Harold Joachim

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Harold Henry Joachim
Fonction
Wykeham Professor (en)
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 70 ans)
Croyde (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour

Harold Henry Joachim, , est un philosophe britannique idéaliste. Disciple de Francis Herbert Bradley, dont il édite les écrits posthumes, Joachim est à présent associé à la dernière période du mouvement de l'idéalisme britannique. Il est généralement crédité de la formulation définitive de la théorie de la cohérence de la vérité (en) dans son livre The Nature of Truth (1906). Il est également spécialiste d'Aristote et Spinoza.

La théorie de la cohérence est aujourd'hui considérée comme faisant partie d'une classe de théories appelées comptes-rendus « robustes » ou « inflationniste » de la vérité. Dans cette classe, elle s'oppose aux théories de la théorie de la correspondance et pragmatique (en). Tant Bertrand Russell, plaidant pour la première, et William James, soutenant la seconde, citent le texte de Joachim comme paradigme de ce qu'ils pensent être erroné dans la théorie de la cohérence.

Biographie[modifier | modifier le code]

Harold Henry Joachim naît à Londres, fils d'un marchand de laine venu de Hongrie en Angleterre encore garçon. Il étudie à Harrow School et au Balliol College d'Oxford où il est élève de Richard Lewis Nettleship (en). He was elected to a Prize Fellowship au Merton College en 1890 et en 1892 est nommé professeur de philosophie à l'université de St Andrews. De retour à Oxford en 1894, il est professeur au Balliol jusqu'à devenir fellow et tuteur au Merton en 1897. En 1907, il épouse sa cousine germaine, une fille du violoniste Joseph Joachim. Il est nommé Wykeham Professor (en) de logique de l'université d'Oxford en 1919, succédant au réaliste John Cook Wilson (en) et occupe la chaire jusqu'à sa mort[1]. À Oxford, il est professeur du poète américain T.S. Eliot. Neveu du célèbre violoniste Joseph Joachim, Joachim est lui-même un talentueux violoniste amateur.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Il est probablement impliqué, si non crédité, dans l'édition des œuvres complètes de Bradley, dont les Collected Essays avec Marian de Glehn, sœur de Bradley, et Ethical Studies.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. W. J. Mander, Dictionary of Nineteenth-Century British Philosophers, vol. 2, Thoemmes Press, 605–9 p. (ISBN 1-85506-955-5), « Joachim, Harold Henry (1868-1938) »

Liens externes[modifier | modifier le code]

Source de la traduction[modifier | modifier le code]