Harry Kupfer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Harry Kupfer
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (83 ans)
BerlinVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Metteur en scène, écrivain, metteur en scèneVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Académie des arts de RDA (d)
Académie des arts de Berlin
Académie des arts de Saxe (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions

Harry Kupfer (né le 12 août 1935) est un metteur en scène d'opéra allemand. Directeur de longue date du Komische Oper Berlin, il a travaillé pour de grands opéras et festivals internationaux. Formé par Walter Felsenstein, il met en scène dans la tradition de la mise en scène réaliste. Au festival de Bayreuth, il monte Der fliegende Holländer de Wagner en 1978 et Der Ring des Nibelungen en 1988. Au Festival de Salzbourg, il a dirigé la création de Die Schwarze Maske de Penderecki en 1986 et Der Rosenkavalier de Richard Strauss en 2014.

Carrière[modifier | modifier le code]

Né à Berlin, Kupfer étudie le théâtre à la Theaterhochschule de Leipzig[1] de 1953 à 1957.[2] Il est assistant-réalisateur au Landestheater Halle, où il dirige son premier opéra, Rusalka de Dvořák, en 1958[2] De 1958 à 1962, il travaille au Théâtre Stralsund, puis au Théâtre Karl-Marx-Stadt, puis, à partir de 1966, en tant que directeur d'opéra au Théâtre national de Weimar. Il est chargé de cours à la Hochschule für Musik Franz Liszt de Weimar de 1967 à 1972. En 1971, il est invité par le Staatsoper Berlin pour mettre en scène Die Frau ohne Schatten de Richard Strauss[2].

Kupfer est directeur de l'opéra au Staatsoper de Dresde de 1972[1] à 1982. En 1973, il met en scène pour la première fois à l'étranger avec Elektra de Richard Strauss à l'opéra de Graz. Il est depuis 1977 professeur à la Hochschule für Musik Carl Maria von Weber de Dresde.[2] En 1978, il est invité à mettre en scène Der Fliegende Holländer de Wagner au Festival de Bayreuth, sous la direction musicale de Dennis Russell Davies.[3] Il met en scène l'histoire avec une interprétation psychologique des imaginations et d'obsessions de l'héroïne Senta[3].

Kupfer est directeur principal du Komische Oper de Berlin depuis 1981[2]. En même temps, il est professeur à la Hochschule für Musik "Hanns Eisler" toujours à Berlin. À l'opéra, il met en scène des opéras de Mozart dans l'ordre de leur composition, notamment Die Entführung aus dem Serail en 1982 et Così fan tutte en 1984. Il a également mis en scène, entre autres, Die Meistersinger von Nürnberg de Wagner en 1981, La Bohème de Puccini en 1982, Lear de Reimann, Rigoletto de Verdi et Boris Godunov de Mussorgsky en 1983.[2] Il met en scène à Berlin la création de Judith (Matthus) (en) de Siegfried Matthus et[1], en 1988, Der Ring des Nibelungen de Wagner au festival de Bayreuth.

Kupfer a mit en scène plusieurs opéras, dont Levins Mühle (en)d' Udo Zimmermann au Staatstheater de Dresde en 1973, dirigé par Siegfried Kurz.[4] Il met en scène en 1975, pour sa création en RDA, Moses und Aron de Schönberg, également dirigée par Kurz[5]. En 1979, il met en scène la création mondiale de Der Schuhu und die fliegende Prinzessin de Zimmermann, dirigée par Max Pommer[6], ainsi que la création de Antigone ou die Stadt de Georg Katzer au Komische Oper Berlin en 1991, dirigée par Jörg- Peter Weigle,[7] la comédie musicale Mozart du librettiste Michael Kunze et du compositeur Sylvester Levay au Theater an der Wien en 1999, dirigée par Caspar Richter (en),[8] et en 2000, Bernarda Albas Haus de Reimann, à l'Opéra national de Bavière, dirigé par Zubin Mehta.[8] Kupfer a co-écrit avec le compositeur Krzysztof Penderecki le livret de l'opéra Die Schwarze Maske de Penderecki. Il a mis en scène sa création mondiale en 1986 à Salzbourg et sa création américaine à l' Opéra de Santa-Fe en 1988[9]. Kupfer et son épouse, la professeure de musique et soprano Marianne Fischer-Kupfer (en), ont eu une fille, Kristiane Kupfer (en), qui est actrice[10],[11].

Style[modifier | modifier le code]

Kupfer a travaillé dans la tradition de la mise en scène réaliste, telle que développée par Walter Felsenstein et pratiquée notamment au Komische Oper de Berlin. Les œuvres sont interprétées en mettant l’accent sur les implications qui en découlent; les actions sur scène, les conflits et le développement du drame sont liés à la partition et à la logique des relations entre les personnages. Kupfer a toujours travaillé individuellement avec les chanteurs, y compris les membres du chœur, en quête de talent pour le jeu d'acteur et pour la crédibilité des actions. Kupfer soutient la conviction de Giorgio Strehler pour un "théâtre humain" ("menschliches Theater"). Les personnages sont, dans la tradition de la méthode du théâtre dialectique de Bertolt Brecht, toujours placés dans un contexte politico-historique qui détermine au moins en partie leurs actions.

Mises en scène[modifier | modifier le code]

L'Akademie der Künste énumère plusieurs de ses mises en scène, notamment:[12]

Enregistrements[modifier | modifier le code]

Parmi ses productions disponibles en DVD :

Prix[modifier | modifier le code]

Kupfer est membre de l'Akademie der Künste à Berlin, de la Freie Akademie der Künste à Hambourg et de la Sächsische Akademie der Künste à Dresde.[1] Ses récompenses incluent:[12]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dieter Kranz (en) : Harry Kupfer inséré dans le rôle de l'opérateur berlinois. Richard Wagner Die Meistersinger von Nürnberg 1981; Wolfgang Amadeus Mozart est né dans le monde , 1982; Giacomo Puccini La Bohème , 1982; Aribert Reimann Lear , 1983; Rigoletto de Giuseppe Verdi, 1983; Boris Godunov de Modest Mussorgski en 1983; Wolfgang Amadeus Mozart Coste fan tutte 1984 (Theaterarbeit in der DDR 11, Documentation), Berlin 1987[2].
  • Dieter Kranz : Le régisseur Harry Kupfer „Ich muß Oper machen“ Kritiken, Beschreibungen, Gespräche. Berlin 1988.
  • Dieter Kranz : théâtre berlinois. 100 Aufführungen aus drei Jahrzehnten, Berlin 1990
  • Dieter Kranz : Der Gegenwart auf der Spur. Der Opernregisseur Harry Kupfer. Henschel, Berlin 2005, (ISBN 3-89487-522-4)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d "Kupfer, Harry". bundesstiftung-aufarbeitung.de (en allemand). Récupéré le 11 août 2018.
  2. a b c d e f et g "Harry Kupfer". Staatsoper Berlin (en allemand). Récupéré le 17 août 2018.
  3. a et b Herbort, Heinz Josef (1978). "Oper:" Der fliegende Holländer "à Bayreuth : Senta, ein Psycho-Drame" Die Zeit (en allemand). Récupéré le 18 septembre 2018.
  4. a et b Jochen Breiholz, « Vergangenheitsbewältigung ohne Nazi-Mantel », Die Welt, Hamburg,‎ (lire en ligne)
  5. a et b Michael Ernst, « Dummes Volk : 'Moses und Aron' an Dresdens Semperoper », neue musikzeitung, Regensburg,‎ (lire en ligne)
  6. a et b (en) « {{{1}}} », dans Grove Music Online, Oxford University Press, (inscription nécessaire)
  7. a et b Heinz Josef Herbort, « Der Mythos und die Wirklichkeit », Die Zeit, Hamburg,‎ (lire en ligne)
  8. a b c et d Mozart. Das Musical. musicalvienna.at
  9. Donal Henehan, « Murder, Suicide and the Black Plague », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  10. Frederik Hanssen, « Marianne Fischer-Kupfer ist tot », Der Tagesspiegel, Berlin,‎ (lire en ligne)
  11. « Danke, Harry Kupfer! », B.Z., Berlin,‎ (lire en ligne)
  12. a et b "Harry Kupfer". Akademie der Künste (en allemand). Récupéré le 2 octobre 2018.
  13. a b et c Gespenstischer Abschied von Harry Kupfer Die Welt 10 mars 2002
  14. Yan Tax Salzburg Festival
  15. a et b Hanssen, Frederik (12 août 2015). "Harry Kupfer zum 80. Geburtstag Die Kunst ist seine Heimat". Der Tagesspiegel (in German). Retrieved 2 October 2018.
  16. Quantrill, « Record of the Month », musicweb-international.com, (consulté le 2 octobre 2018)
  17. Wagner Opera Net review « https://web.archive.org/web/20090721021851/http://www.wagneropera.net/DVD/Hollander/DVD-Hollander-Kupfer.htm »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?),
  18. Andrew Clements, « Wagner : Der Ring des Nibelungen », {{Article}} : paramètre « périodique » manquant,‎ (lire en ligne)
  19. (en) Ashman, « The Gramophone Collection : Wagner's Ring », Gramophone, (consulté le 3 octobre 2018)
  20. Skramstad, « Der Ring des Nibelungen - Wagneropera.net »

Liens externes[modifier | modifier le code]