Hassan Pakravan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Hassan Pakravan
Image dans Infobox.
Hassan Pakravan en uniforme de général.
Fonctions
Ambassadeur d'Iran en France
-
Ambassadeur d'Iran au Pakistan (d)
-
Directeur
SAVAK
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 67 ans)
TéhéranVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Grade militaire
Distinction

Le général de division (Sar-Lashgar) Hassan Pakravan, né le à Téhéran et mort le dans la même ville, est un militaire et diplomate iranien. Il a été le 2e directeur de la SAVAK (organe de la police politique), succédant à Teymour Bakhtiar.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un haut fonctionnaire et diplomate et d'une mère professeur à l'université de Téhéran, titulaire du prix Rivarol, donné aux étrangers écrivant en français, il étudie au lycée français du Caire puis à l'université de Liège et poursuit sa formation militaire dans les écoles d’artillerie de Poitiers et de Fontainebleau, ce qui en fait un parfait francophone.

Il a été le numéro 2 de la SAVAK à sa création et en a été le directeur au moment de la révolte organisée par Rouhollah Khomeyni en 1963, en pleine révolution blanche. Condamné à mort par le tribunal militaire, Khomeyni fut sauvé par le général Pakravan qui insiste auprès du Shah pour commuer sa peine en un exil. Le Shah accepte et Khomeyni est exilé en Turquie et ensuite en Irak. En 1965, le général Pakravan est remplacé par un autre général, Nematollah Nassiri.

Hassan Pakravan assume ensuite les fonctions de ministre de l'Information (1968-1966), d'ambassadeur au Pakistan (1966-1969) et en France (1969-1973), et de conseiller des ministères des Affaires étrangères et de la Cour. En 1977, il est appelé à reprendre du service, en tant que le numéro 2 du ministère de la Cour, afin de mettre un terme à la corruption dans l’entourage du Chah. Après la révolution iranienne, il est arrêté et le tribunal islamique le condamne à mort sans lui laisser la possibilité de se défendre. Pakravan est exécuté le . Son épouse est décédée le 7 décembre 2014[réf. souhaitée].

Décorations[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Assar-e Angosht-e Savak vol. 1, Nima publishing, Paris, .
  • Interview de Fatemeh Pakravan (la femme de Hassan Pakravan), Iranian Oral History Project, Harvard University Center for Middle Eastern Studies, 2003.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Michel Wattel et Béatrice Wattel (préf. André Damien), Les Grand’Croix de la Légion d’honneur : De 1805 à nos jours, titulaires français et étrangers, Paris, Archives et Culture, , 701 p. (ISBN 978-2-35077-135-9), p. 473.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :