Hasegawa Yoshimichi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hasegawa Yoshimichi.
長谷川 好道
Le comte Hasegawa Yoshimichi.
Le comte Hasegawa Yoshimichi.

Naissance 1er octobre 1850
Domaine d'Iwakuni, province de Suo, Japon
Décès 27 janvier 1924 (à 73 ans)
Tokyo, Japon
Allégeance Empire du Japon
Grade Maréchal de camp
Années de service 1871 – 1916
Conflits Guerre de Boshin
Rébellion de Satsuma
Première guerre sino-japonaise
Guerre russo-japonaise
Commandement War flag of the Imperial Japanese Army.svg Armée impériale japonaise
Distinctions Ordre du Milan doré
Ordre du Chrysanthème
Ordre de l'Aigle rouge
Ordre de l'empire coréen
Autres fonctions Gouverneur-général de Corée
Hasegawa Yoshimichi est un nom japonais traditionnel ; le nom de famille (ou le nom d'école), Hasegawa, précède donc le prénom (ou le nom d'artiste).

Le comte Hasegawa Yoshimichi (長谷川 好道?, 1er octobre 1850 - 27 janvier 1924) est un maréchal de camp de l'Armée impériale japonaise et le gouverneur-général de Corée de 1916 à 1919. Parmi toutes ses décorations, l'on peut citer entre autres l'ordre du Milan doré (1re classe) et l'ordre du Chrysanthème.

Biographie[modifier | modifier le code]

Hasegawa est le fils d'un maître d'armes samouraï d'Iwakuni, un sous-fief de Chōshū (actuelle préfecture de Yamaguchi), il servit dans les forces de Chōshū durant la guerre de Boshin de janvier à mars 1868 durant la restauration de Meiji qui renversa le shogunat Tokugawa.

Entré dans l'armée impériale japonaise en 1871, Hasegawa devint capitaine puis, plus tard, major, et dirigea un régiment pendant la rébellion de Satsuma qui a participé au siège du château de Kumamoto le 14 avril 1877.

Il se rendit en France en tant qu'attaché militaire en 1885 pour étudier les stratégies, les tactiques et l'équipement européen. Il fut promu major-général à son retour au Japon un an après.

Pendant la Première guerre sino-japonaise, Hasegawa fut récompensé pour la bravoure de sa 12e brigade d'infanterie lors de la bataille de Pyongyang le 15 septembre 1894 et dans des escarmouches près d'Haicheng de décembre 1894 à janvier 1895. Après la guerre, il reçut le titre de baron (danshaku) selon le système nobiliaire du kazoku.

Durant la guerre russo-japonaise, Hasegawa fut affecté dans la première armée japonaise commandée par le général Kuroki Tamemoto, dans laquelle il dirigea la division de la Garde impériale pendant le printemps 1904, puis il se distingua à la bataille du Yalu du 30 avril au 1er mai 1904, et il fut promu au rang de général en juin 1904. Après la guerre, il reçut le titre de vicomte (shishaku ).

Après avoir servi dans l'armée japonaise en Corée de septembre 1904 à décembre 1908, Hasegawa devint chef d'État-major de l'État-major de l'armée impériale japonaise en 1912. Il força le ministre de la Guerre Yusaku Uehara à démissionner à cause de la politique fiscale du premier ministre Kinmochi Saionji et tenta de réformer le système dans lequel seuls les militaires en service actif pouvaient devenir ministre de la Guerre ou de la Marine. La chute du gouvernement Kinmochi fut appelée plus tard la « crise politique de Taishō ».

En 1915, Hasegawa devint maréchal de camp et reçut le titre de comte (hakushaku) en 1916.

À partir d'octobre 1916, Hasegawa devint le second gouverneur-général de Corée et fut plus tard critiqué pour la répression militaire du soulèvement du 1er Mars qui aurait causé 7 000 morts et 40 000 arrestations.

Hasegawa est mort en 1924. Il est enterré au cimetière d'Aoyama à Tokyo.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Albert M. Craig, Chōshū in the Meiji Restoration, Cambridge, Harvard University Press,‎ 1961.
  • (en) Trevor N. Dupuy, The Harper Encyclopedia of Military Biography, New York, HarperCollins Publishers Inc.,‎ 1992 (ISBN 0-7858-0437-4).
  • (en) Marius B. Jansen et Gilbert Rozman, Japan in Transition : From Tokugawa to Meiji, Princeton, Princeton University Press,‎ 1986.
  • (en) Marius B. Jansen, The Making of Modern Japan, Cambridge, The Belknap Press of Harvard University Press,‎ 2000.

Source de la traduction[modifier | modifier le code]