Hedera

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lierre.

Le lierre est une liane grimpante phanérophyte — elle peut être rampante et grimpante — de la famille des araliacées : elle est la liane la plus répandue dans les régions tempérées. Le genre Hedera comprend plusieurs espèces sélectionnées et cultivées comme plantes ornementales d'intérieur ou d'extérieur. La plus commune est le lierre grimpant ou lierre commun, Hedera helix.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom français « lierre » est issu du latin hedera, (de haerere « être attaché »). Hedera a d'abord abouti au très ancien français edre (Xe siècle), iedre (XIe siècle) puis à iere en ancien français, du genre masculin. ce dernier agglutiné avec l'article défini a donné lierre dès 1372, avec l'ajout d'un r graphique supplémentaire[1].

Description[modifier | modifier le code]

Le lierre est l'une des dernières plantes à produire du pollen et du nectar avant l'hiver (dernière source de nourriture pour les floricoles dont les Abeilles=Apiformes) ; sur la photo, une mouche Eristale (Eristalis sp., Syrphidae)

Le lierre, selon l'endroit où il pousse, et selon qu'il est taillé ou non, évolue en liane rampante ou grimpante ou en buisson.

En liane, le lierre n'occupe généralement que le tour du tronc, jusqu'à la base du houppier, et laisse les branches principales de l'arbre au soleil.

Biologie[modifier | modifier le code]

Très résistant au froid, à la déshydratation, grâce notamment à la cuticule cireuse de ses feuilles, il est actif (photosynthèse, production de pollen, fécondation, production de fruits) à l'automne et en hiver, tandis que les feuillus qui les hébergent sont en phase de repos.
En juin, alors que les arbres sont en pleine phase de croissance, le lierre entre en repos, et perd ses feuilles, dont la décomposition rapide libère des éléments minéraux assimilables par les autres arbres de la forêt. En octobre, lorsque son arbre hôte entre lui-même en phase de repos, le lierre fleurit et utilise les ressources d'eau et de lumière que n'exploite plus l'arbre : il y a partage des ressources dans le temps. Il semble que la longue coévolution lierre-arbre ait abouti à un partage de l'espace aérien et du déroulement de l'année en vue d'une utilisation optimale par les deux organismes des ressources en eau, en nutriments et en énergie solaire.

Contrairement à une idée autrefois répandue, le lierre n'est pas du tout un parasite: il ne vit pas aux dépens de l'arbre tuteur, et leur association semble même être presque de type symbiotique ou, au moins, de bénéfice mutuel, car le lierre peut aussi vivre sur le sol, même s'il n'y fructifie pas.
Il procure un abri à de nombreux animaux utiles pour l'arbre et il présente des capacités remarquables de détoxication de l'air chargé de benzène, un des composants, cancérigènes et mutagènes, substitut du plomb dans le carburant.
Il est rarissime que le lierre envahisse tout un arbre, alors que l'élimination d'un arbre dominé par un arbre dominant est un phénomène très commun.
Il protège les lisières forestières de la déshydratation et des effets des rayons ultraviolets.
Son feuillage sombre protège le tronc des pluies d'hiver et des dommages dus au gel (en zone froide et humide, le gel est une des premières causes de dépréciation des bois).

Dégradation des supports[modifier | modifier le code]

Le lierre ne dégrade pas tous les murs, même maçonnés de terre, s'ils sont absolument secs : s'il vient à obstruer une gouttière, et que l'eau ruisselle sur le mur, il peut alors, avec le concours des bactéries symbiotes, produire des racines qui s'insinuent entre les briques ou les pierres. Par contre, à long terme, le lierre peut fortement dégrader un mur en pierres sèches : des pousses peuvent s'insinuer entre les pierres, prenant à la longue tant d'expansion qu'elles les déplacent et déchaussent le mur s'il n'est pas constitué de très grosses pierres.

Caractères botaniques[modifier | modifier le code]

Lierre sur un amandier

Genre très homogène comptant une dizaine d'espèces. La forme des feuilles, d'une très grande variabilité, ne suffit pas à distinguer entre elles les espèces et sous-espèces.

Arbrisseaux rampants ou grimpants, à feuilles alternes, persistantes, entières, plus ou moins découpées en lobes.

Fleurs jaune verdâtre, regroupées en ombelles, ayant une corolle à cinq pétales et un calice réduit à cinq pointes.

Fruits charnus (drupes) devenant noirs à maturité.

Principales espèces[modifier | modifier le code]

Tempelherrenhaus Weimar

Distribution[modifier | modifier le code]

Ce genre est originaire d'Europe, d'Asie occidentale et d'Afrique du Nord.

Il a été répandu par la culture et s'est naturalisé en Amérique.

Usages[modifier | modifier le code]

Il peut être utilisé comme couvre-sol, pour couvrir un mur ou une clôture. Il est réputé contribuer à épurer l'air (absorptions du benzène toxique qui a remplacé le plomb dans l'essence par exemple). On l'utilise aussi comme plante d'intérieur décorative, avec de nombreux cultivars à petites feuilles, panachées, ou de couleurs différentes.

Autrefois, dans certains pays chauds, on en extrayait une gomme médicinale, utilisée comme dépilatoire (« une larme dure, sèche, d'une couleur de rouille foncée : quand on la brise en petits morceaux, elle paroît transparente, rouge et parsemée de petits points brillans ; elle a un goût un peu acre, légèrement astringent, et tant soit peu aromatique. Elle répand quand on la brûle une odeur agréable qui approche de celle de l'encens »[2].

Ennemis[modifier | modifier le code]

Le papillon de nuit (hétérocère) souvent se nourrit de lierre :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Site du CNRTL : étymologie de "lierre"
  2. Grand vocabulaire françois : contenant l'explication de chaque mot dans ses diverses acceptions grammaticales (...), par Joseph Nicolas, M. Guyot, Sébastien-Roch-Nicolas Chamfort, Ferdinand Camille Duchemin de La Chesnaye Ed., C. Panckoucke, 1768 ; voir l'article Lierre

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]