Hauteluce

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Hauteluce
Hauteluce
Vue du village et du clocher à bulbe de l’église.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Savoie
Arrondissement Albertville
Canton Ugine
Intercommunalité Communauté d'agglomération Arlysère
Maire
Mandat
Mireille Gioria
2014-2020
Code postal 73620
Code commune 73132
Démographie
Population
municipale
767 hab. (2015 en diminution de 7,37 % par rapport à 2010)
Densité 12 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 45′ 07″ nord, 6° 35′ 11″ est
Altitude Min. 780 m
Max. 2 555 m
Superficie 62,39 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte administrative de la Savoie
City locator 14.svg
Hauteluce

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte topographique de la Savoie
City locator 14.svg
Hauteluce

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Hauteluce

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Hauteluce

Hauteluce est une commune française située dans le département de la Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes. Village de montagne du massif du Beaufortain, il comptait 767 habitants en 2015.

Le territoire communal accueille deux stations de sports d'hiver : Les Saisies partagées avec Villard-sur-Doron, reliées au grand domaine skiable de l'Espace Diamant et Hauteluce - Val Joly (hameau de Belleville), reliée à la station des Contamines, ainsi qu'au domaine Évasion Mont-Blanc.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune située dans les Alpes françaises en Beaufortain. Hauteluce est un village mais également une station située à une altitude de 1 150 m.

Toponyme[modifier | modifier le code]

Hauteluce est un toponyme dérive de l'association des mots latins alta, signifiant « haute », et de lucia (Luce), ancien nom de Beaufort[1],[2]. Hauteluce est donc la paroisse se trouvant au-dessus de la paroisse de Luce.

Le nom de Luce (Ecclesia de Lucia) apparait vers la fin XIIIe siècle (v. 1170)[1],[2]. La paroisse est partiellement mentionnée au XVIIIe siècle, avec la désignation de l'église du hameau de Belleville, Bella villa in parrochia Alte Lucie[3],[2].

En francoprovençal, le nom de la commune s'écrit Otlosse (graphie de Conflans) ou Hôtaluce (ORB)[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Vue générale de Hauteluce depuis la route du col des Saisies

Situation administrative[modifier | modifier le code]

Hauteluce appartient au canton d'Ugine, qui compte selon le redécoupage cantonal de 2014 seize communes du Beaufortain et du Val d'Arly[5]. Avant la réforme, la commune appartenait au canton de Beaufort-sur-Doron.

Elle était membre de la communauté de communes du Beaufortain (CCB), appelée également Confluences, regroupant quatre communes, avec Beaufort, Queige et Villard-sur-Doron[M 1].

Hauteluce relève de l'arrondissement d'Albertville et de la deuxième circonscription de la Savoie, dont le député est Hervé Gaymard (UMP) depuis les élections de 2012[6].

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au dernier recensement étant compris entre 500 et 1 499 habitants, le nombre de membres du conseil municipal est de 15, soit un maire, Mireille Gioria, et de 14 conseillers municipaux[7]. Parmi ces conseillers municipaux, on dénombre 4 adjoints au maire et 10 conseillers municipaux[M 2].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1977 mai 1995 André Mercier    
mars 2001 en cours
(au avril 2014)
Mireille Gioria ... ...

Jumelages[modifier | modifier le code]

À ce jour, l'Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures ne répertorie aucun projet de jumelage ou de coopération décentralisée, ni pacte d’amitié à l'international pour la commune.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune sont appelés les Hauteluciens[8].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[10].

En 2015, la commune comptait 767 habitants[Note 1], en diminution de 7,37 % par rapport à 2010 (Savoie : +3,19 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
1 0371 4441 8351 6621 5851 5271 3081 2711 265
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
1 2581 2241 2161 2081 1981 1581 1271 1421 128
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
1 0139761 0719591 3411 035921797705
1982 1990 1999 2005 2010 2015 - - -
707820800875828767---
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

Radios et télévisions[modifier | modifier le code]

La commune est couverte par des antennes locales de radios dont France Bleu Pays de Savoie... Enfin, la chaîne de télévision locale TV8 Mont-Blanc diffuse des émissions sur les pays de Savoie. Régulièrement l'émission La Place du village expose la vie locale de la vallée de la Tarentaise. France 3 et son décrochage France 3 Alpes, peuvent parfois relater les faits de vie de la commune.

Presse et magazines[modifier | modifier le code]

La presse écrite locale est représentée par des titres comme Le Dauphiné libéré avec une édition locale.

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

Départ de la télécabine du Val Joly.

La commune possède deux stations de sports d'hiver qui ne sont pas reliées. La plus ancienne et la plus renommée, Les Saisies, se trouve également sur une partie de Villard-sur-Doron. La station a accueilli les épreuves de ski de fond lors des Jeux olympiques d'hiver de 1992 d'Albertville. Elle est reliée au grand domaine de l'Espace Diamant, qui réunit quatre autres stations des Aravis-Beaufortain.

L'autre station, Hauteluce - Val Joly, est situé au fonde la vallée sur le hameau de Belleville. Elle est reliée à la station des Contamines, ainsi qu'au domaine Évasion Mont-Blanc.

En 2014, la capacité d'accueil de la commune, estimée par l'organisme Savoie-Mont-Blanc, est de 16 072 lits touristiques (dont plus 14 000 lits touristiques aux Saisies) répartis dans 2 777 établissements[Note 2]. Les hébergements se répartissent comme suit : 520 meublés ; 6 résidences de tourisme ; 3 hôtels ; un établissement d'hôtellerie de plein air ; 5 centres ou villages de vacances/auberges de jeunesse ; deux refuges ou gîtes d'étape et trois chambres d'hôtes[13].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Espaces verts et fleurissement[modifier | modifier le code]

La commune obtient sa première fleur au concours des villes et villages fleuris en 2015[16].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique, devise et logotype[modifier | modifier le code]

Blason à dessiner Blason Parti: au 1er d’azur à la montagne d’argent, au barrage-voûte du même aux contreforts de sable mouvant du flanc dextre et retenant un lac d’azur mouvant du parti ; au 2e de sinople au clocher à bulbe d’or ajouré de deux fenêtres de sable et mouvant de la pointe ; au chef de gueules à la croix d’argent[17].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sites communaux et locaux[modifier | modifier le code]

Sites institutionnels[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.
  2. La structure Savoie Mont Blanc, pour ces données statistiques de capacité d'accueil en termes de lits touristiques d'une station ou d'une commune, additionne les établissements marchands, qui appartiennent au secteur de l'hôtellerie, et les hébergements non marchands, qui n'implique donc pas de transaction commerciale comme les résidences secondaires[13].

Références[modifier | modifier le code]

Sources communales[modifier | modifier le code]

  • Sites de la mairie de Hauteluce et des stations
  1. « La Communauté de communes du Beaufortain (CCB) », sur territoire-beaufortain.fr (consulté le 16 février 2015).
  2. « Vie municipale », sur mairie-hauteluce.fr (consulté le 16 février 2015).

Fiche Insee de la commune[modifier | modifier le code]

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. a et b Adolphe Gros, Dictionnaire étymologique des noms de lieu de la Savoie, La Fontaine de Siloé (réimpr. 2004) (1re éd. 1935), 519 p. (ISBN 978-2-84206-268-2, lire en ligne), p. 228.
  2. a b et c Henry Suter, « Hauteluce », sur le site d'Henry Suter, « Noms de lieux de Suisse romande, Savoie et environs » - henrysuter.ch, 2000-2009 (mis à jour le 18 décembre 2009) (consulté le 16 février 2015).
  3. Adolphe Gros, Dictionnaire étymologique des noms de lieu de la Savoie, La Fontaine de Siloé (réimpr. 2004) (1re éd. 1935), 519 p. (ISBN 978-2-84206-268-2, lire en ligne), p. 54.
  4. Lexique Français - Francoprovençal du nom des communes de Savoie - Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 19
    Préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou.
  5. « Décret no 2014-185 du 18 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Savoie », Légifrance, (consulté le 16 février 2015).
  6. « Résultats des élections législatives de 2012 : Savoie (73) - Deuxième circonscription (résultats officiels) », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 16 février 2015).
  7. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  8. « Hauteluce », sur le site de mutualisation des Archives départementales de la Savoie et de la Haute-Savoie - sabaudia.org (consulté le 16 février 2015), Ressources - Les communes.
  9. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  13. a et b « La capacité d'accueil touristique en Savoie-Mont-Blanc », Observatoire, sur le site Savoie-Mont-Blanc - pro.savoie-mont-blanc.com, (consulté en janvier 2015) : « Les données détaillées par commune, et par station : nombre de structures, nombre de lits par type d'hébergements (fichier : Détail des capacités 2014, .xlsx) ».
  14. Michelle Leroy, Geneviève de Montleau, Fondation pour l'action culturelle internationale en montagne, En Beaufortain et Val d'Arly : sur les chemins du Baroque, vol. 1, La Fontaine de Siloé, coll. « Les Patrimoines », , 190 p. (ISBN 978-2-8420-6108-1, lire en ligne), p. 59-71. .
  15. « Eglise Saint-Jacques d'Assyrie », notice no PA00118262, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  16. « Les villes et villages fleuris - Site officiel des Villes et Villages Fleuris, label de qualité de vie », sur www.cnvvf.fr (consulté le 29 décembre 2015)
  17. http://armorialdefrance.fr/page_blason.php?ville=11014 et http://www.mairie-hauteluce.fr/index.php