Haucourt (Seine-Maritime)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Haucourt.
Haucourt
Image illustrative de l'article Haucourt (Seine-Maritime)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Dieppe
Canton Gournay-en-Bray
Intercommunalité Communauté de communes des Quatre Rivières
Maire
Mandat
Jean-Manuel Buquet
2014-2020
Code postal 76440
Code commune 76343
Démographie
Population
municipale
240 hab. (2014)
Densité 24 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 38′ 29″ nord, 1° 39′ 38″ est
Altitude Min. 188 m – Max. 246 m
Superficie 10,18 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte administrative de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Haucourt

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte topographique de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Haucourt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Haucourt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Haucourt

Haucourt est une commune française située dans le département de la Seine-Maritime en Normandie, dans l'ancien canton de Forges les Eaux, aujourd'hui rattaché à celui de Gournay en Bray.

Géographie[modifier | modifier le code]

Haucourt est entouré à l'Ouest, par la commune de Gaillefontaine, au Nord, par celle de Criquiers, au Sud par celle de Grumesnil et à l'Est par celle de Formerie (Oise). Haucourt est donc situé en limite du département de l'Oise et de la région Hauts de France.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune d'Haucourt a été réunie en 1824 à celle de Villedieu la Montagne.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
  1857 Duputel    
1857   Pierre-François Beaurain    
    Albert Lefebvre    
    Raoul Tourtille    
mars 1977 mars 1995 Georges Guillemard    
mars 1995 mars 2007 Georges Fleurbaey    
mars 2007 en cours
(au avril 2014)
Jean-Manuel Buquet    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[2],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 240 habitants, en diminution de -7,34 % par rapport à 2009 (Seine-Maritime : 0,48 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
332 366 371 363 446 424 428 404 390
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
373 390 380 375 370 359 381 362 338
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
330 318 349 328 314 319 288 320 303
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2011 2014
258 278 224 202 209 204 236 252 240
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • (monument disparu) Le château de Haucourt autrefois situé près de l'église, en centre bourg. La seigneurie d'Haucourt appartenait au moyen-âge à la famille d'Haucourt. En 1503, Françoise de Bailleul, fille de Jacques de Bailleul, seigneur de Saint Léger, et de Jeanne d'Haucourt, épouse Adrien de Mailly. En 1519, Françoise de Bailleul hérite de son grand-père, Lancelot d'Haucourt, gouverneur d'Abbeville [5]. Ce mariage fait entrer Haucourt dans une branche de la Maison de Mailly [6], qui conserve Haucourt jusqu'à la Révolution. Vers 1790, le maréchal de Mailly vend Haucourt aux dames Puissant, qui revendent le domaine en 1830 à Anne Louise Marie de Trie Pillavoine, veuve en premières noces de René François de Gaudechart et en secondes de Claude Marie, comte de Ruffo [7]. Il échut après elle, à son fils, René Ferdinand, marquis de Gaudechart (1787-1856), mort sans postérité, qui laisse Haucourt à son neveu, le comte de Valon [7]. Utilisé alors comme habitation par le fermier, le château d'Haucourt est laissé à l'abandon à partir du début du XXe siècle, avant d'être démoli vers 1925. Son aspect est connu par des cartes postales anciennes. Il se composait d'un massif corps de logis édifié en brique et pierre aux XVe, XVIe et XVII siècles, surmonté d'une haute toiture. La façade vers l'église comportait une tour carrée engagée, surmontée d'un clocheton. Subsistent les piliers de l'entrée de la cour de la ferme (propriété privée).
  • Au hameau de Villedieu la Montagne, ancienne commune rattachée à celle de Haucourt en 1824, restes d'une commanderie de l'Ordre de Malte, fondée au XIIe siècle par Hugues de Haucourt et confirmée par son fils, Guillaume de Haucourt [8]. Cette Commanderie resta en fonction jusqu'à la Révolution. Elle comportait les terre et seigneurie de Frettencourt et de Fourcigny, une maison à Aumale et la seigneurie de Fontaine le Dun [9]. Église de style roman, du XIIe siècle. Restauration et animation par l'Association Villedieu-Haucourt. Ferme de la commanderie, attenante, comportant une tour hexagonale, ancienne habitation du Commandeur. L'église de Villedieu, ses fonts baptismaux et la tour de la Commanderie sont inscrits à l'Inventaire supplémentaire des Monuments Historiques depuis 1992. La ferme de la Commanderie est propriété privée.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Antoine d'Haucourt est qualifié, dans une charte de 1491 par Guy XV de Laval, dans le Maine, de cousin et gouverneur pour le comte de Laval de l'ensemble de ses terres situées en Normandie et en Picardie. Il est le dernier descendant, en ligne mâle, d'une antique et brillante Maison de chevalerie. La Maison d'Haucourt était considérée parmi les plus anciennes du royaume de France.

Après Antoine d'Haucourt, la branche aînée de cette Maison tombera dans celle de Mailly qui héritera du nom et de la terre d'Haucourt.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jürgen Klötgen, Une charte retrouvée de Guy XV de Laval (1491), in : Revue historique et archéologique du Maine, Le Mans, 1997, t. CXLVIII

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  2. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  5. [Père Simplicien], Extrait de la généalogie de la Maison de Mailly, suivi de l'histoire de la branche des comtes de Mailly, marquis d'Haucourt, et de celle des marquis du Quesnoy, Paris, Ballard, , p. 75-76
  6. Abbé J. E. Decorde, Essai historique et archéologique sur la canton de Forges les Eaux, Paris & Rouen, Derache & Lebrument, , 328 p., p. 198-200
  7. a et b Dieudonné Dergny, Les Cloches du Pays de Bray, tome 2, Paris & Rouen, Derache & Le Brument, , p. 175-177
  8. Eugène Mannier, Ordre de Malte - Les Commanderies du grand-prieuré de France, Paris, A. Aubry, , 808 p., p. 409-417
  9. Eugène Mannier, Ordre de Malte - Les Commanderies du grand-prieuré de France, Paris, A. Aubry, , 808 p., p. 411-416