Haym Salomon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Haym Salomon (7 avril 1740 - 6 janvier 1785) est un homme d'affaires juif qui a immigré à New York depuis la Pologne pendant la période de la Révolution américaine. Il a mis son savoir-faire financier au service des insurgés qui luttaient pour l'indépendance des États Unis, et a été ainsi l'un des principaux financiers de la guerre d'indépendance américaine contre la Grande-Bretagne[1].

Jeunesse et éducation[modifier | modifier le code]

Haym Salomon est né à Leszno (Lissa), Pologne, en 1740. Dans sa jeunesse, il a étudié l'hébreu[2]. Au cours de voyages en Europe occidentale, il acquit une connaissance de la finance et une maîtrise de certaines des langues mondiales de l'époque[3]. Il retourna en Pologne en 1770 mais partit pour l'Angleterre deux ans plus tard. En 1775, il immigre à New York, où il s'établit comme courtier financier au service de marchands engagés dans le commerce international[4],[5].

Dans la Révolution américaine[modifier | modifier le code]

Timbre commémoratif Haym Salomon (1975)

Il sympathise avec la cause des Patriotes, et est arrêté en 1776, comme espion par les autorités britanniques.Ces dernières le gracient, en contrepartie d'un engagement comme interprète à leur service dans la flotte anglaise. Il parvient à s'échapper, mais, en 1778, Salomon est de nouveau arrêté et condamné à mort. Une fois de plus, il réussit à s'échapper[6].

Financement de la guerre d'indépendance américaine[modifier | modifier le code]

Installé à Philadelphie, Salomon reprend ses activités de courtier, et fait bénéficier de ses services les forces françaises en Amérique du Nord. En 1781, il commence à travailler intensivement au financement des treize colonies qui ont proclamé leur indépendance[7].

En trois ans, il parvient à fournir plus de 650 000 $ (près de 8 milliards d'euros d'aujourd'hui [8] ) en financement à George Washington dans son effort de guerre.

On rapporte que, lorsque George Washington et son armée, ainsi que le comte de Rochambeau avec l'armée française, décident de marcher vers Yorktown et de porter le coup final, il sont à court de ressources, avec des troupes au bord de la mutinerie faute de nourriture[9]. Lorsque le responsable des finances des États Unis lui dit qu'il n'y avait ni fonds ni crédit disponibles, Washington lui rétorque simplement : "Envoyez chercher Haym Salomon"[5].

Communauté juive[modifier | modifier le code]

Salomon s'est impliqué dans les affaires de la communauté juive, au sein de la congrégation Mikveh Israel à Philadelphie, et en 1782, il est celui qui fit le plus grand don individuel pour la construction de son bâtiment principal. En 1783, Salomon figurait parmi les juifs éminents impliqués dans l'effort, couronné de succès, pour que le soit supprimé le serment religieux requis pour l'exercice de fonctions publiques.

La franc-maçonnerie[modifier | modifier le code]

Comme Washington et de nombreux hommes éminents associés à la révolution américaine, Salomon était membre de la fraternité maçonnique, et appartenait à une loge de Philadelphie [10],[11].

Décès[modifier | modifier le code]

Le financier mourut dans la pauvreté le 8 janvier 1785, à Philadelphie. Le gouvernement et des prêteurs privés n'avaient en effet pas remboursé les dettes contractées et sa famille est tombée dans la gêne financière à sa mort brutale à l'âge de 44 ans[9].

L' Independent Gazetteer annonçait sa disparition ainsi  : «Jeudi dernier, décédé après une maladie fatale, M. Haym Salomon, un éminent courtier de cette ville, était originaire de Pologne et de la nation hébraïque. Il était remarquable par sa compétence et son intégrité dans sa profession, ainsi que par sa conduite généreuse et humaine. Ses restes ont été déposés hier dans le cimetière de la synagogue de cette ville. "


Références[modifier | modifier le code]

  1. John Buescher, « Jewish Immigration During the Revolutionary War », Teachinghistory.org (consulté le 10 décembre 2012)
  2. Jane Frances Amler, Haym Salomon: Patriot Banker of the American Revolution, New York, 1st, (ISBN 978-0823966295), p. 6
  3. Weiss, Amy. "Haym Salomon." In Immigrant Entrepreneurship: German-American Business Biographies, 1720 to the Present, vol. 1, edited by Marianne S. Wokeck. German Historical Institute. Last modified February 09, 2015.
  4. Milgrim, « The Story of Mikveh Israel Cemetery », USHistory.org (consulté le 30 juillet 2014)
  5. a et b Moran, « Haym Salomon –The Revolution's Indispensable Financial Genius », Liberty Tree and Valley Compatriot Newsletter, Sons of Liberty Chapter; Sons of the American Revolution.He hated the president!, (consulté le 30 juillet 2014)
  6. « Haym Salomon », National Park Service, US Department of the Interior (consulté le 26 juin 2008)
  7. Wiernik, Peter. History of the Jews in America. New York: The Jewish Press Publishing Company, 1912. p. 96. Salomon is mentioned nearly 75 times in Morris's personal correspondence relating to selling bills of exchange to raise cash for the Revolution.
  8. « Times article producing the converted currency »
  9. a et b « Haym Solomon: The Man Behind the Myth of the Dollar's Star of David » (consulté le 29 juin 2014)
  10. William R. Denslow, 10,000 Famous Freemasons, Missouri Lodge of Research, 1957–60
  11. Klein, « Lost Hero: The Mason Who Backed the Revolution », Scottish Rite Journal

Lectures complémentaires[modifier | modifier le code]