin de fer Albert-Amiens lui a valu d'accueillir, à partir de 1916, plusieurs unités médicales (centres d’évacuation de blessés, hôpital de campagne). Le cimetière militaire britannique voisin, sur le territoire de la commune de Méricourt-l'Abbé, compte plus de 3 000 tombes, la plupart victimes de la bataille de la Somme[17].

Ayant subi des dégâts, notamment en 1918, il a été décoré de la Croix de guerre 1914-1918 le [18].

Lors de la Seconde Guerre mondiale, le , premier jour de l'Occupation, un avion de chasse français s'écrase près de la gare. La commune est libérée le par une estafette anglaise et des résistants[19].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1906 1913 Gustave Quinot    
1913 1919 Félicien Bled    
1919 1959 Alcide Brochet    
1945 1947 Lucien Bailleux    
1947 1959 Alcide Brochet    
1959 1971 Daniel Desmarquet    
1971 2014[20] Bernard Marcille[21]    
2014 2020[22] Bernadette Gallet    
2020[23] En cours
(au 8 octobre 2020)
Hubert Fleury    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[24]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[25].

En 2019, la commune comptait 435 habitants[Note 5], en augmentation de 8,48 % par rapport à 2013 (Somme : −0,2 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
542582618689701758794774764
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
743730671618551543529525524
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
472391412421426423421422400
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
367346343353391399400416387
2014 2019 - - - - - - -
412435-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[26] puis Insee à partir de 2006[27].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'enseignement élémentaire local est assuré dans le cadre d'un regroupement pédagogique intercommunal qui comprend les communes d'Heilly, Ribemont-sur-Ancre, Bresle et Méricourt-l'Abbé et qui, en 2020, scolarise 176 enfants[28].

L'école primaire publique Les quatre saisons accueille 54 élèves pour l'année scolaire 2017 - 2018[29].

Sport[modifier | modifier le code]

L'ASL - Tennis Club d'Heilly accueille (en 2020) 130 licenciés, dont 80 enfants avec une équipe première qui évolue en Régionale 1[30]. Le club dispose de deux courts communaux, un couvert et un découvert.

Autres équipements[modifier | modifier le code]

En 2020, Heilly dispose d'une agence postale communale[31]

Économie[modifier | modifier le code]

L'essentiel des activités économiques de la commune repose sur l'agriculture, le commerce et l'artisanat de proximité. Un restaurant-motel est situé dans le village, non loin de l'église.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Vestiges du château du XVIIIe siècle et des aménagements de l'ancien parc (parterres, canal) par Pierre Contant d'Ivry[35],[36],[37]. Belle orangerie en pierre (façade avec niches) et en briques construite sous la terrasse du château.
    L'intercommunalité envisage en 2021 de réaliser une reconstitution virtuelle du château en 3D[38].
  • Plusieurs bâtiments de ferme du XVIIIe siècle sont visibles dans le village.
  • Monument aux morts.
  • Calvaire.
    Le site est accessible par la rue de la Grande-Carrière. Érigé sur une pente formant terre-plein descendant vers le village, et constitué d'une croix surmontant un rocher artificiel abritant une grotte, plusieurs de ses statues sont endommagées (résultat de vandalisme). Sans que soit envisagée pour l'instant une restauration, la remise en valeur du site semble amorcée (fauchage et élagage)[Quand ?] même si les hauts arbres d'une propriété voisine empêchent de jouir du panorama sur le village et la vallée de l'Ancre.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Heilly dans la légende[modifier | modifier le code]

Selon une légende locale, sur le territoire de la commune, se serait trouvé un château qui aurait appartenu à Ganelon, sire de Hautefeuille, qui, dans la Chanson de Roland, fut accusé d'avoir provoquer, par traitrise, la mort de Roland à Roncevaux.

Cette légende raconte que Charlemagne serait venu en personne à Heilly pour s’assurer que Ganelon ne l’avait pas trahi. Celui-ci jura par la tour de son château qu’il était innocent et, au même instant, la tour se fendit, Ganelon fut écartelé dans le potager du château et la terre de Hautefeuille fut donnée par Charlemagne à son cousin Karl d’Heilly. C’est depuis cette époque que la seigneurie et le village portent le nom d’Heilly, mais les habitants sont restés des Hautefeuillois[41].

Heilly dans la littérature[modifier | modifier le code]

Un roman de Roger de Beauvoir, auteur du XIXe siècle, s'intitule : Le Moulin d'Heilly[42]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Heilly Blason
De gueules à la bande d'or chargée de cinq fusées aboutées d'azur et accompagnée en pointe d'une coquille d'or[43].
Ornements extérieurs
Croix de guerre 1914-1918
Devise
Heilly tout à part li
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.
Alias
Alias du blason de Heilly
De gueules à la bande fuselée d'or de trois pièces et deux demies (ou cinq).
Armes de la famille d'Heilly.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • « Heilly », Ma commune, Ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales (consulté le ).
  • Carte spéciale des régions dévastées : 12 SE, Amiens [Sud-Est], Service géographique de l'armée, (lire en ligne), lire en ligne sur Gallica.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Il s'agit de l'ensemble de lambris en bois doré avec consoles et miroirs d'époque Louis XV mentionné supra
  4. En février 2015, un ensemble de lambris en bois doré composé de deux consoles surmontées de leur miroir en trumeau et d'un miroir de cheminée (vers 1760) "ancienne collection du marquis de Gouffier au château d'Heilly" a été vendu par l'antiquaire Alain Berger à la Brafa de Bruxelles (Marie Potard, Une Brafa plus lente, dans "Le Journal des Arts" n°429, 13-26/02/2015, p.22)
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Notice géographique et historique sur la commune d'Heilly, rédigée par Monsieur Hugues, instituteur, 1899, Archives départementales de la Somme.
  2. E.-A. Blanmont de Thierville, « Carte topographique du cours des rivières d'Encre et de la Boulangerie depuis leur embouchure dans la Somme jusqu'au moulin d'Heilly où doit commencer le Canal projetté par M. le Marquis de Gouffier : avec le cours de la rivière de Miraumont depuis le moulin d'Heilly jusqu'à la violle d'Albert, et partie de la Somme depuis la ville de Corbie jusqu'au village de Sailly-le-Grand, levé géométriquement. », Bibliothèque nationale de France, département Cartes et plans, GE C-6343, xviiie siècle (consulté le ), lire en ligne sur Gallica.
  3. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  4. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  5. « Le réseau Trans'80 en ligne ».
  6. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  7. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  8. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  9. « Liste des communes composant l'aire d'attraction d'Amiens », sur insee.fr (consulté le ).
  10. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  11. Voisin, « Vue occidentale du château d'Heilly en Picardie en l'état qu'il était avant les travaux commencés en 1737. », Documents numérisés, fonds Macqueron, Bibliothèque municipale d'Abbeville, (consulté le ).
  12. Voisin, « Vue orientale du château d'Heilly en Picardie en l'état qu'il était avant les travaux commencés en 1737 », Documents numérisés, fonds Macqueron, Bibliothèque municipale d'Abbeville, (consulté le ).
  13. a et b Pierre Desbureaux, Des Picards en Révolution, l'exemple du Doullennais, collection Souvenance, Woignarue, La Vague verte, 1995.
  14. a et b Jean-Marie Wiscart, La Noblesse de la Somme au XIXe siècle, Amiens, Encrage Édition, 1994.
  15. Inscriptions sur les cloches de 1817 : "J'ai été faite en 1817, 22e année du règne de Louis XVIII, bénie par Mr Pierre Fournier, curé dess[erva]nt d'Heilly & nommée Adélaïde [l'une, Sidonie l'autre] par Mr Alexandre Marie Louis du Mouchel [sic, Monchel en fait], marquis de Torcy, & Dame Antoinette Françoise Sidonie de Choiseul-Gouffier Marq[ui]se de Torcy - Mr Dupuis maire et Mr Cordier adjoint".
  16. « Affiche : Biens patrimoniaux dépendant de la Terre d'Heilly, arrondissement d'Amiens (Somme), À vendre par adjudication et par lots détaillés […]. Plan général de la propriété et vues du château », Documents numérisés, fonds Macqueron, Bibliothèque municipale d'Abbeville (consulté le ).
  17. « Heilly durant la Première Guerre Mondiale », sur http://blogs.ac-amiens.fr, (consulté le ).
  18. Journal officiel du 4 novembre 1920, p. 17349.
  19. « L’histoire d'Heilly », sur http://www.heilly.fr (consulté le ).
  20. Le maire sortant a été réélu au terme des élections municipales de 2008. Il s'agit de son septième mandat Source : Quotidien Le Courrier picard - édition Région d'Amiens du 29 mars 2008
  21. « À la mémoire de Monsieur Bernard MARCILLE », sur http://memoire.lavoixdunord.fr, (consulté le ).
  22. « Bernadette Gallet, la maire de Heilly s’arrête en mars : Après 37 ans dont deux mandats de maire, passés à œuvrer pour la commune, Bernadette Gallet a décidé de ne pas se représenter en mars prochain », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Arrivée en 1983 alors qu’elle était encore en activité, Bernadette Gallet a fait deux mandats de conseillère, un mandat en tant que deuxième adjointe, deux mandats en tant que première adjointe et un mandat dans le fauteuil de maire, soit six mandats et 37 ans au service de la commune ».
  23. « Liste des élus de la Somme » [ods], Listes des élus, Préfecture de la Somme, (consulté le ).
  24. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  25. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  26. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  27. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  28. « Le RPI de Méricourt-l’Abbé plus regroupé que jamais », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  29. « L'école sur le site du ministère de l'Éducation nationale ».
  30. « Le club de tennis d’Heilly mis à l’honneur par la fédération : Une équipe de journalistes sportifs a suivi pendant plusieurs mois la vie du club. Celle-ci fera l’objet d’un sujet sur la nouvelle chaîne de télévision « Web TV 100 % tennis » de la fédération », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  31. « Les agences postales de Ribemont-sur-Ancre, Warloy-Baillon, Sailly-le-Sec, Heilly, Daours, Le Hamel et Marcelcave vont rouvrir », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  32. Jacques Cuvillier, Famille et patrimoine de la haute noblesse française au XVIIIe siècle, le cas des Phélypeaux, Gouffier, Choiseul., Paris, L'Harmattan, , 560 p. (ISBN 2-7475-9154-9, lire en ligne), p. 232.
  33. « Plan et élévation de l'église d'Heilly, bâtie en 1777 », Documents numérisés, fonds Macqueron, Bibliothèque municipale d'Abbeville (consulté le ).
  34. Oswald Macqueron, « Aquarelle : Eglise d'Heilly (canton de Corbie). - [Aquarelle d'Oswald Macqueron], d'après nature, 7 juin 1870 », Documents numérisés, fonds Macqueron, Bibliothèque municipale d'Abbeville (consulté le ).
  35. C. Bourgeois, « Vue du Château d'Heilly. Département de la Somme. », Documents numérisés, fonds Macqueron, Bibliothèque municipale d'Abbeville, (consulté le ).
  36. L. F. Dim, « Plan du château d'Heilly (Somme) », Documents numérisés, fonds Macqueron, Bibliothèque municipale d'Abbeville, xixe siècle (?) (consulté le ).
  37. Duthoit (del.) Villeneuve (lith.), « Château d'Heilly. Picardie. », Documents numérisés, fonds Macqueron, Bibliothèque municipale d'Abbeville (consulté le ).
  38. Thierry Griois, « Des médiathèques dans le Val de Somme en 2021... mais toujours pas de déviation à Corbie et Fouilloy : Les grands projets de l’année prochaine ont été dévoilés ou rappelés lors de la dernière réunion de la Communauté de communes du Val de Somme (CCVS), ce jeudi 10 décembre », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Enfin, au rayon tourisme, après le succès de la reconstitution de l’abbaye de Corbie en 3D, il est prévu de faire renaître le château d’Heilly de la même manière ».
  39. « Charles Fournier », sur Sycomore, base de données des députés de l'Assemblée nationale.
  40. Biu Santé : Louis-Charles Deneux
  41. http://www.heilly.fr/histoire_036.htm
  42. Roger de Beauvoir, Le Moulin d'Heilly, vol. 1, Paris, Desessart, , 339 p. (lire en ligne) et volume 2 (374 p.) [lire en ligne], lire en ligne sur Gallica.
  43. « 80426 Heilly (Somme) », sur armorialdefrance.fr (consulté le ).