Hecmanville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hecmanville
Ancienne mairie et monument aux morts
Ancienne mairie et monument aux morts
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Eure
Arrondissement Arrondissement de Bernay
Canton Canton de Brionne
Maire
Mandat
Jean Duthilleul
2014-2020
Code postal 27800
Code commune 27325
Démographie
Population
municipale
165 hab. (2013)
Densité 55 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 10′ 29″ N 0° 39′ 39″ E / 49.1747, 0.660849° 10′ 29″ Nord 0° 39′ 39″ Est / 49.1747, 0.6608
Altitude Min. 135 m – Max. 161 m
Superficie 2,99 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Région Normandie

Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Hecmanville

Géolocalisation sur la carte : Eure

Voir sur la carte topographique de l'Eure
City locator 14.svg
Hecmanville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Hecmanville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Hecmanville

Hecmanville est une commune française située dans le département de l'Eure en région Normandie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Hecmanville est une commune du Lieuvin, dans l'ouest du département de l'Eure. Elle se situe à l'ouest de la Risle à 6 km au sud-est de Brionne, chef-lieu du canton, et à 12 km de Bernay, chef-lieu de l'arrondissement. Évreux est à 44 km et Rouen à 54 km.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Heuquemavilla en 1260, Heuguemanville en 1331[1],[2].

Il s'agit d'une formation toponymique médiévale en -ville au sens ancien de « domaine rural ». Le premier élément est un anthroponyme comme c'est le plus souvent le cas dans ce type de formations.

François de Beaurepaire a identifié le nom de personne scandinave *Helgiman, qui n'est pas attesté[3]. En réalité, la forme exacte du nom norrois est *Helgimaðr et le nom commun helgimaðr « saint homme » est bien attesté dans une saga : « Æpti hún Geirlaug, þá út í tún kom. Heyrðist henni helgimaðr. hringja klukku. Þá var þetta trítill, sem hristi brók sína. Svo var hún heimsk. »[4].

L'ancien scandinave maðr « homme » se décline en mann à l'accusatif, manni au datif et manns au génitif, ce qui explique l'élément -man- rencontré dans certains toponymes normands. cf. Flottemanville, Septimanville, etc. Helgi « le Saint » se rencontre comme nom de personne autonome dans Heuqueville, Heugueville, etc.

L'élément Hec- résulte de la contraction de Heuque-, le -g- [g] d'origine s'est durci en -qu- [k], comme on l'observe ailleurs, de même [ɛl] devant [g] s'est régulièrement vocalisé.

Histoire[modifier | modifier le code]

Une voie romaine traverse la commune, la route de Lisieux à Brionne[5]. Pendant la construction de l'Autoroute A 28, des fouilles ont été fait au lieu-dit la Chaussée.

Le seigneur d'Heuguemanville est cité pour la première fois en 1198.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001   Andrée Delamarre    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 165 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
306 316 340 313 313 307 301 281 251
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
238 203 192 193 193 158 164 167 144
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
129 129 112 81 85 94 107 91 73
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2008 2010
73 61 58 86 70 104 104 117 137
2013 - - - - - - - -
165 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Just
  • Le monument aux morts
  • Parmi le petit patrimoine, des toits de chaume et des pressoirs à cidre

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

ZNIEFF de type 2[modifier | modifier le code]

  • ZNIEFF 230009170 – La vallée de la Risle de Brionne à Pont-Audemer, la forêt de Montfort[8].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Auguste Le Prévost, Mémoires et notes pour servir à l'histoire du département de l'Eure, Aug. Hérissey, 1864, p. 246 à lire en ligne
  2. François de Beaurepaire (préf. Marcel Baudot), Les Noms des communes et anciennes paroisses de l'Eure, Paris, A. et J. Picard,‎ , 221 p. (ISBN 2-7084-0067-3, OCLC 9675154), p. 125
  3. ibidem.
  4. [1]
  5. Arcisse de Caumont, Cours d'antiquités monumentales, Lance, 1830, pg.148-149 lire en ligne
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2008, 2010, 2013.
  8. « La vallée de la Risle de Brionne à Pont-Audemer, la forêt de Montfort », sur Muséum national d'Histoire naturelle - Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 30 juin 2015)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :