Hector Horeau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hector Horeau
Image illustrative de l'article Hector Horeau
Présentation
Nom de naissance Hector Horeau
Naissance
Versailles
Décès (à 70 ans)
Paris
Nationalité Drapeau de la France France

Hector Horeau, né à Versailles le et mort à Paris le est un architecte français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Hector Horeau entre à l'École des Beaux-arts le 18 avril 1819, il est élève de Frédéric Nepveu et de François Debret[1]. Au début de sa carr!ère, il réalise plusieurs hôtels particuliers à Paris et à Lyon. Il illustre le Voyage à Méroé de Frédéric Caillaud, avant de partir lui-même en voyage en Orient entre 1837 et 1839. Il réalise de nombreux dessins d'Égypte, il expose au Salon de 1841 une Vue du Grand Temple d'Ipsamboul et l'entrée de Sésostris. Il est connu pour ses projets de grandes halles de fer et de verre dont un pour les halles de Paris en 1845. Mais c'est finalement Baltard qui obtint la commande. Il participa au concours lancé par les organisateurs de l'Exposition universelle de Londres de 1851. Mais il fut écarté car son projet ne respectait pas l'une des conditions qui était d'épargner les arbres d'Hyde Park. Le vainqueur est Joseph Paxton avec son Crystal Palace qui, quant à lui, surmonte les arbres du parc. L'architecture anglaise, pittoresque, intègre la nature tandis que la française, rationnelle, met du temps à saisir ce concept. Il participe à la Commune de Paris, il est nommé "chef de l'édilité hygiénique". Cet engagement lui vaut d'être emprisonné à Versailles puis sur l'île d'Aix, cela l'affecte grandement et il meurt peu de temps après[2]. Au cours de cette dernière année il avait notamment proposé que le très contesté Opéra de Charles Garnier soit transformé en palais du Peuple.

Il est le héros du roman de Michel Ragon Un si bel espoir, collection Livre de Poche, Albin Michel, 1999.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. INHA, « Hector Horeau », sur base AGORHA (consulté le 24 février 2017)
  2. François Pouillon, Dictionnaire des orientalistes de langue française, Karthala, , 1073 p. (ISBN 978-2-8111-0790-1), p. 525

Source[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :