Harry Miller

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Miller.

Harold Arminius Miller, dit Harry Miller, né le à Menomonie (Wisconsin) et mort le à Détroit à l'âge de 67 ans, était un ingénieur et constructeur automobile américain de voitures de course durant les années 1920 et 1930.

La Duesenberg-Miller de Jimmy Murphy, ou Murphy Special, victorieuse des 500 miles d'Indianapolis 1922 (et du GP de France 1921 sans le moteur Miller).

Histoire[modifier | modifier le code]

Il débuta chez Yale (en), puis il travailla pour Ransom Eli Olds (Oldsmobile), mettant à l'occasion ses talents mécaniques à l'épreuve pour des concurrents des premières Coupe Vanderbilt, puis il partit au début des années 1910 à Los Angeles pour y ouvrir une petite unité de production de carburateurs.

Moteurs Miller de 1922...
...et de 1923.

Son premier moteur est un 3Litre de 183 in3 pour 4 cylindres, à double arbre à cames et 4 soupapes par cylindre, inspiré de ceux de Duesenberg et de Peugeot qu'il voit passer dans son commerce. Le pilote Tommy Milton lui apporte ses premiers soutiens financiers, mais Jimmy Murphy est le premier à lui ramener une victoire lors des 500 miles d'Indianapolis, en 1922.

Durant les années 1920 et 1930, Miller obtient encore de nombreux succès sur l'eau, et plusieurs records de vitesse aquatique.

Il fait faillite en 1933, s'associant alors à Preston Tucker pour continuer à construire des voitures destinées à l'Indy 500 au sein de la nouvelle société Miller and Tucker, Inc.. Leur première tâche d'ambition est de modifier dix moteurs V8 pour Henry Ford, car ils veulent convaincre Edsel Ford, puis son père Henry, de construire une voiture de course dérivée des Ford V8 de série, pour l’édition 1935 d'Indianapolis. Faute d'argent, le projet n'ira pas à son terme, au profond mécontement de Ford.

À la fin des années 1930, les deux hommes élaborent un engin de combat à tourelle électrique. Le gouvernement américain, bien que non preneur de l'engin, achète cette dernière innovation pour en équiper ses bombardiers B-17 et B-29 notamment, ainsi que des bâteaux et autres péniches du futur débarquement en France. Les suspensions du véhicule sont cédées à American Bantam, qui en équipera les premières Jeep.

Tucker travaillera avec Miller jusqu'à sa mort, rencontrant durant cette période John Eddie Offutt, qui deviendra son chef mécanicien pour développer le projet de la berline Tucker en 1948.

Miller décède en 1943, au Grace Hospital de Detroit.

Palmarès[modifier | modifier le code]

La Miller de Louis Meyer,victorieuse de l'édition 1928 des 500 miles d'Indianapolis.
La Miller de Louis Meyer, victorieuse de l'édition 1933 des 500 miles d'Indianapolis.
La Miller de Bill Cummings, victorieuse de l'édition 1934 des 500 miles d'Indianapolis.

Indy 500 (12 succès):

Championnat américain de course automobile AAA:
Exclusivement (6):

Autres:

  • 1921 avec Tommy Milton (également sur Duesenberg seule et Frontenac);
  • 1922 avec Jimmy Murphy (également sur Duesenberg seule);
  • 1930 (en) avec Billy Arnold (avec Hartz, et également sur Fronty Ford et Bowes Seal Fast);
  • 1932 avec Bob Carey (avec Marks, et également sur Meyer et Jadson Valve).

Distinctions[modifier | modifier le code]

(Miller a également été honoré lors de la Rolex Monterey Motorsports Reunion de 1993)

Galerie d'images[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Gordon Eliot White, The marvelous mechanical designs of Harry A. Miller, Hudson, Wis, Iconografix, , 126 p. (ISBN 978-1-583-88123-1, OCLC 57965489);
  • (en) Timothy Gerber et Wisconsin Historical Society, Built for speed: the checkered career of race car designer Harry A. Miller, ;
  • (en) The Last Great Miller: The Four-Wheel-Drive Indy Car, Griffith Borgeson, éd. Society of Automotive Engineers (SAE), Warrendale, 2000;
  • (en) The Golden Age of the American Racing Car, Griffith Borgeson, éd. Bonanza, New York, 1966 (deuxième édition Society of Automotive Engineers, Warrendale, 1998);
  • (en) The Miller Dynasty: A Technical History of the Work of Harry A. Miller, His Associates, and His Successors, Mark L. Dees, éd. Barnes, Scarsdale, 1981 (deuxième édition Hippodrome, Moorpark, 1994);
  • (en) Griffith Borgeson, Miller, Osceola, WI, USA, Motorbooks International, , 134 p. (ISBN 978-0-879-38814-0, OCLC 27974920).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Harry Miller (auto racing) » (voir la liste des auteurs).

.