Hector Pessard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Hector Pessard
Image dans Infobox.
Hector Pessard en première page de la Revue illustrée, numéro de janvier 1893.
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Autres informations
Distinction

Hector Louis François Pessard, né à Lille le et mort le dans le 9e arrondissement de Paris[1], est un journaliste, homme de lettres, critique musical et dramatique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Hector Pessard entre comme journaliste au Figaro puis est engagé dans la campagne d'Italie. Il est nommé directeur du Bureau de la presse au ministère de l'intérieur en 1878.
Il dirige quelque temps des journaux de diffusion nationale et plutôt situés à gauche :

Délaissant plus tard la politique, il publia des critiques dramatiques ou artistiques dans des journaux ou revues. Il est fait chevalier de la Légion d'Honneur le [4].

Caricature d'Hector Pessard par André Gill, n°31 de Les Hommes d'aujourd'hui (1879).

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • L'Année parlementaire 1863-1864, 306 p. in-8°, Paris, Librairie internationale, 1865.
  • Yo et les principes de 89 : fantaisie chinoise, Bruxelles, éd. A. Lacroix, Verboeckhoven & Cie, 1867 (préface de Prévost-Paradol)
  • Les Gendarmes, fantaisie administrative, Paris, Librairie internationale, 1869
  • Lettres d'un interdit, Paris, Lachaud et Burdin, 1874
  • Mes Petits Papiers 1860-1870, éditions Calman-Lévy, 1887. 334 p. in-12°, considérations sur l'air du temps[5]
  • Chroniques politiques, dans la revue La Nouvelle Revue tome 46 (pages 169,409,611,808). année 1887 et suivantes[6]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Archives de Paris, état-civil numérisé du 9e arrondissement, acte de décès no 874 de l'année 1895. L’homme de lettres meurt à son domicile situé no 68 rue Blanche.
  2. Émile Mermet, Le National, in Annuaire de la presse française 1880 (A1), pp. 268-270
  3. Fonds du Petit Parisien, Archives nationales.
  4. Documents numérisés sur la base de données Léonore.
  5. L'ouvrage numérisé sur le site Gallica.fr.
  6. La Nouvelle Revue tome 46, numérisé sur le site Gallica.fr.

Liens externes[modifier | modifier le code]