Harsault

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Harsault
Harsault
Église du XVIIIe siècle.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Vosges
Arrondissement Épinal
Canton Le Val-d'Ajol
Intercommunalité Communauté de communes du Val de Vôge
Commune La Vôge-les-Bains
Maire délégué Andrée Gormet
Code postal 88240
Code commune 88234
Démographie
Population 376 hab. (2014 en diminution de -11.32 % par rapport à 2009)
Densité 35 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 03′ 27″ nord, 6° 14′ 19″ est
Altitude 380 m
Min. 282 m
Max. 443 m
Superficie 10,85 km2
Historique
Date de fusion
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vosges

Voir sur la carte administrative des Vosges
City locator 15.svg
Harsault

Géolocalisation sur la carte : Vosges

Voir sur la carte topographique des Vosges
City locator 15.svg
Harsault

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Harsault

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Harsault

Harsault est une ancienne commune française située dans le département des Vosges, en région Grand Est.

Le , elle fusionne avec Bains-les-Bains et Hautmougey pour former la commune nouvelle de La Vôge-les-Bains. Elle devient commune déléguée.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Harsault est une commune du sud du département, dominant la rive droite du Côney. Les forêts y occupent 274 ha, soit le quart de la superficie. La commune est divisée en trois parties : Harsault centre, Thunimont village et la Forge de Thunimont.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Charmois-l'Orgueilleux La Chapelle-aux-Bois Rose des vents
La Haye N
O    Harsault
(Cne deléguée de La Vôge-les-Bains) 
  E
S
Gruey-les-Surance Hautmougey
(Cne deléguée de La Vôge-les-Bains)
Les Voivres

Hydrographie et les eaux souterraines[modifier | modifier le code]

Cours d'eau sur la commune ou à son aval[1] :

  • rivière le Coney,
  • ruisseaux jeandin, d'hautmougey, des cailloux, de francogney, de gruey.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le toponyme d'Harsault (Johannes dictus de Harsalz) pourrait être attesté dès le XIVe siècle.

Du XVe siècle au XVIIIe siècle, le village fait partie de la cinquantaine de communes comprises dans la zone des Terres de surséance entre Lorraine et Comté. Déjà accordée à la France par le traité d'Auxonne du 15 février 1612, réclamé par la France en 1613, le traité de Fontenoy-le-Château de 1614 l'attribue à la terre de Vauvillers relevant du bailliage de Vesoul[2].

L'église, dédiée à saint Gengoult, fut construite en 1776. Elle était du diocèse de Besançon, doyenné de Faverney. La cure était à la collation du seigneur de Vauvillers.

Lors de la création des départements en 1790, la commune devient lorraine, versée dans le canton de Bains et le district de Darney.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Budget et fiscalité 2014[modifier | modifier le code]

En 2014, le budget de la commune était constitué ainsi[3] :

  • total des produits de fonctionnement : 232 000 , soit 571  par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 210 000 , soit 516  par habitant ;
  • total des ressources d’investissement : 35 000 , soit 86  par habitant ;
  • total des emplois d’investissement : 60 000 , soit 149  par habitant.
  • endettement : 89 000 , soit 220  par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d’habitation : 19,20 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 9,75 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 30,39 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 0,00 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 0,00 %.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1991 février 2001 Roger Duchaud    
mars 2001 avril 2014 Pierre Gury    
avril 2014 En cours Andrée Gornet    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[5],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 376 habitants, en diminution de -11,32 % par rapport à 2009 (Vosges : -1,78 %, France hors Mayotte : 2,49 %).

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1856
7758718801 0391 2071 2511 3741 3141 133
1861 1866 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
1 1541 1721 1131 116989960953887844
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
837790770751766667678688592
1975 1982 1990 1999 2007 2011 2014 - -
528429385401418396376--
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Chaque année en juillet, dans l'esprit des anciens feux de la Saint-Jean, une fête avec chavande originale et feux d'artifice.

Économie[modifier | modifier le code]

  • Usine métallurgique de la Forge de Thunimont, puis Filature et Tissage de coton Boussac-Saint-Frères[8].
  • Féculerie hydraulique[9].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Gengoult.
  • Église Saint-Gengoult

L'église paroissiale, dédié à saint Gengoult, date de 1776. Elle possède un clocher à dôme à impériale à tuiles vernissées, typique de la Franche-Comté dont le village a longtemps fait partie[10]. Plusieurs objets mobiliers sont classés au titre des monuments historiques[11] :

  • Chemin de croix composé de 14 tableaux et leurs cadres.
  • Le martyre de saint Gengoult, statue de bois polychrome.
  • L'Institution du Rosaire, statue de bois polychrome.
  • La chaire à prêcher hexagonale avec plusieurs types de mouluration, le tout surmonté d'un angelot à trompette.
  • Autel monumental en bois sculpté et peint.
  • Deux confessionnaux ornés, respectivement, des statues de saint Pierre agenouillé et de sainte Marie-Madeleine.
  • Moulin Gentrey

Le Moulin Gentrey est une ancienne féculerie, visite guidée du circuit "De la pomme de terre à la fécule".

  • Pont tournant

Harsault possède un pont tournant manuel sur le canal de l'Est à la Forge de Thunimont.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Deux frères de petite taille, René (1,10 m) et Roger (0,97 m), surnommés « Les Nains des Vosges », ont connu une certaine célébrité au début du XXe siècle.[réf. souhaitée]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. L'eau dans la commune
  2. Recueil des traitez de paix, De Trève, De Neutralité, De Confédération, D'Alliance, et De Commerce, faits par les rois de France, avec tous les princes et potentats de l'Europe, et autres, depuis près de trois siècles, tome 4, Frédéric Léonard, 1693
  3. Les comptes de la commune
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  8. « Usine métallurgique de la Forge de Thunimont, puis Filature et Tissage de coton Boussac-Saint-Frères », notice no IA88000327, base Mérimée, ministère français de la Culture, enquête thématique régionale (ancienne métallurgie vosgienne) ; patrimoine industriel
  9. Féculerie hydraulique, base mémoire
  10. Charles Charton, "Le département des Vosges: statistique historique et administrative Le département des Vosges: statistique historique et administrative de Hogard, p. 273, éd Peiffer, 1847
  11. Base Palissy