Harriet Cohen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cohen.
Harriet Cohen
Harriet Cohen 1920 Alexander Binder 001.jpg
Harriet Cohen
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 71 ans)
LondresVoir et modifier les données sur Wikidata
Période d'activité
À partir de Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Instrument
Maître
Distinction

Harriet Cohen CBE (Londres – Londres, ) est une pianiste britannique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Harriet Cohen étudie le piano à l'Académie royale de musique avec Tobias Matthay, après avoir remporté la bourses d'études Ada Lewis à l'âge de 12 ans, suivit par le prix Sterndale Bennett en 1913. Un an plus tard, elle fait ses débuts à un concert du dimanche Chappell, au Queen's Hall. Sa première apparition importante a lieu en 1920, quand elle se produit au Wigmore Hall, dans un récital avec le ténor John Coates.

Cohen est la sœur de la chanteuse Myra Verney et une cousine éloignée de la pianiste Irene Scharrer[1],[2].

Elle s'associe particulièrement aux compositeurs britanniques contemporains, notamment lorsqu'elle donne la première mondiale, une œuvre écrite pour elle : le Concerto pour piano de Ralph Vaughan Williams ; et l'enregistrement du Quintette pour piano et cordes d'Edward Elgar avec le Quatuor Stratton, sous la supervision du compositeur lui-même. Certains compositeurs ont écrit de la musique spécifiquement pour elle, notamment John Ireland, Béla Bartók, Ernest Bloch et Moeran et plus particulièrement Arnold Bax – l'amant d'Harriet – qui a écrit la plupart de ses pièces pour piano pour elle, dont la musique pour le film de David Lean, la version de 1948 d'Oliver Twist. Il a également composé Concertino pour la main gauche pour elle, après qu'elle a perdu l'usage de sa main droite, en 1948.

Les six dernières pièces de la collection Mikrokosmos par Bartók lui sont dédiées.

Harriet Cohen consacre un effort important pour la l'exécution des compositeurs de la période des Tudor, en un temps où cela était très inhabituel. Elle donne des récital d'œuvres de William Byrd et Orlando Gibbons, jusqu'à Henry Purcell. Elle a été considérée comme l'un des meilleurs interprètes de la musique pour clavier de Bach, gagnant la louange exceptionnelle du musicologue Alfred Einstein. Pablo Casals, l'a invitée également à jouer Bach avec son orchestre de Barcelone et Wilhelm Furtwängler lui adresse une invitation similaire sur son audition en Suisse. Elle a donné le premier récital entièrement consacré à Bach au Queen's Hall, en 1925.

Elle a également cultivé la musique espagnole et a donné la seconde exécution des Nuits dans les jardins d'Espagne de Manuel de Falla une œuvre qui est particulièrement associée avec Harriet Cohen. Elle a également été une interprète, au début de l'URSS de la musique soviétique en Grande-Bretagne et a visité la Russie en 1935, enregistrant pour la radio de Moscou et Leningrad, en jouant des œuvres de Chostakovitch, Kabalevski et Leonid Polovinkin. Ces compositeurs lui envoyant plus tard leurs nouvelles compositions.

L'influence de Cohen est allée bien au-delà de la musique. Dans les années 1930, elle s'est fortement impliquée avec faire connaître le sort des Juifs allemands et autrichiens et en 1934, elle a même joué un concert avec le physicien Albert Einstein, pour lever des fonds destinés à amener d'Allemagne les scientifiques juifs. Elle est devenue une amie proche d'Eleanor Roosevelt et du premier ministre Ramsay MacDonald, ainsi que du premier président d'Israël, Chaim Weizmann.

Cohen a également été une amie proche de nombreuses personnalités de l'époque, notamment des musiciens tels que Jean Sibelius, Ralph Vaughan Williams, Edward Elgar et William Walton mais également des écrivains tels, Arnold Bennett, George Bernard Shaw, H. G. Wells et D. H. Lawrence ainsi que des politiciens ou des entrepreneurs tels que Max Beaverbrook (propriétaire du Daily Express) et Leslie Viscount Runciman. Cohen étant l'une des musiciennes les plus discutée et photographiée de son époque.

Elle a été la vice-présidente de la Women's Freedom League et a été pendant plusieurs années associée à au Fonds national juif et au Conservatoire de musique de Palestine à Jerusalem. Cohen a été nommée Commander de l'Ordre de l'Empire britannique (CBE) en 1938. Elle meurt à Londres, le 17 novembre 1967. Le prix de musique Harriet Cohen (Harriet Cohen International Music Award) est créé en son honneur en 1951.

Elle a fait l'objet d'une émission de télévision de la série This Is Your Life en 1959 par le présentateur Eamonn Andrews à la BBC.

En janvier 2006, est créé Dearest Tania [Chère Tania] un programme texte et musique, racontant l'histoire d'Harriet Cohen, écrite par Duncan Honeybourne et interprété par l'actrice Louisa Clein[3].

Efforts en faveur des réfugiés du nazisme[modifier | modifier le code]

En 1930, Harriet Cohen rencontre la journaliste américaine Dorothy Thompson[4], lors de sa première tournée aux États-Unis, où elle passe par New York, la Bibliothèque du Congrès de Washington et Chicago, ce qui contribua à établir son nom sur la scène internationale. Cette rencontre allait changer la vie de Cohen et éveiller sa conscience juive. En 1933, Harriet Cohen voyage à Vienne pour jouer un certain nombre de concerts et séjourne avec Dorothy Thompson. Elle est profondément ému par le sort des réfugiés, juifs et non-juifs, qui affluent des ville d'Allemagne. Thompson et Cohen étaient en correspondance sur le sort des réfugiés juifs en Autriche et en Allemagne. Cohen ensuite, est en mesure de transmettre des informations par l'intermédiaire de Thompson directement au Premier ministre britannique, Ramsay MacDonald, qui était à ce moment son amie intime[5]. Cohen rencontre par la suite Thompson chaque fois qu'elle se rend en Amérique. Dès 1933, Cohen s'est engagée à travailler en Grande-Bretagne et aux États-Unis en faveur des réfugiés. Cela se traduirait en 1934, par un concert en Amérique avec Albert Einstein, destiné à lever des fonds pour amener d'Allemagne les scientifiques juifs.

En 1935, Ramsay MacDonald prévient Harriet Cohen de ne pas voyager à travers l'Allemagne, parce que le gouvernement britannique ne serait pas en mesure de fournir d'immunité pour elle. Peu après, Adolf Hitler fait passer les Lois de Nuremberg qui excluaient totalement les juifs de la vie publique.

Harriet Cohen rencontre pour la première fois Albert Einstein en Allemagne en 1929, lorsqu'elle prenait le thé de l'après-midi à son domicile. À l'époque d'Einstein lui révèle qu'il joue du violon et propose qu'un jour ils jouent ensemble. Cohen conserve son amitié avec Einstein, même après sa fuite d'Allemagne, en 1933. Cohen lui rend souvent visite à Oxford, où il s'est installé pour un court laps de temps. En 1934, après le déménagement d'Einstein aux États-Unis, Harriet Cohen a finalement joué en duo avec Einstein en concert pour amasser des fonds pour apporter des scientifiques Juifs de l'Allemagne nazie. Cohen et Einstein sont restés amis, ce dernier se référant à elle comme « la bien-aimée sorcière du piano »[6].

Ce n'est donc pas seulement en 1939, lors de sa première rencontre avec Chaim Weizmann, futur premier Président d'Israël, qu'elle a commencé à soutenir la cause sioniste et une patrie Juive[7]. En 1939, Cohen visite la Palestine et étendant sa réputation de concertiste et politiquement. Elle a soutenu, avec des responsables britanniques et juifs, pour obtenir des réfugiés juifs admis à bord des navires de l'Allemagne nazie (plutôt que d'être refoulé), au bord d'un incident international. Harriet Cohen cru passionnément dans une patrie Juive, mais avec justice pour les arabes Palestiniens. Elle survit à deux tentatives d'assassinat lors de son voyage en Palestine. Cohen était en train de dîner avec Weizmann, à Londres en 1939, lorsque Weizmann a entendu les nouvelles du Livre blanc du gouvernement britannique pour limiter l'immigration juive en Grande-Bretagne à seulement 15 000 personnes par an. Blanche Dugdale, la nièce de Lord Balfour, une voisine de table, prophétiquement, a déclaré dans une voix mourante : « que va-t-il se passer pour les millions de personnes qui fuient devant Hitler ? »[8].

Compositeurs russes[modifier | modifier le code]

En 1935, Cohen effectue un voyage en Union Soviétique. C'est une autre étape importante dans sa carrière. C'était le pays que ses ancêtres avaient fui cent ans plus tôt. Cohen apportait non seulement de la musique britannique en l'URSS, en jouant des œuvres de Vaughan Williams, Bax, Bliss et Ireland, mais elle joue également les Préludes de Chostakovitch, la sonatine de Kabalevsky et la création soviétique de la Suite de Leonid Polovinkin encore en manuscrit. Par la suite, elle redonne leur musique partout en Europe et est saluée comme la première musicienne, extérieure à l'URSS, à faire connaitre les Vingt-Quatre Préludes de Chostakovitch, composés en 1932 et 1933. Cette contribution à la promotion des compositeurs russes est souvent oubliée.

Relations avec Arnold Bax[modifier | modifier le code]

« Un jour, je vais laisser ma musique elle-même donner de l'amour – l'amour sans conflits ou tracas ou circonstances – juste la louange pour toi »[9]. « Ma bouche aspire à votre bouche souple... »[10]. Deux citations extraites de lettres d'amour entre Arnold Bax et Harriet Cohen.

L'histoire d'amour entre Bax et Harriet Cohen a duré plus de quarante ans jusqu'à sa mort du compositeur en 1953. C'est Bax qui donne à Harriet Cohen le nom de « Tania », par lequel elle est affectueusement connu de ses amis proches et sa famille. Leur passion a commencé en 1914 – elle avait 19 ans et lui 31 – et s'étaient rencontrés deux ans plus tôt. Inspiré par Cohen, en 1915, Bax écrit pour elle trois pièces en treize jours : « The Princess's Rose Garden », « The Maiden with the Daffodil » et « In the Vodka Shop »[11].

Certains pensent que leur temps ensemble a inspiré le fameux poème symphonique, Tintagel, en qu'il peut avoir exprimé une partie de son inquiétude face « le rêve de leur monde refusé ». L'affaire a conduit l'ultime décision de Bax de quitter sa femme et ses enfants en 1918, mais ils ne pourraient jamais vivre ouvertement ensemble parce que la femme de Bax a refusé le divorce. Leur relation pourrait être publiquement reconnue, en raison du climat social de leur génération. Cohen est tombée enceinte de Bax en 1919[12], mais si c'est le cas, elle a perdu l'enfant dans une fausse couche précoce. Harriet Cohen récemment a publié des lettres qui révèlent la turbulence et l'angoisse de la relation. Cohen a toujours prétendu que l'ancienneté de l'affaire a refusé de lui devenir une « Dame », mais ce n'est pas justifiée. Durant les années 1930, leur relation est devenue de moins en moins passionnée, alors que sa carrière internationale a prospéré ; Bax a cherché un refuge de calme avec sa douce maîtresse, Marie Gleaves ; néanmoins, l'affaire a continué et ils sont restés proches, comme les lettres entre Cohen et Bax le révèlent. En 1936, par exemple, ils ont voyagé ensemble à Stockholm et Helsinki et ont rencontré Jean Sibelius, compositeur qui a longtemps influencé la musique de Bax.

Le 23 septembre 1947, la femme de Bax, Elsa (« Elsita ») décède. Cohen avait prévu probablement de finalement épouser Bax après une affaire qui a duré 30 ans. Les événements devaient se dérouler tout à fait différemment. Bax n'a d'abord pas informé Cohen de la mort de sa femme, un fait qu'elle a découvert en mai 1948, pendant l'enregistrement de la musique que Bax avait écrite pour le film Oliver Twist, lorsque la volonté d'Elsa a été publié. Un plus grand choc a suivi, lorsque Bax a révélé sa secrète d'histoire de vingt ans avec Gleaves et son intention de ne pas se remarier[13]. C'était le moment où Cohen perdait de son importance dans la Grande-Bretagne, et en mai 1948, Cohen a eu un accident avec un plateau de verres, qui a sectionné l'artère dans sa main droite, limitant ainsi sa carrière d'interprète pour quelques années.

Lorsque Bax est décédé le 3 octobre 1953, Cohen a été profondément affectée par sa mort. Il avait légué la moitié de son intérêt de son œuvre littéraire et les compositions musicales à Cohen pour la vie et la moitié à Marie Gleaves. Après leur mort, ses redevances et de l'immobilier ont été transmis à ses enfants. Cohen a également conservé la propriété de Londres que Bax avait acheté pour elle – tout au long de la vie de Cohen, Bax l'avait aidée financièrement.

Autres relations[modifier | modifier le code]

Le premier ministre britannique, Ramsay MacDonald est l'une de ses plus éminents relations[14]. Harriet Cohen s'est rapprochée de MacDonald pendant la période 1929 à 1935 lorsqu'il était premier ministre, dans une époque d'instabilité économique et la dépression qui a vu la montée du fascisme et du nazisme en Europe. On a prétendu que MacDonald et Cohen étaient amoureux. Leurs lettres reflètent une proximité ; et elle se rendait souvent seule au 10 Downing Street et son domicile à Hampstead. Certainement beaucoup de personnes ont fait croire qu'ils étaient amoureux et Cohen a été souvent désigné comme « la chérie du vieil homme ».

Cohen a également été proche de Max Beaverbrook, le fondateur du journal l'Express et un important entrepreneur de l'époque. Cohen est introduit auprès de ce magnat des affaires, par Arnold Bennett en 1923. Beaverbrook est immédiatement charmé par Cohen et l'invite à dîner régulièrement à partir de 1923 et, grâce à lui, elle rencontre Lord Rothermere et Lloyd George. Beaverbrook et Cohen se sont souvent rencontré chez elle, comme elle le note dans son autobiographie A Bundle of Time. Il était fou d'elle, à sa façon, et il la couvrait régulièrement de centaines de roses.

Ralph Vaughan Williams est également un intime ami, tout au long de la vie d'Harriet Cohen. Les lettres qu'il lui envoie révèlent une relation de flirt, lui rappelant régulièrement les milliers de baisers qu'elle lui devait. Il lui rend visite régulièrement et assiste souvent aux soirées organisées par Cohen pour ses amis, aimant se divertir en invitant célébrités et des personnalités importantes. Cohen créée l’Hymn Tune Prelude de Vaughan Williams en 1930, œuvre qui lui est dédiée. Par la suite, elle a joué la pièce à travers l'Europe lors de ses tournées. En 1933, elle crée son Concerto pour piano en do majeur, une œuvre qui, une fois de plus lui ai dédiée. Cohen a reçu le droit exclusif de jouer la pièce, pour une période.

Harriet Cohen joue pour Edward Elgar en 1914, à l'occasion d'une fête, alors qu'elle avait dix-huit ans. Ils sont devenus des amis proches, jusqu'à la mort du musicien en 1934. En 1933, Cohen organise un concert en son honneur, sous le haut patronage du roi et la reine. Sans doute Elgar était fou de Cohen et il suit de près sa carrière, lui donnant son soutien constant. Sous la direction d'Elgar, elle a gravé son Quintette pour piano et cordes, avec le Quatuor à cordes Stratton. L'œuvre était encore en brouillon, mais Elgar lui a donné la partition pour l'enregistrement.

H. G. Wells est dans le cercle des admirateurs masculin des admirateur d'Harriet Cohen, à partir des années 1920. Après sa séparation de l'écrivain et romancier Rebecca West, il est bien connu que Wells a connu de brèves liaisons avec d'autres femmes. Harriet Cohen est très susceptible d'avoir été l'un de ces, car plusieurs lettres de sa collection privée et entretiens le suggèrent. Cohen avait une personnalité magnétique et la beauté que Wells trouvait irrésistible.

D. H. Lawrence est un ami proche d'Harriet Cohen. Cette amitié avait créé des tensions entre Cohen et Arnold Bax, dès 1915, Bax protestant de la proximité de Lawrence. Elle a dit à Lawrence qu'ils auraient à se rencontrer secrètement. Dans l'humeur démonstrative ce jour-là, Lawrence griffonne son manuscrit du livre « The door closed »[15]. Un peu plus tard Cohen a contracté la tuberculose, peut-être de Lawrence, qui est mort de la maladie en 1930. Cohen à Bax toujours nié toute relation sexuelle avec Lawrence, mais beaucoup croyaient qu'ils étaient amants. Néanmoins, Lawrence et Cohen sont restés de bons amis et se sont fréquentés dans le groupe d'amis, jusqu'à sa mort de l'écrivain. Ils parlaient souvent ensemble à propos de la musique de leur ami commun, Elgar.

Cohen est présentée à William Walton en 1923, par Arnold Bennett. Ils poursuivent une amitié tout en flirt, que Cohen décrit dans son autobiographie « orageuse, mais délicieuse ». Elle écrivait que l'irritation qu'ils éprouvaient souvent, ne diminuait pas l'affection sous-jacente. Cohen s'est faite la championne de l'interprétation de la musique de Walton, à la fois au Royaume-Uni et à l'étranger, notamment à la fin des années 1920 et au début des années 1930. En attribuant à Cohen la création de sa Sinfonia Concertante en 1927, Walton lui dit : « Je sais que ce sera dans des mains sûres ».

C'est Rosa Newmarch qui présente Harriet Cohen à Jean Sibelius, à Londres en 1921, passant tous deux un peu de temps ensemble[16]. Pendant l'été 1936, Cohen voyage en Finlande avec Arnold Bax, ayant de longues discussions avec Sibelius, à la fois à Helsinki et à Ainola, alors que Sibelius écrivait les accords d'ouverture de sa huitième symphonie, qui n'a jamais été publiée[17].

Toutefois, les relations les plus importantes, ont probablement été avec Arnold Bennett. « Arnold Bennett, cher ami et mentor de ma jeunesse, est décédé le 27 mars 1931 », écrit Cohen dans son autobiographie. Arnold Bennett est l'un des amis proche de Cohen et responsable de nombreuses présentation de ses nouveaux amis. Bennett présente Cohen à William Walton et Max Beaverbrook en 1923. Cohen est dévastée par la mort soudaine de Bennett de la fièvre typhoïde. Elle lui avait parlé quelques jours plus tôt, lui confiant le malaise qu'il ressentait. C'était Bennett qui avait gardé Cohen sur les rails depuis plus d'une décennie en lui donnant d'honnêtes et nécessaires conseils. Cohen écoutait et respectait son jugement. Il l'avait guidée quand elle était dans les années 1920, quand sa réputation et sa renommée grandissait à la fois en Angleterre et à l'étranger.

Représentations[modifier | modifier le code]

Harriet Cohen a été dépeint dans trois romans. D. H. Lawrence a basé le personnage principal d'Harriet dans son roman Kangourou sur Cohen. Kangourou a d'abord été publié en 1923 et l'action se situe en Australie.

Rebecca West a basé le personnage principal d'Harriet dans son roman, Harriet Hume (1929) sur Harriet Cohen. Le roman est décrit comme une histoire moderne à propos d'un pianiste prodige et son amant obsessionnel, un politicien corrompu. Le roman immortalise l'histoire d'amour d'Harriet avec le compositeur Arnold Bax.

William Gerhardie prend Cohen pour base de son héroïne Helen Saphir, dans le livre Pending Heaven et beaucoup de ce qui est écrit est le miroirs de la vie de Cohen et de son caractère, ainsi que de ses relations orageuses avec Gerhardie. Helen Saphir est une musicienne qui se produit avec succès dans toute l'Europe. Elle joue de la harpe et du piano. Gerhardie est incarné lui-même dans le personnage central de Max, qui rêve d'Helen.

Elle a été interprétée par Glenda Jackson en 1992, dans le film de Ken RussellThe Secret Life of Arnold Bax.

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Harriet Cohen joue Bax - Sonate pour alto* ; Winter legends° ; A mountain mood : melody and variations ; A hill tune - William Primrose, alto ; BBC Symphony Orchestra, dir. Clarence Raybould° (22 juillet 1937*, 20 octobre 1942 et 26 novembre 1954°, Dutton CDBP 9751) (OCLC 63117996)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Harriet Cohen, A Bundle of Time, 1969 (ISBN 0571085741), (OCLC 19456)
  • (en) Harriet Cohen, Music's handmaid, Londres, Faber and Faber, 1950
  • (en) Donald Brook, Masters of the Keyboard (Rockliff, Londres éd. 1955), p. 151-152.
  • (en) Helen Fry, Music & men : the life and loves of Harriet Cohen, Londres, Thistle Publishing, 2015 (1re éd. 2008), xix-453 p. (ISBN 1910670413, OCLC 964505233)

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Harriet Cohen » (voir la liste des auteurs).
  1. http://www.npg.org.uk/collections/search/portrait/mw19521/Harriet-Cohen
  2. http://oxfordindex.oup.com/view/10.1093/ref:odnb/32480
  3. Mercia musicians (badly designed page but the information is there if you look hard enough).
  4. Helen Fry 2015, p. 191.
  5. Helen Fry 2015, p. 213.
  6. Helen Fry 2015, p. 220.
  7. Helen Fry 2015, p. 209.
  8. Helen Fry 2015, p. 247.
  9. Helen Fry 2015, p. 69.
  10. Helen Fry 2015, p. 71.
  11. Helen Fry 2015, p. 36.
  12. Helen Fry 2015, p. 87.
  13. Helen Fry 2015, p. 274.
  14. Helen Fry 2015, p. 181.
  15. Helen Fry 2015, p. 40.
  16. Erik Tawastierna, Jean Sibelius, V, p. 75-79.
  17. Vesa Sirén, Sibelius aikalaisten silmin, p. 507.

Liens externes[modifier | modifier le code]