Hasan Cemal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hasan Cemal
Image illustrative de l'article Hasan Cemal

Naissance 1944
Istanbul
Nationalité Drapeau de Turquie Turc
Profession Journaliste
Écrivain
Médias
Média principal Presse écrite
Pays Drapeau de la Turquie Turquie
Presse écrite Milliyet
Fonction Rédacteur en chef
Chroniqueur
Autres médias Cumhuriyet
Sabah

Hasan Cemal (prononcé Hassan Djemal), né en 1944 à Istanbul en Turquie, est un journaliste et écrivain turc, petit-fils de Djemal Pacha[1]. Il est le rédacteur en chef de Cumhuriyet de 1981 à 1992, et de Sabah de 1992 à 1998, avant d'écrire pour le Milliyet. En 2013, il démissionne du journal Milliyet, ce dernier ayant refusé de publier sa chronique de retour à la suite de sa suspension par le journal après que le Premier ministre Recep Tayyip Erdoğan a critiqué son article soutenant la publication par le quotidien du procès-verbal d'une visite parlementaire de Abdullah Öcalan[2].

Il est surtout connu pour avoir reconnu le génocide arménien et s'en être excusé, un crime perpétré en partie par son grand-père Djemal Pacha, Talaat Pacha et Enver Pacha[3]. Son livre de 2012 sur le sujet (écrite en réponse à l'assassinat en 2007 de son ami Hrant Dink) est intitulé 1915: Ermeni Soykırımı (en français : 1915 : Génocide Arménien)[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Hasan Cemal est né en 1944 à Istanbul, en Turquie[4]. En 1965, Cemal est diplômé de l'université d'Ankara avec un diplôme en sciences politiques[5]. Il possède des origines géorgienne et circassienne de par sa mère[6],[7],[8],[9].

Carrière[modifier | modifier le code]

Cemal commence à travailler pour l'hebdomadaire Hakkı Devrim en 1969 et, peu après, il devient un représentant du journal Cumhuriyet à Ankara[4]. Entre les années 1981 et 1992, il est le rédacteur en chef du journal Cumhuriyet[5]. Il démissionne en janvier 1992 dû à un litige sur la politique éditoriale du journal[10]. Il devient le rédacteur en chef du journal Sabah en mai 1992[10], restant en position jusqu'en 1998[4]. Depuis 1998 il travaille pour le journal Milliyet.

Pendant les périodes de tensions accrues entre le PKK et le gouvernement turc, Hasan Cemal sera connu pour mener des entretiens avec les dirigeants notables du PKK tels que Abdullah Öcalan et Murat Karayılan[4]. En 2013, le journal Milliyet pour qui il écrit le suspend pendant deux semaines après que le Premier ministre Recep Tayyip Erdoğan a critiqué son article soutenant la publication par le quotidien du procès-verbal d'une visite parlementaire de Öcalan. Lorsque le journal Milliyet refuse ensuite de publier sa chronique de retour, il démissionne[2].

Génocide arménien[modifier | modifier le code]

Hasan Cemal a d'abord été un négationniste du génocide arménien[11]. Cependant, après s'être rendu en Arménie et avoir visité le mémorial du génocide arménien à Erevan en 2008, il publie un livre intitulé 1915 : le génocide arménien. Le livre est devenu un best-seller en Turquie[12],[13],[14],[15],[16]. Cemal écrit dans son livre, « Nier le génocide reviendrait à être complice de ce crime contre l'humanité »[15].

Le livre met en lumière « la transformation personnelle » de Cemal et ses expériences en Arménie[16]. Alors que Cemal était en Arménie, il a eu l'occasion de rencontrer et de déjeuner avec Armen Gevorkyan, le petit-fils de Artashes Gevorgyan, l'homme qui a assassiné son grand-père Djemal Pacha en 1922[17],[18].

Cemal présente finalement ses excuses à tous les Arméniens pour la part qu'a pris son grand-père dans le génocide arménien[18],[19]. Cemal a également insisté sur le fait que le gouvernement turc devait également présenter des excuses aux Arméniens pour le génocide arménien[18].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Parmi les œuvres de Hasan Cemal comprennent[4] :

Distinctions[modifier | modifier le code]

Parmi les prix de Hasan Cemal comprennent[5] :

  • Prix Fıkra du Doruktakiler ve Gazeteciler Cemiyeti (1989)
  • Prix Sedat Simavi pour le journaliste de l'année (1986)

Références[modifier | modifier le code]

  1. Harut Sassounian, « Cemal Pasha's Grandson Says Genocide, Morgenthau's Great Granddaughter Doesn’t », Armenian Weekly,‎ (lire en ligne)
  2. a et b Hurriyet Daily News, 19 mars 2013, Daily Milliyet parts ways with prominent journalist Cemal after İmralı leaks debate
  3. a et b Yavuz Baydar, « Facing Turkey's Past: Struma and 1915 », Huffington Post,‎ (lire en ligne)
  4. a, b, c, d et e (tr) « Hasan Cemal kimdir? (Qui est Hasan Cemal ?) », Bugun,‎ (lire en ligne)
  5. a, b et c (tr) « Hasan Cemal Biyografisi », sur Sondakika (consulté le 16 avril 2015)
  6. (tr) Hasan Cemal, « Kardeşlik ve barış... », Sabah,‎ (lire en ligne)
  7. (tr) Hasan Cemal, « Kökler! », Milliyet,‎ (lire en ligne)
  8. Hasan Cemal, « Roots! », Milliyet,‎ (lire en ligne)
  9. (tr) Hasan Cemal, « Çerkeslerin acısını da anlamak zorundayız! », Milliyet,‎ (lire en ligne)
  10. a et b Hugh Pope, Los Angeles Times, 12 mai 1992, Media : It's News Vs. Nudes in the Turkish Press : The glitzy Sabah daily and the respected Cumhuriyet reflect clashing cultures at a continental crossroads.
  11. « Armenian Genocide 98th Anniversary Commemoration to be Held in Times Square on April 21, 2013 During Genocide Awareness Month », PR Newswire,‎ (lire en ligne)
  12. « Neither denial nor recognition first, but cognition », Today's Zaman,‎ (lire en ligne)
  13. Orhan Kemal Cengiz, « 1915 and terrorists on mountains », Zaman Today,‎ (lire en ligne)
  14. Fiachra Gibbons, « Erdogan needs to move fast to heal Turkey's divides », The Guardian,‎ (lire en ligne)
  15. a et b « Author Hasan Cemal Fired from Milliyet Newspaper », Armenian Mirror-Spectator,‎ (lire en ligne)
  16. a et b « Knights to Honor Hasan Cemal », Armenian Weekly,‎ (lire en ligne)
  17. « Cemal Pasha's Grandson Publishes a Book, "1915 Armenian Genocide" », GenocidePreventionNow,‎ (lire en ligne)
  18. a, b et c « Hasan Cemal, Grandson of Cemal Pasha, Apoligizes for the Genocide », The Armenian Observer,‎ (lire en ligne)
  19. « Turkey's Gul Deems Shameful The Dismissal of Journalist That Wrote Book About Armenian Genocide », NEWS.am,‎ 3 avril2013 (lire en ligne) :

    « Cemal had visited Armenian capital city Yerevan's Genocide Memorial in 2008 and apologized to the Armenians for the genocide. »

Liens externes[modifier | modifier le code]