He Xiangning

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
He Xiangning
Tomb of Liao Zhongkai and He Xiangning 03 2011-04.JPG
Tombe de Liao Zhongkai et de He Xiangning à Nanjing
Fonctions
Membre du comité national de la conférence consultative politique du peuple chinois (d)
Députée à l'Assemblée nationale populaire
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 94 ans)
PékinVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalités
Formation
Université féminine du Japon
Université Joshibi d'art et design (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Conjoint
Enfant
Autres informations
Partis politiques
Zhongguo Tongmenghui
Comité révolutionnaire du Kuomintang (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

He Xiangning (en chinois : 何香凝 ; Wade-Giles : Ho Hsiang-ning. ) était une révolutionnaire chinoise, féministe, politicienne, peintre et poète. En même temps que son mari Liao Zhongkai, elle fut l'un des premiers membres du mouvement révolutionnaire Tongmenghui de Sun Yat-sen. Comme ministre des droits de la femme dans le gouvernement nationaliste de Sun à Guangzhou (Canton), elle a lutté pour l'égalité des droits de la femme et organisé le premier rassemblement de Chine pour la journée internationale de la femme en 1924. Après l'assassinat de son mari en 1925 et la persécution des communistes par Chiang Kai-shek en 1927, elle est restée éloignée de la politique pendant deux décennies, mais a activement travaillé à organiser la résistance contre l'invasion japonaise de la Chine.

Jeunesse[modifier | modifier le code]

He Xiangning est née le sous le nom de He Jian (何諫, et également celui de He Ruijian 何瑞諫), dans une riche famille de Hong-Kong. Son père, He Binghuan (何炳桓), originaire du District de Nanhai, de la province du Guangdong, a commencé sa carrière dans le négoce du thé et investi dans l'immobilier[1],[2]. Elle le persuada de lui permettre de poursuivre ses études avec ses frères et se révéla une étudiante studieuse dès son plus jeune âge [1].

Féministe déterminée dès sa jeunesse[3], He Xiangning résista farouchement à l'injonction de son père à se faire bander les pieds selon la coutume chinoise. À cause de ses "gros pieds", son mariage fut arrangé en avec Liao Zhongkai, un Chinois né en Amérique, qui ne voulait pas de femme aux pieds bandés[1]. Malgré ce mariage arrangé, ils partageaient beaucoup de choses, l'amour du savoir et de l'art ainsi qu'une passion pour le salut de la Chine[1]. Elle aida financièrement son mari à réaliser son vœu d'aller étudier au Japon avec ses fonds personnels et en vendant ses bijoux qui lui rapportèrent la somme de 3 000 dollars. Liao partit donc au Japon en et elle le rejoignit deux mois plus tard. Elle étudia à l'école normale pour femmes de Tokyo[1].

La révolution[modifier | modifier le code]

À Tokyo, He et Liao ont rencontré le révolutionnaire chinois Sun Yat-sen en 1903. Ils sont devenus deux des plus anciens membres du mouvement révolutionnaire Tongmenghui anti-Qing de Sun et Huang Xing leur a appris à utiliser des armes à feu dans la préparation de la révolution. Elle a loué une maison pour les opérations secrètes du Tongmenghui[4].

Après son retour à Hong Kong pour donner naissance à sa fille Liao Mengxing, elle l'a confiée à sa famille puis elle est retournée à Tokyo.

République populaire de Chine[modifier | modifier le code]

En 1948, pendant la guerre civile chinoise, He Xiangning, Li Jishen et d'autres membres de KMT qui se sont opposés à Chiang Kai-shek, ont fondé le Comité révolutionnaire du Kuomintang chinois (Minge). Après que les communistes aient gagné la guerre civile et aient établi la République populaire de Chine en , elle s'est installée à Pékin et a occupé un certain nombre de postes élevés dans le gouvernement communiste, y compris ceux de vice-présidente du CPPCC (1954-1964), vice-présidente du Comité permanent du congrès du Peuple (1959-1972), présidente du Minge (1960-1972), présidente du Comité des affaires d'outre-mer et présidente honorifique de la Fédération des femmes de toute la Chine.

He Xiangning a continué à travailler jusqu'à l'âge de 80 ans en puis à assumer de nombreuses fonctions officielles. Le [5], elle est morte d'une pneumonie à l'âge de 94 ans. Elle est enterrée dans le Mausolée de Liao Zhongkai à Nanjing, à côté de son mari.

Art[modifier | modifier le code]

He Xiangning a étudié l'art à l'école d'art d'Ueno, un quartier de Tokyo. Peintre renommée de l'École de Lingnan d'art chinois, He Xiangning a été élue troisième présidente de l' Association des Artistes Chinois en . Elle aimait particulièrement peindre des pruniers en fleurs, des pins, des tigres et des lions. Les pruniers en fleurs symbolisaient le courage et la pureté, défiant les rigueurs de l'hiver. Par son art, elle exprimait ses idées politiques.

Une collection de ses peintures a été exposée en 1979 au Guangdong[6]. Le , le Musée d'art He Xiangning a ouvert à Shenzhen. C'était le premier musée national d'art chinois portant le nom d'un artiste et le Président Jiang Zemin a calligraphié lui-même le nom du musée. Ce musée est consacré à l'art féminin chinois[7]. En , la Poste de Chine a émis une série de trois timbres (1998-15T) mettant en vedette ses peintures.

Expositions[modifier | modifier le code]

Peintures de He Xiangning au Musée d'art He Xiangning, - [8]

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « He Xiangning » (voir la liste des auteurs).
  1. a b c d et e (en) Lily Xiao Hong Lee et A. D. Stefanowska, Biographical Dictionary of Chinese Women : The Twentieth Century, 1912–2000, M.E. Sharpe, , 200–204 p. (ISBN 978-0-7656-0798-0, lire en ligne)
  2. (en) Yuwu Song, Biographical Dictionary of the People's Republic of China, McFarland, , 452 p. (ISBN 978-1-4766-0298-1, lire en ligne), p. 117
  3. (en) Encyclopedia of Women Social Reformers, ABC-CLIO, , 292–3 p. (ISBN 978-1-57607-101-4, lire en ligne)
  4. (en) Lily Xiao Hong Lee et A. D. Stefanowska, Biographical Dictionary of Chinese Women : The Twentieth Century, 1912–2000, M.E. Sharpe, , 200–204 p. (ISBN 978-0-7656-0798-0, lire en ligne)
  5. (zh) « 1972年9月1日 民革中央主席、画家何香凝病逝 », People's Daily (consulté le 27 février 2016)
  6. In Song, Y. (2015). Biographical dictionary of the People's Republic of China.
  7. « Musée He Xiangning », sur www.hxnart.com (consulté le 5 mars 2017)
  8. Exposition : He Xiangning 2016-2017

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]